instagram
PRO B


ITW PHILIPPE BRAUD : "NE PLUS ME CACHER DERRIÈRE L'IMAGE DU FRANÇAIS QUI ATTEND DE RENTRER EN JEU"

Après avoir été formé à Chalon-sur-Saône puis être passé par Roanne, Philippe Braud (1,94 m, 27 ans) s’est lancé un nouveau défi en rejoignant le projet ambitieux de Bourg-en-Bresse sous les ordres de Frédéric Sarre.

Après un début de saison en demi teinte, son équipe s’est bien repris avant la trêve mais affiche un bilan tout juste équilibré, en dessous des espérances. Il revient avec nous sur cette première moitié de saison et sur le futur à court terme…

Par rapport à votre début de saison peut-on considérer que tu es insatisfait ?

Oui, c’est sûr qu'on avait des attentes supérieures à nos résultats actuels. Après, on a joué de malchance avec les blessures mais on s’est bien rattrapé en fin d’année et j’espère que cela va continuer en 2013 (ndlr : interview réalisée avant la défaite 64-75 à Lille). C’est certain que le bilan est incomplet mais on n'est pas forcément insatisfait car on a montré de belles choses par moment. Il y a quand même des matchs où nous avons des regrets.

Mais surtout, l'effectif a été considérablement renouvelé. Ceci pourrait peut-être expliquer vos difficultés et laisser augurer du meilleur pour la suite ?

Oui, le début de saison peut s’expliquer par le fait que les dirigeants ont changé énormément de chose, à commencer par le coach. Le club sortait de deux saisons difficiles en n’ayant pas atteint les play-offs. Moi, j’arrive en ne connaissant pas du tout ce championnat, c’est plein de paramètres qui font que pour la mise en place d'un collectif demande du temps. Mais on voit que cela commence à prendre forme, et il va falloir être en réussite et bien se positionner en fin de saison pour les play-offs.

« On peut viser les six premières places »

L’objectif reste le même : les play-offs et la montée au bout ?

Il faut bien se positionner à la fin de la saison, le plus haut possible. Le championnat est très dense, on a pris du retard donc il ne faudra plus faire d'erreur pour voir jusqu'où on peut aller. Mais globalement, on peut viser les six premières places, cela serait bien. Plus haut serait encore mieux mais arriver en forme nous suffira. Après, ce sont des matches à la vie à la mort donc on peut aller loin. Si on peut monter cette année c’est bien, mais c’est un groupe construit sur la durée donc il faut être patient. C’est un objectif sur 2-3 ans.

Après avoir fait ton début de carrière en Pro A, tu arrives cette année dans l’antichambre, qu’en penses-tu ?

Je ne suis pas étonné du niveau car je ne suis pas arrivé en me disant que cela allait être facile. C’est différent sans l’être en fait, c’est physique. La Pro A est à mes yeux un championnat beaucoup plus structuré mais justement ce sentiment inverse en Pro B fait que c’est encore plus dur. Les joueurs sont imprévisibles, ça pousse la balle, ça va vite, ça défend dur donc c’est un championnat très dense.

Posté par Cédric Jary

13 janvier 2013 à 12:00
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
11 décembre - 02h00
Chicago Bulls
Miami Heat
NBA
11 décembre - 09h30
Cleveland Cavaliers
Charlotte Hornets
NBA
11 décembre - 11h30
Chicago Bulls
Miami Heat
NBA
11 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
11 décembre - 17h00
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne