instagram
PRO B


NOUVELLE FORMULE DE LA PRO B : QU'EN PENSENT LES ACTEURS DU CHAMPIONNAT ?

Disons le franchement, la nouvelle formule de Pro B a été accueillie plutôt négativement jeudi dernier.

Détachant les poules géographiques de la saison régulière, elle permettra au vainqueur de ce mini-championnat régional d'assurer sa place en playoffs.

Une fois l'effet de surprise passé, nous avons interrogé dix acteurs du championnat. Joueurs français ou étranger, président de club, GM ou directeur exécutif, ils nous ont donné leur ressenti sur le nouveau format de la Pro B. Et les réactions sont plus nuancées.

Propos recueillis par Arnaud Valadon, Gabriel Pantel-Jouve et Alexandre Lacoste.

Arthur Bouedo (joueur, Châlons-Reims) : "De ce que je viens de regarder, je pense que c'est dommage d'un point de vue de joueur qu'ils décident de réduire le nombre de matchs et que l'on ne joue plus en semaine. Après, je pense qu'ils sont partis un peu loin dans leur raisonnement et qu'ils nous inventent des choses jamais vues avant mais bon, si ils le font, c'est qu'il doit y avoir une raison. C'est leur boulot, de créer et d'adapter le championnat pour que les clubs s'y retrouvent derrière. Le mien c'est de jouer au basket. On verra bien ce que ça donne la saison prochaine."

Edouard Choquet (joueur, Fos-sur-Mer) : "Tout d'abord, en tant que joueur, je reste pour le fait de jouer plus de match que dans la formule précédente (34 rencontres) donc, de ce point de vue-là, c'est bien de rester dans la même stratégie. Ensuite, le système de poules régionales... Je pense que cette saison, il a quelque peu faussé la donne de par le niveau des équipes de ces poules.

Je m'explique par une statistique très simple : prenons les 9 premiers, donc le futur champion et les 8 "playoffables" à cette date. 4 viennent de la poule "Nord-Ouest" (Boulogne, Le Portel, Poitiers et Évreux), 4 de la poule "Sud" (Bourg, Aix-Maurienne, Hyères-Toulon, Fos) et seulement un de la poule "Nord-Est" (Châlons-Reims). Le but n'est pas de dénoncer le fait que le CCRB aurait eu un championnat plus "facile", loin de là, mais les faits montrent que les autres poules semblaient bien plus homogènes. Résultat, Châlons-Reims reste quasi invaincu dans son groupe. Tout ça pour dire que la formule actuelle a, à mon sens, montré ses limites. [...]

Le gros plus de la nouvelle formule : l'exposition de la Pro B avec un match à la Leaders Cup (pourquoi pas télévisé ?). Autre plus : les poules régionales ne rentrent plus en compte dans le classement de la saison régulière donc, a priori, tout le monde jouera contre tout le monde le même nombre de fois. Le moins : même si je ne connais pas actuellement les dates prévues pour ce nouveau championnat régional, j'ai peur, qu'admettons qu'une une équipe se retrouve à perdre ses deux premiers matchs de poules, ce qui la rendrait inqualifiable pour les "playoffs régionaux", où trouverait-elle l'intérêt de continuer à être compétitif ? Ne va t-on pas se retrouver avec des matchs quasi amicaux en pleine saison ? Je pense quand même que rajouter des matchs supplémentaires avec de vrais enjeux pendant la saison ne peut que faire du bien à la Pro B, notamment dans l'idée de gros derbys à enjeu (Antibes, Monaco, Boulogne s'ils ne montent pas, Le Portel,...)"

- Un championnat illisible : les médias et les spectateurs ne comprennent rien à cette formule compliquée où leur club reçoit chaque équipe une ou deux fois.- Un championnat inégalitaire au niveau financier : les déplacements pour certains clubs sont beaucoup plus élevés que pour d'autres, Boulazac par exemple.- Une compétition coûteuse : l'augmentation importante du nombre de rencontres à domicile (22 au lieu de 15) n'a pas été répercuté complétement au niveau des abonnements spectateurs ou des prestations partenaires, alors que le budget déplacement a été augmenté de près de 50 % (sans compter les coûts de la salle, des tables de marques et de l'arbitrage). Cette formule nécessite aussi plus de joueurs dans l'effectif afin de faire face à la multiplication des rencontres et au risque de blessures.- Une billetterie compliquée : dans une période économique difficile, les spectateurs ont choisi leurs rencontres. Au cours du mois d'avril, nous recevons à cinq reprises. Difficile pour un couple avec deux enfants de consacrer plus de 200 € pour assister à la totalité des matchs. Sans compter les rencontres du mardi soir qui subissent une perte minimale de 30 % du public.Il faut savoir reconnaître ces erreurs et le fait qu'une formule puisse être suicidaire. C'est la raison pour laquelle la Commission des Présidents de Pro B a demandé à une large majorité un retour à la formule précédente : match aller - match retour - playoffs. Le Comité directeur de la LNB a accepté de suivre nos recommandations et c'est une très bonne chose :- Saison régulière de 30 ou 34 matchs selon les 16 ou 18 clubs en Pro B. La Commission des Présidents de Pro B a d'ailleurs fortement insisté pour que cette division demeure à 18 clubs.- Rencontres ayant lieu le vendredi ou le samedi soir (très exceptionnellement le mardi soir).- Saison allongée avec un championnat se terminant fin mai et des playoffs en juin.A cette compétition, se trouve rattachée une deuxième compétition qui est totalement déconnectée de la première et dont, en effet, la première phase se déroulera géographiquement de la même façon que les premiers tours de la Coupe de France. Selon le positionnement de ces rencontres, cette compétition permettra aux clubs de proposer des rencontres sous forme de derbys, tout en servant de préparation au championnat (avant sa phase aller et avant la reprise de janvier). Pour les meilleurs, elle se poursuivra par les quarts et les demi-finales qualificatives pour un match à la Leaders Cup, répondant ainsi à la demande du Président Béral de donner une exposition à la Pro B lors de la seule compétition qui rassemble le basket professionnel français, depuis la disparition des finales à Bercy.Les difficultés de lisibilité énoncées par les journalistes et les supporters sont essentiellement dues au fait que lors de la présentation qui a été faite de ces deux compétitions, on a voulu volontairement parler du maintien des poules géographiques (allez savoir pourquoi :-) ) et du fait que ces deux compétitions sont liées. Or, le seul lien est qu'une place en playoffs est assurée au vainqueur du match de la Leaders Cup, sachant que dans 95 % des cas, le vainqueur sera de toute façon parmi les huit équipes qualifiées en fin de saison)."Tyren Johnson (joueur, Hyères-Toulon) : "Dans l'ensemble, ça me parait plutôt bien. Mais j'aimerais que l'on continue à jouer en milieu de semaine. C'est vraiment ennuyeux de ne disputer qu'un seul match par semaine, j'aime jouer beaucoup de rencontres."

Posté par Alexandre Lacoste

21 avril 2014 à 15:00
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges