instagram
PRO A


VINCENT COLLET : "LE MATCH QU'ON SOUHAITAIT FAIRE"

Vincent Collet SIG
Crédit photo : Sébastien Grasset

Vincent Collet est revenu sur la victoire de son équipe, Strasbourg, dans le match 2 de la finale des playoffs de Pro A contre l'ASVEL.

Solide. C'est ce qu'on peut retenir de la prestation de Strasbourg dans le match 2 de la finale des playoffs de Pro A. Contre l'ASVEL, la SIG a dominé les débats, mettant encore plus de dureté que Lyon-Villeurbanne - pourtant une équipe référence dans ce domaine - pour mener de 25 points à la fin du troisième quart-temps avant de se relâcher (73-61 au final).

Vincent Collet était logiquement satisfait après la rencontre (propos retranscris sur sigstrasbourg.fr).

« Pendant 30 minutes, on a fait le match qu’on souhaitait faire. Villeurbanne a cherché à couper le jeu collectif et à séparer Mardy de ses coéquipiers. Comme on défendait bien, ça n’a pas eu de conséquences. On s’est envolé quand on a trouvé des solutions, quand Mardy a donné des caviars. Adossés à notre bonne défense, ces paniers nous ont permis de creuser l’écart. On ne s’est pas arrêté en chemin, on est reparti avec les mêmes intentions, on a développé de l’agressivité qui nous a donné du jeu rapide ».

Ce lundi 6 juin, c'était d'ailleurs l'anniversaire du coach normand. Un beau cadeau lui a été offert par ses joueurs. 

« Dans tous les textos que j’ai reçu aujourd’hui, je répétais sans arrêt que le cadeau qui m’intéressait, il n’y avait que mes joueurs qui pouvaient me l’offrir. J’ai été exaucé et au-delà de la victoire, la manière m’a plu. J’avais parlé de progression et elle a eu lieu même si le relâchement de la fin de match aurait pu être évité. Mais ce n’est pas très grave ».

Maintenant place au match 3, ce jeudi à Villeurbanne.

« Il faudra rationaliser tout ça et se persuader que malgré les petits fléchissements du troisième quart temps, ils donneront tout car il n’y a plus d’après. Chez eux, dans le Rhône, leur fierté peut leur permettre de rebondir. Il faut se préparer à tous les scénarios et même accepter qu’on pourrait revenir dans six jours. C’est néanmois un confort mental de le savoir, car quand on voit la salle qu’on a eu ce (lundi) soir, c’est un véritable avantage ».

07 juin 2016 à 20:31
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
02 décembre - 02h00
Cleveland Cavaliers
Los Angeles Clippers
NBA
02 décembre - 09h30
Utah Jazz
Miami Heat
NBA
02 décembre - 11h00
Cleveland Cavaliers
Los Angeles Clippers
NBA
02 décembre - 12h45
NBA Extra
NBA
02 décembre - 19h00
NBA Extra