PRO B


MÉRÉDIS HOUMOUNOU PRÉSENTE LES CHAMPIONS

Crédit photo : Guilherme Amorin JL Bourg

Grand animateur du vestiaire de Bourg-en-Bresse, Mérédis Houmounou (1,88 m, 28 ans) nous présente ses coéquipiers. Soit tous les hommes qui ont conquis le titre de champion de France Pro B 2017.

Garrett Sim (13,5 points à 42%, 2,9 rebonds et 5,8 passes décisives en 30 minutes, 33 matchs disputés) : "Le sniper. C'est vraiment un shooteur hors-pair. Il peut créer lui-même son tir et faire mal aux défenses. Il a eu des gros coups de chaud à certains moments de la saison. C'est un joueur qui peut encore s'améliorer sur la gestion du jeu mais il a été très important. En dehors du terrain, il est assez introverti, réservé, il observe beaucoup. Il parle peu mais il est arrivé à s'intégrer assez facilement dans le groupe."

Thibault Desseignet (2 points à 37%, 0,5 rebond et 0,9 passe décisive en 8 minutes, 29 matchs) : "Le minot. C'est notre petit protégé, le petit jeune. Un fort potentiel. Il a connu une saison difficile car c'était sa première année en pro, dans une équipe compétitive où il fallait tout de suite répondre présent. Il a quand même eu des très bons passages, il a réussi à apporter beaucoup à l'entraînement et sur quelques matchs. Maintenant, il faut qu'il acquière de la confiance mais je pense qu'il y arrivera. C'est un gars qui aime rigoler, qui aime partager. On le charriait beaucoup car c'est le plus jeune. Il bosse dur, il est toujours à l'écoute."

Philippe Braud (7,6 points à 43%, 1,1 rebond et 1,2 passe en 21 minutes, 34 matchs) : "Le doyen. Notre capitaine. C'est vraiment l'incarnation du shooteur. Il peut prendre feu à certains moments et il l'a encore prouvé cette année. Il m'a surpris car c'est quelqu'un qui se dépense sans compter. Il n'hésite pas à faire les efforts, à presser en défense, à faire la faute qu'il faut. Il met du cœur à l'ouvrage et montre l'exemple. En dehors du basket, c'est quelqu'un qui adore tous les jeux de société, c'est un vrai compétiteur. Il est bon à ça en plus, et il aime bien nous chambrer. C'est Monsieur jeux de société."

"Maxime Courby, un sniper à la Laurent Baffie"

Tomas Kyzlink (9,5 points à 49%, 2,3 rebonds et 2,7 passes décisives en 23 minutes, 11 matchs) : "Il est arrivé tard mais il s'est très vite intégré. C'est quelqu'un d'assez réservé aussi dans le vestiaire mais il nous a apporté une autre arme offensive. Il sent le basket, il a des qualités importantes. Après, il peut encore progresser sur la densité physique mais il comprend le jeu. Il est toujours jeune donc il a encore une belle marge de progression."

Maxime Courby (10,2 points à 59%, 3,1 rebonds et 1,4 passe décisive en 25 minutes, 34 matchs) : "Notre facteur X. Un joueur très collectif, très intelligent. Il ne rate jamais un shoot (53,8% à trois points sur la saison, meilleur shooteur du championnat pour la deuxième année consécutive, ndlr), à tel point que l'on est surpris lorsque cela arrive. Dans le vestiaire, il est l'homme des blagues silencieuses, tel un sniper à la Laurent Baffie. Il a la jovialité des gens du Nord. Un mec en or."

Kevin Joss-Rauze (2 points à 35%, 0,7 rebond et 1,2 passe décisive en 14 minutes, 33 matchs) : "Il incarne l'esprit d'équipe, de sacrifice. Toute l'année, il a joué pour le collectif.. Il s'est beaucoup sacrifié, que ce soit physiquement ou au niveau du temps de jeu. Il a toujours répondu présent. Un comportement exemplaire. On l'a mis en mission défensive sur les meilleurs attaquants adverses à chaque soir de match. Au-delà de ça, Kevin arrivait à être efficace en attaque sur le peu de temps de jeu qu'il avait. C'est un joueur d'expérience dans la division. Et dans le vestiaire, c'était mon acolyte pour pouvoir mettre l'ambiance, pour taquiner les autres. Il donnait le sourire et la patate à tout le monde. C'est important pour les jeunes car ils prennent ça comme modèle. Il est vraiment important dans un vestiaire."

"Youssou Ndoye, Monsieur téléphone"

Zachery Peacock (17,8 points à 59%, 6,7 rebonds et 1,9 passe décisive en 28 minutes, 31 matchs) : "Notre MVP (entretien réalisé avant la soirée des trophées, ndlr). L'assurance tout-risques. Vu l'intensité qu'il met des deux côtés du terrain, il montre l'exemple, c'est un leader par action. Il a répondu présent toute la saison, il a parfois su porter l'équipe. Pour nous, c'est le MVP et personne d'autre ne peut l'être à sa place. Il est assez cool, il ne parle pas beaucoup mais il a souvent le sourire aux lèvres. Il a pris Thibault Desseignet sous son aile, il a beaucoup échangé avec lui. Cela fait quand même deux ans qu'ils jouent ensemble. Je pense que ça a énormément aidé Thibault tout au long de l'année."

Youssou Ndoye (14,1 points à 60%, 9,4 rebonds et 1,2 contre en 28 minutes, 33 matchs) : "Notre tour de contrôle. Il a réussi à faire en sorte de protéger notre raquette tout au long de la saison, et de martyriser le cercle de l'autre côté. Il a un bel avenir devant lui. Il est intelligent, travailleur, à l'écoute. Il a de très bonnes mains et il a énormément progressé cette année. Il fait les efforts pour le collectif. Il a fait le lien entre les Américains et les Français car il est parfaitement bilingue. Dans le vestiaire, c'est "Monsieur téléphone". Il a toujours plus de téléphone, il est toujours en train d'appeler quelqu'un, aux Etats-Unis, en Afrique... Mais il arrivait à tout concilier et parlait avec nous en même temps."

Pierre Pelos (6,2 points à 49%, 4,3 rebonds et 1,4 passe décisive en 18 minutes, 34 matchs) :  "Le gars bien par excellence. C'est l'un des meilleurs coéquipiers. Il met de la bonne humeur et une bonne ambiance par son visage, ses expressions du Sud, son accent. Ses absences aussi... Un peu sur le terrain mais surtout à l'extérieur. Baskettement parlant, il a un fort potentiel offensif. Il sent le basket, il a de très bonnes mains, de très bons moves. Il peut encore énormément progresser sur des placements défensifs ou en terme de dureté mais il a beaucoup travaillé cette année avec le préparateur physique, Fabrice Serrano. Il a fait beaucoup d'efforts pour s'affûter. Il a eu des périodes difficiles dans la saison où il a moins joué mais il nous a énormément apporté en fin de saison où il a retrouvé la confiance. Il a fait partie des personnes qui ont fait la différence. Je pense que ça lui a fait du bien."

Le staff : "Il est assez riche car il ne faut pas oublier les kinés, les médecins qui nous ont vraiment aidé tout au long de la saison. Je veux leur tirer mon chapeau. Quant au staff technique composé de Savo Vucevic, Gérald Simon et Fred Sarre... Ils ont créé un groupe expérimenté, autonome. Ils nous ont montré la voie à suivre. Le coach nous a énormément responsabilisé, sur le terrain et en dehors. La mayonnaise a pris. La présence de Fred Sarre a aussi été importante : par moments, il a apporté toute son expérience. Ça s'est fait par petites touches, en discutant avec nous en dehors des entraînements, quand on en avait besoin. On s'est senti soutenu par tout le monde, comme le président et le vice-président qui ont toujours été là, même quand on était à 4-4. Ils nous ont toujours renouvelé leur confiance et ça nous a donné beaucoup de motivation."

Ils ont aussi joué à la JL cette saison...

Erik Rush (6,1 points à 48%, 2,8 rebonds et 2 passes décisives en 17 minutes, 9 matchs) : "On s'entendait très bien avec lui. Il est très calme dans la vie mais c'était un bulldozer sur le terrain. On l'appelait "Le Fléau" pour ça. Malheureusement, il a eu des problèmes physiques qui l'ont empêché de trouver sa place dans notre basket mais il pouvait vraiment dominer physiquement sur le terrain."

Aleksandar Ponjavic (1,3 point à 32%, 1,4 rebond et 0,6 passe décisive en 9 minutes, 11 matchs) : "Il s'était vraiment très bien intégré au groupe, aussi bien avec les étrangers que les Français. Il était peut-être moins physique qu'Erik Rush et moins talentueux que Tomas Kyzlink mais on a passé de très bons moments avec lui. Il est resté en contact avec toute l'équipe jusqu'à la fin. On a réussi à partager notre titre avec lui en lui envoyant des photos sur Snapchat, WhatsApp... C'est quelqu'un de très bien humainement."

Sans oublier les jeunes Bali Coulibaly (5 matchs) et Constantin Minla (2 matchs)...

Le regard de Mérédis Houmounou sur sa saison

"Au début, je commençais sur le banc puis j'ai fini dans le cinq. J'avais un rôle de dragster car je n'étais qu'avec des forts scoreurs : Garrett, Maxime, Zack, Youssou... Il fallait pouvoir les alimenter, suppléer Garrett à la mène, avoir des pénétrations pour servir les grands, défendre sur l'un des meilleurs joueurs d'en face. Je devais apporter du rythme. J'étais un peu double face car lorsque je revenais dans le deuxième quart-temps avec les gars du banc, j'étais à la mène. En dehors du terrain, j'ai essayé d'être un leader, d'amener mon expérience, de seconder Philippe au niveau du capitanat, de beaucoup parler avant les matchs pour motiver les gars. Aussi, j'étais là pour mettre l'ambiance. J'écoute toujours de la musique, je venais tous les jours avec mon poste pour que l'on puisse travailler dans la bonne humeur.

Pour moi, ce titre est un aboutissement après neuf saisons en Pro B. Surtout avec une équipe comme ça, homogène, avec une bonne ambiance du début à la fin. C'est vraiment plaisant de cette manière. J'ai pris beaucoup de plaisir cette année. Tout le monde s'est sacrifié pour le groupe et l'objectif. C'est le sport ça, quand dix personnes font des efforts, pensent à la même chose et ne sont pas pris par leurs ambitions personnelles... Je suis extrêmement content d'avoir participé à cela.

Il me reste encore un an de contrat. Du coup, si tout se passe bien, je serai encore là pour la Pro A."

Ses statistiques : 6,6 points à 44%, 2,8 rebonds et 3,2 passes décisives en 21 minutes, 31 matchs.


Un titre fêté au... Champomy par Mérédis Houmounou et ses coéquipiers

 

20 mai 2017 à 15:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Je vis pour les France - Espagne
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
20h00
Nanterre
Chalon-sur-Saône
20h00
Hyères-Toulon
Le Mans
20h00
Le Portel
Limoges
20h00
Antibes
Levallois Metropolitans
20h00
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
18h30
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
18h00
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
18h30
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
18 novembre - 00h30
Lyon-Villeurbanne
Trente
18 novembre - 01h40
Cleveland Cavaliers
Los Angeles Clippers
18 novembre - 02h00
San Antonio Spurs
Oklahoma City Thunder
18 novembre - 05h30
Kuban Krasnodar
Limoges
18 novembre - 08h30
France - Roumanie, Qualifications de la Coupe du Monde 2018