instagram
PRO A


NANTERRE ÉTRILLE STRASBOURG ET SE QUALIFIE POUR LA LEADERS CUP

Nanterre étrille Strasbourg et se qualifie pour la Leaders Cup
Crédit photo : Olivier Fusy

Il n'y a pas eu match entre Nanterre et Strasbourg ce dimanche (95-63) lors de la 16e journée de Pro A.

La JSF a rapidement pris la direction des opérations (23-10 après dix minutes) et s'est imposée pour son premier match officiel en 2016. A la manoeuvre, le trident US Riley/Campbell/Robinson (53 points à 16/30 aux tirs) aura torturé une SIG peu inspirée.

« On a été mauvais partout, il n’y a rien à retenir. » Vincent Collet était pressé de rentrer à la maison après la débâcle reçue par sa SIG sur le parquet d'un Palais des Sports Maurice Thorez bien rempli. 52-29 à la mi-temps et -32 au final, le périple en Ile-de-France a été polaire pour les Alsaciens.

« Je pense que c’est ma plus grosse défaite en Pro A depuis le début de ma carrière », renchérissait le sélectionneur des Bleus. « On a été incapables de se rebeller, on s’est désunis. C’est surprenant parce qu’on allait mieux… Certains se sont vus trop beaux. » Après la victoire convaincante à Gran Canaria un peu plus tôt dans la semaine en Eurocup (76-85), il y avait de quoi. Mais « tout est fragile », reprenait Collet.

C’est également ce que doit se dire Pascal Donnadieu. En décalant Hugo Invernizzi (9 points à 3/7 aux tirs en 21 minutes) au poste 4, le technicien a peut-être trouvé la parade pour revitaliser son sniper. « Il se sent plus à l’aise sur cette position », constate le druide local. « C’est pareil pour Nando (Raposo, ndlr). Il m’a dit qu’il ne s’était pas senti aussi bien depuis plusieurs années. »

Robinson à l’impulsion, Riley en métronome

Mais c’est bien le trio US de Nanterre qui a porté le champion 2013. En détonateur, et même s’il est encore sur courant alternatif, Gerald Robinson (12 points à 4/9 aux tirs, 5 passes décisives pour 14 d’évaluation en 23 minutes). En stabilisateur, TJ Campbell, de retour à un niveau plus semblable à ce qu’on attend de lui (16 points à 5/8 aux tirs, 4 passes décisives pour 20 d’évaluation en 31 minutes).

Enfin, en bon capitaine, Mykal Riley (25 points à 7/13 aux tirs, 8 rebonds, 3 passes décisives pour 28 d’évaluation en 39 minutes) a rassuré tout Nanterre et son frère, présent dans les tribunes ce dimanche de janvier. Quand la SIG semble revenir à la reprise (54-38, 23e), c’est lui qui repousse les assauts de Lacombe et cie.

« On n’a plus qu’un match par semaine donc on se doit de jouer plus dur », décrypte Riley. « Même si, personnellement, je préfère jouer deux fois par semaine… comme ça, on s’entraîne moins ! »

Et Nanterre est redevenu Nanterre

Reste que c’est bien par l’entraînement et la sueur que la JSF est redevenue elle-même : 95 points, 13/30 à trois points, 19 passes décisives et une impression visuelle pas vue depuis un moment. « On a juste corrigé des petites choses, dans l’attitude, la communication », tentait d’expliquer Riley après le match. « On est simplement plus unis. » Une unité et une victoire qui amènent les Alto-Séquanais vers une nouvelle qualification à la Leaders Cup (5e, 10 victoires - 6 défaites).

« Ca récompense notre travail », confirmait Donnadieu. « Ce qu’on propose commence à ressembler à quelque chose. C’est notre première victoire face à un ‘gros’, ça confirme la dynamique. C’est un match référence comme disent les journalistes. »

Un match référence qui, cependant, ne « tombe pas du ciel », dixit Donnadieu. Mais qui demande confirmation. Pourquoi pas dès samedi, au Colisée de Chalon ? « Il devrait y avoir des points », prophétisait déjà coach Donnadieu, rieur. Avec Allen Durham, annoncé du côté de la JSF cette semaine ? Les choses traînent - « Il a des soucis logistiques, ça ne sera pas débloqué avant une semaine », d'après Donnadieu - et vu que Nanterre semble avoir trouvé de la cohésion, l'entraîneur ne semble pas pressé. Après une telle démonstration, on ne le serait pas plus...

Par Xavier Collin, à Nanterre

10 janvier 2016 à 18:42
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>