instagram
PRO B


ITW ANGELO TSAGARAKIS : "L'APPÉTIT VIENT EN MANGEANT"

A l'occasion de l'Eurojam qui se déroulait le week-end dernier à Paris, le sniper de Boulogne-sur-Mer Angelo Tsagarakis a répondu à nos questions à quelques semaines de la reprise de la Pro B.

Bonjour Angelo, comment se sont passées la fin de l'intersaison et les premiers jours de préparation ?

Les vacances se sont bien terminées, j'ai pu aller aux Etats-Unis quelques semaines pour me préparer pour la reprise au-delà de ce que j'avais déjà fait auparavant. C'est un peu un rituel pour moi d'aller aux Etats-Unis lorsque c'est possible. Quand il a fallu retourner à Boulogne je me sentais bien et j'avais surtout hâte de commencer cette nouvelle aventure avec le SOMB. Le début de la préparation se passe très bien mais ça n'a pas été évident au début car on n'est pas au complet (tous les Américains ne sont pas arrivés, Medhi Cheriet est à l'Afrobasket avec l'Algérie). Ce stage à l'INSEP nous fait beaucoup de bien, on a enchaîné une semaine très longue et intense et chaque jour est différent mais on travaille au quotidien pour poser des bases collectives. En tout cas heureux d'être là-bas.

Comment appréhendes-tu cette saison au sein d'un groupe en plein reconstruction (seul Mickaël var était déjà présent l'an passé) ?

C'est jamais évident, tous les clubs qui ont une réussite misent sur la durée mais ce n'est pas non plus une garantie. Ce qui est important dans notre cas, c'est d'arriver avec l'esprit sain et ouvert afin de découvrir des personnes nouvelles. Si l'accroche se fait rapidement, c'est comme si de rien n'était. Moi j'étais excité d'arriver au SOMB quelques soient mes coéquipiers et il s'est avéré qu'il y avait plusieurs joueurs que je connaissais déjà bien donc c'est très positif et ça devrait encore mieux se développer.

Tu vas être l'un des plus expérimentés de l'équipe, considères-tu avoir un rôle particulier à jouer du fait de ce statut vis-à-vis du groupe et des jeunes notamment ?

 Ça fait bizarre car en l'espace de 3-4 ans je suis passé de l'un des plus jeunes au plus vieux mais c'est une transition naturelle au fil d'une carrière. Je partagerai tout naturellement cette expérience et ce vécu accumulé au quotidien mais ça se fait spontanément au sein d'un groupe il ne faut pas que cela soit forcé. Il faut simplement être bienveillant vis-à-vis de ses coéquipiers et apporter ce vécu si besoin est. Surtout, il ne faut rien imposer si cela n'est pas nécessaire, donc je prends ce rôle avec légèreté.

Au sein du groupe, quelle est votre ambition collective ?

Pour l'instant l'ambition est de continuer à progresser au quotidien car on n'est pas au complet et c'est difficile de se fixer des ambitions alors qu'on n'est pas encore dans une configuration finale. Au jour d'aujourd'hui, notre objectif est surtout de progresser collectivement un peu plus chaque jour. Il faut prendre les matches un à un et construire sur la durée car la saison va être très longue. Mais c'est évident que l'objectif n'est jamais de faire moins bien que l'année d'avant. Après l'appétit vient en mangeant donc on verra.

Et individuellement, t'es-tu fixé des objectifs ?

Je refuse de parler de ce genre de considération car ma seule ambition est d'aider le SOMB à continuer sur leur progression depuis leur ascension en Pro B et individuellement être le plus performant possible en continuant à progresser d'année en année.  Si ça m'amène à des belles choses individuellement tant mieux mais elles ne se traduiront que par de belles choses avec Boulogne de toue manière, sinon ça n'aura pas la même saveur.

Tu as touché du doigt la Pro A (montée obtenue avec le Paris-Levallois) mais tu n'y as jamais goûté, est-ce un objectif pour la suite de ta carrière ?

Bien sûr, je pense que j'ai le niveau Pro A et que beaucoup de gens le savent aussi. J'attends qu'on me donne ma chance. Mais pourquoi pas se la créer également car j'ai signé deux ans avec Boulogne et pourquoi pas monter avec Boulogne, ce serait la plus belle des réalisations. Si la Pro A arrive à terme ce sera magnifique mais il faut prendre les choses jour après jour sans se projeter sur la Pro A dans l'immédiat.

Rencontrer des équipes NCAA doit forcément te rappeler des souvenirs, pas trop nostalgique ?

Pas vraiment de la nostalgie car ça fait de longues années que j'ai terminé mon cursus universitaire à Oregon State mais je savais exactement à quoi m'attendre avec ce genre de matches. Mais c'est toujours intéressant d'y être un peu replongé le temps d'un week-end. Je ne regrette pas mon cursus mais je préfère être à ma place aujourd'hui car ça signifiait aussi aller en cours et je ne regrette pas ne plus aller en salle de classe (rires).

Qu'est-ce que ce parcours t'a apporté de plus qu'une fin de formation en France ?

LA raison pour laquelle je suis parti aux Etats-Unis était l'opportunité de jouer et d'étudier au plus haut niveau. L'INSEP est une superbe structure mais qui ne permet pas de continuer réellement au-delà du BAC. Avec ma mère le contrat était d'avoir mon BAC est d'essayer ensuite d'intégrer un structure professionnelle tout en continuant à étudier malgré tout. En France ça aurait été difficile de continuer eu delà d'un DUT en deux ans alors que là j'ai eu la possibilité d'obtenir un Master 1 (en commerce international). Beaucoup de mauvaises langues pensaient que je reviendrais en France après trois mois, j'y ai fait six ans et je suis revenu avec un Master.

Pour conclure, un petit mot pour tes futurs adversaires ?

A très bientôt (rires).

Posté par Boris Delagnes

20 aout 2013 à 18:15
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
10 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 09h30
Milwaukee Bucks
Atlanta Hawks
NBA
10 décembre - 11h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
10 décembre - 18h45
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne