PRO A


WILL YEGUETE : "C'EST UN VRAI PLUS DE RETROUVER UN COACH QUI TE CONNAIT"

Will Yeguete Le Mans
Crédit photo : Sebastien Grasset

Lors du Media Day organisé par la LNB, Wilfried Yeguete a accepté de répondre aux questions de BeBasket. Souriant et disponible, le pivot du MSB s'est confié sur la saison passée, mais aussi sur les retrouvailles avec son premier coach en France : Eric Barthecheky.

Will, l'effectif a changé par rapport à la saison dernière, comment te sens-tu à l'approche du début du championnat ? 

J'ai la dalle (rires). Non je me sens bien, j'essaie de rester en bonne santé. Je ressens une petite gêne au niveau de la cuisse, mais j'espère revenir au plus vite. J'ai envie de rebondir par rapport à la saison dernière, j'ai envie de faire une saison solide, être régulier. J'ai connu des moments compliqués l'an dernier, mais c’est derrière moi. C'est à moi de tout faire pour éviter une saison similaire. Mon but est de prendre du plaisir sur le parquet en gagnant le plus de matchs possibles, c'est pour ça que l'on joue au basket. 

L'an dernier, après un recrutement plutôt prometteur, l'équipe du Mans n'a jamais réussi à confirmer les promesses placées en elle. Comment l'expliques-tu ? 

Ça a été une saison difficile. Il est vrai qu'il y avait beaucoup d'attente autour du Mans, autour d'une équipe avec des très bons joueurs de basket, mais je pense que ça n'a jamais "matché" collectivement entre nous. J'ai appris énormément de cette saison, j'espère en sortir grandi. Je ne souhaite pas reproduire une telle saison, mais le plus important est d'apprendre de ses erreurs, et je pense que c'est le cas. 

Quels sont les enseignements que tu as tiré de cette saison 2016/17 ? 

Je sais maintenant, que l'effectif que tu as sur le papier, ne veut pas dire grand-chose. Tu peux avoir les meilleurs joueurs de basket, si tu ne joues pas en équipe, alors tu ne gagnes pas des matchs et  encore moins des titres. Pour gagner en Pro A, il faut avoir des gars qui connaissent la Pro A. Je pense que c'est le cas cette année, Mykal Riley, Antoine Eïto, Romeo Travis sont des joueurs avec un vrai passé dans notre championnat de France... La Coupe d'Europe associée à la Pro A, ce n'est pas facile, les voyages, la fatigue, épuisent ton organisme et tu as du mal à récupérer. Je le savais déjà, mais j'ai eu la confirmation, que quand tu enchaînes les défaites en Pro A, ça devient vite compliqué pour ton équipe. C'est un championnat si dense, qu'après deux ou trois défaites tu peux perdre énormément de places au classement. Puis quand tu perds, tu doutes, tu as du mal à enchainer, les matchs et c'est à ce moment-là que physiquement tu peux souffrir. 

Est-ce que personnellement tu ne t'es pas relâché après deux très belles saisons au Havre et à Pau et un titre de meilleure progression de la saison sous le maillot vert et blanc ? 

Non, je pense que j'ai lâché physiquement. L'enchainement des matchs ce n’est pas simple. C'est la première fois de ma carrière que je disputais une coupe d'Europe, je ne savais pas qu'enchaîner des matchs à haute intensité était si dur. Puis, collectivement c'était compliqué, je ne savais pas vraiment où me situer, en début de saison, j'étais dans le 5, je jouais en confiance, je faisais de belles performances, j’étais sur ma lancée de la saison à Pau. Puis j'ai été sorti du 5 majeur, je ne jouais plus que 5-10 minutes par match. C'était vraiment un mélange de tout. 

Tu retrouves un coach (Eric Bartecheky) qui est important pour toi. C'est lui qui t'a lancé au Havre et permis de terminer meilleure progression de l'année à Pau....

C'est un vrai plus de retrouver un coach qui te connait, avec qui tu as déjà travaillé mais surtout, qui sait comment t'utiliser. Après c'est un autre club, une autre équipe donc un collectif nouveau. Mais j'ai brillé sous ses ordres au Havre, à Pau donc il n'y aucune raison que ce ne soit pas le cas au Mans. 

Toi qui connait si bien Eric Bartecheky, que peut-il apporter à cette équipe du Mans ? 

Eric donne beaucoup de confiance en attaque. Il laisse beaucoup jouer, sa façon de voir le basket est très bonne et son système de jeu défensif est unique. C'est un coach qui n'hésite pas à parler avec toi, il te demande ton avis sur le jeu et il fait en sorte que tu te sentes le plus à l'aise possible dans son équipe. C'est important et je pense que ses résultats sont bons depuis un certain temps. 

Tu vas partager le poste avec Youssoupha Fall, qui a un profil très différent.

L'an dernier, mon profil était assez proche de lui de Mouph (Yarou). Là, avec Youssoupha Fall, c'est différent. Lui est très grand (2,20 m), moi plus petit, plus véloce. Il est jeune, donc il doit apprendre, mais c'est une arme d’avoir un tel joueur. Que ce soit en attaque ou en défense, il prend de la place et gène considérablement son adversaire. J'espère que nous allons être capables de faire une belle saison tous les deux.

Malheureusement lors de cette intersaison, tu as vu ton ami Lahaou Konaté quitter Le Mans pour Nanterre...

Oui, c'est toujours difficile de voir un ami, un gars avec qui tu t'entends bien sur et en dehors des terrains quitter le club. Lahaou c'est un frère, je suis content pour lui qu'il ait pu rejoindre Nanterre. C'est une très belle opportunité pour lui de repartir chez lui, en région parisienne. C'était un bon moment pour lui, il est bien là-bas. Le principal c'est d'être épanoui dans sa vie et je suis très heureux pour lui. Il va me manquer c'est vrai, mais on va rejouer l'un contre l'autre. 

Tu as profité aussi de tes vacances cet été pour voyager et découvrir de nouveaux horizons ? 

Je suis curieux, j'aime bien ce qui est culturel, j'aime bien voir ce qui peut se passer ailleurs. Je me nourris de tous ces voyages, des rencontres que tu peux faire sur place. C'est très compliqué de voyager durant la saison, alors j'en ai profité cet été. J'ai été aux Etats-Unis, en Egypte, au Maroc et en Centrafrique, là où mes parents sont nés et où ils ont grandi. Là-bas, je suis parti en famille. La dernière fois que j'y suis allé c'était en 2002 ou 2003. J'étais jeune donc je ne m’en souviens pas, là c’était différent, j'ai pu me rendre compte d'autre chose. C'est une expérience unique. J'ai besoin de ça, tous ces voyages me font grandir en tant qu'homme et c'est très important.

13 septembre 2017 à 16:48
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
22 septembre
Antibes
79
-
57
Strasbourg
Dijon
86
-
61
Châlons-Reims
Le Portel
73
-
62
Cholet
23 septembre
Chalon-sur-Saône
62
-
82
Pau-Lacq-Orthez
Hyères-Toulon
70
-
63
Boulazac
Le Mans
103
-
63
Gravelines-Dunkerque
Nanterre
92
-
86
Bourg-en-Bresse
Levallois Metropolitans
71
-
77
Monaco
24 septembre
Lyon-Villeurbanne
71
-
68
Limoges
Autres journées
PROGRAMME TV
25 septembre - 03h15
Lyon-Villeurbanne
Limoges
25 septembre - 13h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
25 septembre - 20h30
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez
26 septembre - 13h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges
27 septembre - 10h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges