PRO B


CARL PONSAR : "JE SUIS DÉTERMINÉ À RÉALISER UNE GROSSE FIN DE SAISON"

Crédit photo : Sébastien Grasset

MVP de la 18e journée de Pro B, Carl Ponsar s'est confié à BeBasket sur sa saison avec Rouen et sur l'équipe de France U20.

Auteur d'une performance XXL (18 points, 11 rebonds, 4 passes décisives et 4 interceptions pour 33 d'évaluation en 28 minutes) lors de la victoire de Rouen Métropole Basket face à Boulogne-sur-Mer - ce qui lui a valu d'être MVP de la 18e journée de Pro B -, vendredi, Carl Ponsar (19 ans) est l'un des meilleurs jeunes de la génération 97. Il est revenu sur son meilleur match de sa carrière dans le monde professionnel ainsi que sur son début de saison. 

"Depuis le début de saison je passe souvent à côté de mes matchs, ce vendredi face à un concurrent direct au maintien je me devais d'être bon pour aider mon équipe à remporter ce match très important. Je me suis donc concentré sur ce que je sais faire, c'est à dire prendre des rebonds, être efficace dans mes choix de tirs et être actif en défense. Dès le coup d'envoi je me suis senti en jambes, je suis content de mon match, mais avant tout très heureux de notre performance collective."

Meilleur marqueur du championnat Espoirs la saison dernière, Carl Ponsar ne réalise pas pour l'instant à l'image de son équipe une grande saison. Mais celui qui a découvert la Pro A à 17 ans monte en puissance et souhaite aider son équipe à accrocher le maintien. 

"J'ai eu beaucoup de mal en début de saison. Je jouais avec un frein, j'avais peur de faire des erreurs, je n’étais pas au mieux mentalement. Mais depuis mon match face à Blois, ou j'ai réalisé un bon match (21 points et 7 rebonds), je suis nettement mieux. J'avais perdu confiance en moi, mais après la rencontre de Blois je me suis rendu compte que j'étais capable de réaliser de bons matchs en Pro B et surtout être efficace pour mon équipe. Ce match a sans doute lancé ma saison."

Il n'est jamais facile de jouer en Pro B surtout quand on est jeune. Il est très important de réaliser de très bons matchs dans l'antichambre de la Pro A, pour un jour avoir l'occasion de rejouer dans l'élite.

"On a tous peur de se rater, c'est normal surtout quand on est jeune. Mais il ne faut pas penser à cela sinon ça va te détruire. Si tu penses à ton futur avant de penser à ton présent alors c'est sûr que tu ne seras pas productif.  C'est ce qui s'est passé pour moi en début de saison. Depuis que je me pose moins de questions, je suis plus épanoui dans mon jeu. Je suis déterminé à réaliser une grande saison. Mon objectif est de revenir en Pro A le plus rapidement possible, mais je ne souhaite pas brûler les étapes. Je veux gravir les échelons, jouer le plus haut possible."

Très proche d'Elie Okobo, un autre membre de la génération 97, le natif de Mont-Saint-Aignan est très heureux de voir son ami réaliser une bonne saison en Pro A. Il espère pouvoir un jour lui aussi briller à ce niveau.

"Elie, c'est mon meilleur ami dans le monde du basket. On se connait depuis longtemps maintenant. Je suis content pour lui car c'est une personne qui le mérite.  L'an dernier il a prouvé qu'il avait largement le niveau pour briller sous le maillot bleu en étant le leader de notre équipe. Franchement je suis heureux de ce qu'il réalise cette saison, il montre qu'avec du travail et de la détermination tout est possible dans le monde du basket. Personnellement je ne ressens aucune jalousie envers Elie ou un autre de ma génération qui évoluent en Pro A ou Pro B. Quand un jeune brille, c'est super car ça prouve que l'on peut faire confiance aux jeunes français même dans l'un des meilleurs championnat d'Europe."

Appelé par Jean-Aimé Toupane pour les stages de pré-sélection en équipe de France, il espère pouvoir participer au championnat d'Europe U20 en Crète cet été. 

"Cette idée de faire des mini rassemblements pendant la saison régulière est une très bonne chose. Cela nous permet de nous voir plus souvent, de créer des automatismes entre nous et surtout de ne pas attendre le début de l'été pour travailler. J'ai raté celui de l'an dernier, donc il est très important pour moi d'être présent en Crète au mois de juillet. L'an dernier, je n'ai pas eu la chance d'être avec les gars en Finlande. Nous avons vécu une cascade de blessures, donc les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos espérances. Il était difficile pour moi de suivre les matchs, j'aurais tellement voulu les aider."

Ce championnat d'Europe U20, sera justement la dernière chance pour cette génération 1997 de remporter un titre...

"Que ce soit en U17 (Championnat du Monde à Dubaï) ou en U18 (Championnat d'Europe en Grèce), nous perdons deux fois en quart de finale sur le fil. Notre génération mérite de gagner un titre. Si tout le monde est présent, si tout le monde est en forme alors nous aurons de grandes chances de revenir au moins avec une médaille. Nous souhaitons nous aussi à l'image de la génération 1998 faire partie de l'histoire du basket français. Nous sommes déterminés à réaliser de grandes choses cette année."

Il faut dire qu'avec Stéphane Gombauld, Luc Loubaki, Jonathan Jeanne, Gauthier Denis, Amine Noua et d'autres, la génération 97 a de plus en plus d'atouts. Et Carl Ponsar en fait bien sur partie.

14 février 2017 à 13:24
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique