instagram
PRO A


STRASBOURG A CETTE FOIS ÉVITÉ LE PIÈGE

Strasbourg a cette fois évité le piège
Crédit photo : Olivier Fusy

Quatre mois après son coup d'éclat retentissant au Rhénus, le Champagne Châlons-Reims Basket a bien failli surprendre une nouvelle fois Strasbourg.

Sur le parquet du CCRB, l’un de ses quatre tombeurs jusque là cette saison, la SIG s’en est sorti sur le fil au bout d’une rencontre terne mais disputée (69-73), ce lundi soir lors de la 30e journée de Pro A. Le solide leader strasbourgeois empêche ainsi Châlons-Reims de rester accroché au Top 8.

Quatre mois après son coup d'éclat retentissant au Rhénus, le Champagne Châlons-Reims Basket a bien failli surprendre une nouvelle fois Strasbourg. Marqué par la défense mais aussi les maladresses (37 balles perdues et 6/26 cumulé à 3-points), cet affrontement âpre a longtemps été très accroché, multipliant les changements de leader. Si les partenaires de Jérémy Leloup (9 points et 3 passes en 35 minutes) prenaient le meilleur départ (10-15, 8e), le CCRB répliquait instantanément en deux minutes. Avec Sharaud Curry (11 points et 3 passes) à la baguette, le promu champenois infligeait un 11-0 à la SIG pour boucler le premier quart-temps (21-15).

Et à la fin, c'est la SIG qui gagne

Les Strasbourgeois accéléraient de nouveau et passaient à leur tour une grosse série (26-31, 17e). Malgré l'apport de Mark Payne (21 points à 7/8 et 6 fautes provoquées en 34 minutes), Châlons-Reims encaissait un 22-10 dans le deuxième quart-temps et laissait la SIG virer en tête à la pause (31-37). La meilleure équipe de Pro A augmentait son avance au retour des vestiaires (33-43, 24e), dans le sillage d'un Ali Traoré très efficace : 17 points à 8/11, 5 rebonds, 2 contres, 19 d'évaluation et un différentiel de +20 en seulement 24 minutes. Le CCRB n'abdiquait pas dans ce troisième quart et comblait le trou avec agressivité, en grande partie grâce aux lancers-francs (27/32 au final). Après une nouvelle série (16-3), les hommes de Nikola Antic s'étaient remis en position de créer un nouvel exploit face au leader, à dix minutes du terme (49-48).

Cette fois-ci, pas de grosses séquences de part ou d'autre. Mais les deux camps continuaient de se rendre coup pour coup et rendait l'issue indécise à moins de deux minutes de la fin (67-66). Si bien que cela se jouait sur deux détails. Un temps scotché à -8 d'évaluation dans ce match, Rémi Lesca (2 points, 3 rebonds, 3 passes et finalement -3 d'évaluation) s'était relancé. Or, coup sur coup dans la dernière minute, il voyait son ballon faire le tour du cercle sur un tir compliqué en tête de raquette, puis perdait son septième ballon de la soirée. Sanctionné par Axel Toupane (panier puis interception) et par Antoine Diot (67-70), le meneur dacquois avait grandement compromis les chances de victoire du CCRB, qui s'inclinait finalement 69-73.

"Tout est de ma faute..."

Interviewé juste après la partie au micro de Sport+, l'ancien Palois ne mâchait pas ses mots envers lui-même : "si un meneur de jeu comme moi perd autant de ballons, comment voulez-vous que l'on marque des paniers et que l'on gagne... Tout est de ma faute, j’espère que cela ne nous coûtera pas les playoffs." Pour l'instant, à quatre journées de la fin, Châlons-Reims est toujours dans le coup malgré un bilan revenu à l'équilibre (15v-15d), mais vient de laisser passer deux succès de suite sur le fil (après Le Havre lundi dernier). Comme Dijon et le Paris-Levallois, défaits ce samedi, le club marnais perd le contact avec le Top 8, occupé au contraire par Gravelines et Le Mans, vainqueurs ce week-end. Si Lesca et consorts ne veulent pas se mordre les doigts dans à peine trois semaines, il leur faudra gagner un match déjà décisif mardi prochain à Levallois.

Loin de ces considérations liées à son avenir immédiat cette saison, la SIG prolonge un peu plus son bail en tête du championnat, avec toujours quatre petites défaites en 30 journées. Assuré de terminer parmi les deux premiers, le club emmené par Antoine Diot - auteur de 15 points à 5/12 et 5 passes en 33 minutes - met le cap sur les playoffs et attend donc l'un de ceux cités plus haut. Dans le vestiaire après la partie, Vincent Collet voyait d'ailleurs l'aspect positif d'une telle victoire dans la douleur : "c’est un match qui va nous aider. On a été agressés. Il faut que l’ont progresse là-dessus, les playoffs c’est tout le temps comme ça !" Mais le technicien strasbourgeois terminait tout de même avec un bémol et une piqûre de rappel à ses joueurs, qui n'ont pas été très inspirés sur la ligne (11/19), notamment dans les deux dernières minutes : "On a eu une gestion de fin de match plutôt correcte. Mais mettre les lancers-francs en fait partie. Faire 2/6 n'est pas acceptable." A six jours de la finale de Coupe de France contre Le Portel et à quelques encablures de la fin de la saison régulière, les Strasbourgeois sont prévenus.

27 avril 2015 à 23:04
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
10 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 09h30
Milwaukee Bucks
Atlanta Hawks
NBA
10 décembre - 11h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
10 décembre - 18h45
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne