instagram
PRO A


NANCY, À L’ENVIE, S'IMPOSE À PARIS

Nancy, à lenvie, s'impose à Paris
Crédit photo : VJaniaud

Pas de Darius Adams à Nancy, parti à Vitoria ? Pas de problème pour Nancy.

À Paris, le SLUC s’est imposé face au PL (64-77). Une victoire importante en vue de la qualification pour la Leaders Cup.

Porté par l’intensité de ses deux soldats Giovan Oniangue (7 points et 7 d’évaluation dans le premier quart, 9 points au total et 10 d’évaluation au total) et Louis Labeyrie (4 points, 8 d’évaluation sur la période, 6 points et 10 d’évaluation au total), le Paris-Levallois fait rapidement l’écart (22-13, 9e). Sharrod Ford apporte son écot habituel (13 points, 8 rebonds et 18 d’évaluation à la mi-temps, 20 points, 15 rebonds et 23 d’évaluation en 36 minutes au total). Les hommes de coach Beugnot sont même à +24 à l’évaluation à la mi-temps (54-30). Alors, comment se fait-il que le SLUC Nancy ne soit qu’à 4 points du PL à la mi-temps (38-34) ?

La réponse tient en un mot : l’envie. À l’image de Randal Falker (6 points, 11 rebonds pour 14 d’évaluation en 38 minutes) qui rate des choses faciles en attaque (1 point à 0/2 aux tirs, 1/4 aux lancers francs à la mi-temps) mais qui se bat (8 rebonds, 2 interceptions). En panne d’adresse (37% aux tirs, 17% à 3 points), les hommes de coach Weisz s’abreuvent alors de rebonds offensifs (11 soit 14 points sur deuxième chance).

Dans un match tout en faux rythme et dans lequel le PL perd peu à peu son basket, Nancy revient progressivement au score, et passe même devant (43-45, 25e) sur une réussite primée de Vaughn Duggins (14 points, 7 passes et 11 d’évaluation en 33 minutes). Sous les yeux de son futur meneur Keydren Clark et de Nanterriens (Riley, Weems) venus en voisins, les Cougars creusent l’écart dans l’ultime période (53-63, 34e). Il ne fait alors pas bon se balader dans la raquette du SLUC et les Parisiens arrosent de loin (2/11 dans la période). Malgré un rapproché des locaux, le SLUC ne s’affole pas, à l’image d’un Benjamin Sene à l’aise en fin de match et d’un Florent Piétrus (18 points, 12 rebonds pour 28 d’évaluation en 39 minutes) impérial des deux côtés du terrain. Les Lorrains s'imposent finalement 64-77, sur un ultime trois points d'un Sergii Gladyr qu'on avait pas vu aussi saignant depuis un moment (16 points et 14 d'évaluation en 26 minutes).

À noter la très bonne prestation de Benjamin Sene (15 points, 4 rebonds, 5 passes pour 16 d’évalution en 33 minutes). Au scoring et plein de culot dans le deuxième quart, davantage distributeur au retour des vestiaires et même clutch en fin de match, le jeune homme de 20 ans a bien assuré l’intérim après le départ de Darius Adams et avant l’arrivée de Keydren Clark. Pour sa première titularisation en carrière en Pro A, il a battu ses records de points, minutes et évaluation et égalé son record de passes. De quoi convaincre Alain Weisz de le faire davantage jouer en 2015 ?

 

Par Xavier Collin, à Paris

27 décembre 2014 à 21:11
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
07 décembre - 02h00
Minnesota Timberwolves
San Antonio Spurs
NBA
07 décembre - 09h30
Detroit Pistons
Chicago Bulls
LIGUE DES CHAMPIONS
07 décembre - 10h45
Lyon-Villeurbanne
Varese
NBA
07 décembre - 11h00
Minnesota Timberwolves
San Antonio Spurs
LIGUE DES CHAMPIONS
07 décembre - 12h15
Venise
Le Mans