PRO B


ITW FABRICE LEFRANÇOIS (EVREUX) : "JE ME SENS ÉBROÏCIEN"

Promu récemment coach de l'ALM Evreux, Fabrice Lefrançois connait sa première expérience en Pro B. L'occasion pour nous de partir à sa rencontre.

Le 27 février dernier l'ALM Evreux, dixième de Pro B, changeait d'entraineur à la suite du départ de Laurent Sciarra. Longtemps présagé durant l'intersaison pour être à la tête de l'équipe fanion, Fabrice Lefrançois a donc pris le poste au pied levé.

Auparavant directeur du centre de formation du club, avec notamment la gestion de l'équipe réserve évoluant en Nationale 3, c'est dans le basket féminin qu'a commencé sa carrière d'entraineur.

"J'ai été formé au métier d'entraineur du côté de Chalon-sur-Saône de 2002 à 2004, par la suite je retourné à Orly, la ville d'où je suis originaire, pour coacher en Nationale 3 féminine. En 2008 je suis parti à Reims pour être assistant en Ligue Féminine et responsable du centre de formation. Et l'année suivante j'ai pris la tête de l'équipe descendue en Ligue 2."

Après deux expériences dans le secteur féminin, Fabrice Lefrançois a souhaité retrouver le basket masculin.

"Le centre de formation d'Evreux n'existait plus à l'époque et étant encore assez jeune dans le métier, je trouvais le challenge très intéressant. En plus le feeling est tout de suite passé avec le coach de l'équipe première de l'époque, Rémy Valin et honnêtement ça a très bien fonctionné pendant sept ans (NDLR : de 2010 à 2017)."

Le natif d'Orly n'a pas opté pour ce club par hasard. Passionné de basket il n'est pas insensible à l'aura que dégage l'ALM dans le paysage du basket français.

"L'ALM Evreux c'est d'abord une histoire de résultats bien entendu mais également de formation. Ça reste quand même le premier club à avoir formé le premier représentant français ayant évolué en NBA, avec Olivier Saint-Jean (Tariq Abdul-Wahad). D'ailleurs pour l'anecdote j'ai toujours son maillot accroché au-dessus de mon bureau, pour ne pas oublier l'histoire de ce club. Mais c'est aussi une histoire de culture, car ici toute la ville vit pour le basket et ça c'est génial."

Pendant ses sept années à la tête du centre de formation, il a pu échanger et travailler avec de nombreux coachs comme Rémy Valin ou encore Laurent Pluvy, aux côtés desquels il a pu s'inspirer. Mais pas que.

"Dans la façon de penser et de voir le basket, je me rapproche plus de Rémy Valin, c'est celui en plus avec lequel j'ai le plus longtemps travaillé. Avec Laurent Pluvy c'était différent car il avait le souhait en quelque sorte, de moins déléguer. Mais cela ne nous empêchait pas d'échanger de manière très constructive. Et en ce qui concerne Laurent Sciarra, je n'ai pas eu la chance de travailler avec lui donc je ne peux pas donner de ressenti. J'aurais tendance à dire que chaque coach à sa personnalité et qu'il y a du bon à prendre chez chacun d'entre eux peu importe le niveau. [...] En France quand on voit ce que sont capables de faire des entraineurs comme Vincent Collet ou encore Pascal Donnadieu c'est juste énorme. Sur la scène internationale j'admire des coachs comme (Ettore) Messina, ou encore Sarunas Jasikevicius et ce qu'il fait en tant que jeune coach avec Kaunas. Il faut vraiment s'inspirer de tout, parfois je regarde des championnats de seconde zone et il y a des formes de jeu vraiment intéressantes. Concernant le management je pense de suite à Gregg Popovich et sa gestion de groupe avec les Spurs."

Son arrivée à la tête de l'équipe s'est faite assez rapidement, compte tenu du contexte, mais Fabrice Lefrançois a obtenu le soutien du groupe assez rapidement.

"J'ai dû intégrer le poste assez vite, étant limité par le temps. Je pense que les joueurs ont rapidement adhéré au mode de fonctionnement que j'ai pu leur proposer tant sur le plan de jeu que sur l'état d'esprit. Pour nous c'est comme si nous démarrions une nouvelle saison, avec la mise en place d'un nouveau règlement intérieur par exemple. Alors rien n'est encore parfait pour l'instant, mais les gars me suivent donc ça, ça me va."

L'occasion de savoir si son arrivée coïncidait avec l'excellente forme de son meneur, Corin Henry, MVP des deux dernières journées de Pro B.

"Il faudrait lui poser la question directement, mais c'est sur que sur les deux derniers matchs il est vraiment bon. Je lui ai demandé de se responsabiliser défensivement et cela lui permet de prendre beaucoup de rythme et d'être performant offensivement."

Si l'objectif de l'Amicale Laïque de la Madeleine est clair pour la fin de saison, à savoir les playoffs, le technicien ébroïcien souhaite s'inscrire à long terme dans le projet du club.

"L'objectif premier, c'est clairement les playoffs. On va tout faire pour y arriver. Après le bilan comptable n'était pas catastrophique lors de ma nomination c'est clair, mais je pense que c'était plus un problème d'état d'esprit. Concernant mon avenir, la vérité du jour n'est pas forcément celle du lendemain dit-on, donc on va travailler jusqu'à la fin de saison et seulement après j'en saurai plus sur mon avenir personnel. Mais le but pour moi est vraiment de m'investir dans un projet à long terme avec l'ALM. Je me dois de redonner la confiance que le club m'accorde. Le club m'a adopté, le public aussi et je me sent Ebroïcien et si je peux contribuer à ce que le club grandisse, je le ferais avec grand plaisir." 

Actuellement septième de Pro B, L'ALM Evreux reçoit ce vendredi soir l'équipe de Saint-Chamond (treizième) pour le compte de la 22e journée de Pro B. Fabrice Lefrançois espère ainsi faire un pas de plus vers les playoffs. Réponse donc ce soir à 20 heures salle Jean Fourré.

10 mars 2017 à 16:47
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
NICOLAS PARAGE
A défaut d'une brillante carrière professionnelle, j'assouvis ma passion le dimanche dans les salles de Vendée et le reste du temps sur Bebasket.
Nicolas Parage
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique