instagram
PRO A


NANCY SWEEPE NANTERRE ET FILE EN DEMIES !

Nancy sweepe Nanterre et file en demies
Crédit photo : Olivier Fusy

Et un upset, un ! Deux jours après sa victoire surprise à Nanterre, le SLUC Nancy a confirmé dans sa salle et n'a pas tremblé au moment d'ajouter un deuxième succès face à la JSF (82-68), synonyme de qualification pour le tour suivant.

Et un upset, un ! Deux jours après sa victoire surprise à Nanterre, le SLUC Nancy a confirmé dans sa salle et n'a pas tremblé au moment d'ajouter un deuxième succès face à la JSF (82-68), synonyme de qualification pour le tour suivant. Comme l'an dernier, les Nancéiens joueront les demi-finales de Pro A, tandis que les Nanterriens se voient siffler la fin de la saison.

La JSF Nanterre a été pris à son propre piège. Deux ans après son incroyable parcours en playoffs - qu'elle redécouvrait cette année - l'équipe de Pascal Donnadieu est tombée contre un adversaire supposé plus faible. Peut-être à cause de la pression mise sur ses épaules par un costume qu'elle n'a pas l'habitude d'enfiler. Peut-être déstabilisée par des absences majeures (Mykal Riley et Jo Passave-Ducteil), qui l'ont privée de création/scoring d'une part et de rotation intérieure d'autre part. Mais sans doute en raison d'une équipe lorraine qui a réussi à se surpasser et rapidement se réinventer sans Florent Piétrus.

Finalement, l'absence du meilleur défenseur de l'année est apparue comme un mal pour un bien. Critiqué cette semaine au sein même du club, Keydren Clark s'est remis sur le droit chemin, après une fin d'exercice compliqué, en prenant ses responsabilités sur la série, au point de rester en jeu l'intégralité du match 2 (20 points à 6/15, 8 passes et 23 d'évaluation). Sans Piétrus, Elmedin Kikanovic est vite devenu indispensable au SLUC, sans jamais décevoir. Recruté avant la blessure du poste 4 tricolore et devenu ainsi son remplaçant par la force des choses, l'intérieur bosnien est une grosse menace offensive et a une nouvelle fois fait un bien fou par son apport à la marque (11 points à 4/8 et 6 rebonds).

Randal Falker, le phénix aux dreadlocks

Surtout, c'est Randal Falker qui revit. Après un tour de montagnes russes cette saison, le MVP étranger de l'an passé a récupéré son rôle de leader et a montré l'exemple ce dimanche soir. Signant tout simplement son meilleur match depuis les playoffs 2014 (33 d'évaluation contre Strasbourg au match 5 des demi-finales), le pivot a compilé un imposant double-double avec 17 points à 8/15, 17 rebonds (dont 5 offensifs) et 4 passes pour 32 d'évaluation en 40 minutes. Dans son sillage, et celui de Vaughn Duggins (20 points à 6/12 et 4 rebonds), Nancy a ainsi pris le meilleur départ : 28-21 après un quart-temps, malgré Mam Jaiteh qui inscrivait déjà la totalité de ses points (11, et 10 rebonds).

La JSF de Kyle Weems (14 points à 4/8 à 3-points) restait pourtant au contact, égalisait à 40-40 après 15 minutes mais ne prenait pas l'avantage à la mi-temps (44-42). En fait, plus jamais le SLUC n'allait laisser la porte entrouverte. Au contraire, les hommes d'Alain Weisz bétonnaient en défense, limitaient Nanterre à 7 minuscules unités dans le troisième quart-temps et profitaient de surcroît de sa maladresse chronique à longue distance (0/9 à 3-points dans le QT3, pour 10/26 sur le match). Grâce au duo Falker-Kikanovic, le club lorrain amplifiait alors son avance (62-49 après trente minutes), puis la gérait assez sereinement dans la dernière période (68-57, 35e).

"La saison dont je suis le plus fier"

Héros du match 1, Sergii Gladyr (10 points, 5 rebonds et 3 passes) portait alors le coup fatal à son ancienne équipe, derrière l'arc évidemment (76-60, 37e). Solides au rebond (37 à 28), plus adroits et moins dispendieux (9 balles perdues), les Slucistes convertissaient logiquement la balle de break : 82-68, score final. Régalant ainsi leurs supporters de Gentilly, devant qui ils n'étaient pas en réussite en championnat cette saison (8v-9d). Contre toute attente, le septième de la saison fait ainsi partie du dernier carré. Mais l'un des meilleurs clubs français de la dernière décennie est un habitué. Le SLUC disputera en effet les demi-finales pour la huitième fois en onze saisons, comme la saison dernière.

Du côté de la JSF Nanterre, l'échec en Pro A est cruel et cuisant : deuxième meilleure équipe en saison régulière mais éliminée dès les quarts de finale. Paradoxalement, la saison du club francilien aura été une réussite. Bien sûr, grâce à ce titre mémorable en EuroChallenge, le premier pour un club français sur la scène européenne depuis treize ans. Et c'est ce sur quoi voulait insister Pascal Donnadieu, à chaud dans le vestiaire face à ses joueurs : "C'est normal qu'il y ait de la déception. Mais cette saison, c'est celle dont je suis le plus fier. Il y a eu des moments difficiles, de désaccord, comme ce soir. Mais on peut être fier de ce que l'on a produit. Cette aventure sportive que l'on a vécue tous ensemble, vous pourrez vous en rappeler dans cinq ans, dans dix ans, dans vingt ans." Pour le moment, c'est le SLUC Nancy que l'on reverra dans le dernier carré, opposé au Limoges CSP.

24 mai 2015 à 22:11
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
09 décembre - 03h30
Chicago Bulls
San Antonio Spurs
NBA
09 décembre - 09h30
Utah Jazz
Golden State Warriors
NBA
09 décembre - 11h00
Chicago Bulls
San Antonio Spurs
PRO A
09 décembre - 12h45
Monaco
Paris-Levallois
NBA
09 décembre - 12h45
NBA Extra