PRO B


DANS L'OMBRE, L'APPRENTISSAGE CONTINUE POUR STÉPHANE GOMBAULD

Stéphane Gombauld ASVEL
Crédit photo : Sébastien Grasset

Stéphane Gombauld a été mis en couveuse par l'ASVEL du côté de Saint-Chamond. On fait le point à la mi-saison avec lui.

Depuis qu'il est arrivé au Centre Fédéral à 14 ans, Stéphane Gombauld (2,06 m, 19 ans) fait parler de lui. Doté de qualités athlétiques exceptionnelles, d'une envergure d'albatros (près de 2,25 m) pour un poste 4/3, le Guadeloupéen est un gros prospect français. Mais depuis qu'il a intégré l'univers professionnel, il se fait plus discret. Sans pour autant disparaître des radars... A sa sortie du Centre Fédéral à l'été 2015, le natif de Saint-Claude s'est engagé pour trois saisons à l'ASVEL. Peu utilisé chez les professionnels en 2015/16 (2,3 points à 69,2% de réussite aux tirs et 1,2 rebond pour 3,3 d'évaluation en 4 minutes de moyenne sur 12 matchs en Pro A, plus ceux en Coupe de France et FIBA Europe Cup) derrière David Andersen et Livio Jean-Charles, leader de l'effectif Espoir, il a été prêté au club voisin de Saint-Chamond l'été dernier pour s'aguerrir en Pro B.

Si le SCBVDG est actuellement dernier de la division après 14 journées (4 victoires et 10 défaites), Gombauld tourne à 8,1 points à 47,2% de réussite aux tirs, 5,3 rebonds et 2,1 fautes provoquées pour 9,9 d'évaluation en moins de 19 minutes en moyenne dans l'antichambre de la Pro A. Et son rôle est de plus en plus important. Sur les 11 derniers matchs, le jeune joueur a intégré le cinq majeur à 7 reprises. Avant la trêve contre Le Havre, il a passé 32 minutes sur le terrain (12 points, 10 rebonds et 7 fautes provoquées). La semaine passée, il a cette fois joué 26 minutes en sortie de banc (13 points et 5 rebonds). "Je me sens plus à l'aise dans l'équipe et la division, le coach me fait plus confiance", explique-t-il tout simplement.

L'ancien pensionnaire du Pôle France estime qu'évoluer en Pro B lui a aidé à passer un cap. "J'ai encore un peu progressé niveau dureté mais je dois encore passer un cap à ce niveau." Ce qui lui permettra de glaner en temps de jeu au niveau supérieur à l'avenir, comme l'a fait Livio Jean-Charles en son temps, un poste 4/3 qui lui ressemblait fortement au même âge. "On m'a souvent comparé à lui à l'ASVEL. Lui est très, très fort défensivement, très dur. Moi je dois encore progresser sur cet aspect."

L'ASVEL ? La Draft ? Lui pense au maintien en Pro B

Si pour l'instant il ne se contente que des séances préparées par Saint-Chamond, il a récemment discuté avec le staff de l'ASVEL pour mettre en place du travail individuel. Gombauld se déplace d'ailleurs régulièrement à l'Astroballe. Mardi soir, il était ainsi dans la salle pour voir son ancienne (et future ?) équipe contre l'équipe polonaise de Radom.

Mais ne lui parlez pas encore d'un retour à Lyon-Villeurbanne, pour l'instant il se dit 100% focalisé sur sa saison actuelle et l'objectif de maintien en Pro B de Saint-Chamond. "Après, on verra ce qui va se passer."

Il n'a pas encore prévu de s'inscrire à la Draft NBA pour refaire parler de lui, alors que son camarade de la génération 1997 Luc Loubaki l'a fait l'an passé et qu'un autre camarade de promotion, Jonathan Jeanne, devrait lui être choisi par une franchise NBA dès cette année. Des scouts NBA sont-ils venus voir ses matchs, eux qui n'avaient pas hésité à se déplacer pour observer Isaïa Cordinier à Denain ? Il n'en sait rien. "Généralement, on n'est pas au courant", rappelle-t-il cependant, sans que ça ne l'affecte.

Ramener une médaille de la Crète cet été

En attendant, celui qui continue à travailler pour être capable d'évoluer aussi bien sur le poste 4 (son poste naturel) que le poste 3 - "Ce sont des postes assez proches. Je continue à travailler sur les dribles, l'agressivité, le tir, la lecture de jeu pour agrandir ma panoplie" - espère continuer à progresser. Il n'oublie pas l'objectif de l'équipe de France U20 avec un championnat d'Europe cet été. "J'ai toujours été en équipe de France, c'est important pour moi. J'aime représenter la France, ça me tient à coeur." Ce serait l'occasion pour la génération 1997 d'accrocher une médaille, enfin. "On aurait aimé avoir une médaille d'or. C'est important pour ma génération d'aller chercher une médaille parce que c'est vrai qu'on n'en a pas encore." Même si lui en a gagné une d'argent avec les 96 en 2012.

Mais d'ici là, il a de nombreuses échéances. A commencer par un match très important ce vendredi soir contre une équipe au même bilan tout en bas du classement : Rouen. "Il faut gagner absolument pour se maintenir !" Entre-deux à 20h à la Halle André Boulloche.

Stéphane Gombauld au All-Star Game des meilleurs jeunes joueurs européens en septembre 2015 (photo Sébastien Grasset)

20 janvier 2017 à 16:07
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
21 aout - 05h30
France
Belgique
21 aout - 07h15
Equipe de France, l'héritage
22 aout - 21h00
France
Italie
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique