instagram
PRO B


LUKA ASCERIC, FUTUR (TRÈS) GRAND ?

Luka Asceric Lille
Crédit photo : Christophe Delrue

Le jeune meneur lillois Luka Asceric est l'attraction de ce début de saison en Pro B grâce à un profil particulièrement rare.

D'Evan Fournier à Timothé Luwawu-Cabarrot en passant par Guerschon Yabusele, la Pro B a souvent vu passer de nombreux gros potentiels ces dernières années, mais elle possède aujourd'hui dans ses rangs une pépite inhabituelle : Luka Asceric, 19 ans, 2,03 m et meneur de jeu au Lille Métropole Basket. Ce poste 1 de très, très grande taille réalise un début de saison de haut niveau au sein d'une équipe lilloise qui truste la première partie de tableau : 10,4 points, 3,4 rebonds et 2,1 passes décisives en moyenne après neuf rencontres de Pro B et Leaders Cup. Joueur atypique à l'échine presque courbée sur le terrain, bon shooteur, Luka excelle surtout dans la gestion du jeu et la lecture du pick and roll, n'est pas fan de Milos Teodosic ou Dejan Bodiroga qui veut.

Joueurs professionnels de père en fils

Vous l'aurez compris, les deux légendes sont les joueurs préférés de Luka Asceric, avec lesquels il partage de nombreuses similitudes. Dans un premier temps ses origines, puisqu'à l'instar de ses modèles, il possède la nationalité serbe de ses parents et notamment de son père Neno, aussi coach du LMC. Cet ancien joueur professionnel reconverti entraîneur depuis 2006 a façonné l'éducation de son fils à travers les nombreux déménagements liés à une carrière de haut niveau. En effet, Luka est né en janvier 1997 à Sankt Polten en Autriche, dont il possède également la nationalité, est parti en Serbie puis a découvert la France (une demande de naturalisation est en cours) et le basket à l'âge de 6 ans, « pas parce [son] père était basketteur mais car c'était une grande source de plaisir » préfère-t-il insister. Il repart ensuite dans son pays natal avant de poser ses valises à Lille en 2016 dans les traces de son père. Luka ajoute cependant qu'il « souhaitait revenir en France pour le basket ». Grâce à cette diversité culturelle acquise au cours de ses voyages, le Lillois parle quatre langues couramment (le serbe, l'allemand, le français et l'anglais) mais il a surtout « un esprit très large » selon Neno.

Fort des conseils de son paternel, Luka Asceric connaît l'importance de mener des études en parallèle en cas de blessure grave, il avait notamment été écarté des terrains pendant plus d'un an durant sa jeunesse. Après son admission brillante au Baccalauréat scientifique passé au Lycée français de Vienne (mention « très bien »), le meneur souhaite obtenir sa Licence de Génie mécanique avant de ne penser qu'au basket. Un « garçon stable avec une tête bien faite » qui fait la fierté du papa.

« Je souris tout le temps »

Tout comme Teodosic et Bodiroga, Asceric est un amoureux de ce sport, il répète à l'envi qu'il joue au « basket pour le plaisir que ce soit à l'entraînement ou en match. Beaucoup de joueurs disent que je souris tout le temps ». Un discours appuyé par l’entraîneur du LMB, « il doit jouer pour s'amuser ». Mais le plaisir s'accompagne évidemment de travail pour arriver à grignoter des minutes au sein du roster nordiste. Il a alors refusé une sélection en équipe nationale d'Autriche pour effectuer une grosse préparation, si bien que Luka n'est pas surpris de son rôle important dans l'équipe : « J'ai travaillé dur cet été pour revenir prêt physiquement, pour avoir confiance en moi ». Neno Asceric confirme, « il a beaucoup travaillé son gainage, sa gestion du ballon et son tir mais il doit encore renforcer ses qualités athlétiques ». Bien lui en a pris puisqu'il joue 25 minutes en moyenne depuis le début de saison.

La relation père-entraîneur est forcément particulière mais Luka assure ne pas y penser : « On a une relation père-fils en dehors de la salle, sinon je suis comme tous les autres joueurs ». Neno insiste sur l'importance de « donner la chance aux jeunes, il faut avoir confiance et être patient avec eux ». La présence de l'ex-sélectionneur autrichien à la tête de l'équipe est donc une bénédiction pour Luka qui peut parfaire son jeu avant de viser plus haut. Ambitieux mais prudent, Asceric pense bien sûr aux échelons supérieurs et au « championnat espagnol et l'Euroleague » qu'il affectionne particulièrement. Pour autant, le serbo-autrichien ne se fixe aucun objectif espérant tout simplement jouer au « meilleur niveau possible ». Sachant qu'il n'est pas encore décidé quant à son avenir en équipe nationale. En cas de naturalisation française dans les temps, il pourrait ainsi intéressé Jean-Aimé Toupane et l'équipe de France U20 pour l'EuroBasket 2017.

En attendant, Luka Asceric brille en Pro B par sa lucidité et son calme naturelle pour un jeune joueur. Sa marge de progression est impressionnante, surtout que sa croissance n'est pas terminée  selon son père : « Il a 17 ans d'âge biologique, il doit grandir encore de trois ou quatre centimètres ». Lille doit profiter au maximum de son prospect puisque le potentiel technique et physique de Luka lui promettent un avenir au plus haut niveau. Et pourquoi pas un jour, affronter Milos Teodosic !

25 novembre 2016 à 10:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT DAHERON
Breton (et fier de l'être) exilé dans le nord pour mes études de journalisme.
Vincent Daheron
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>