instagram
PRO B


QUELLE PLACE POUR LES JEUNES JOUEURS EN LNB ?

A mi-saison, vingt-trois joueurs de moins de 23 ans (nous avons arbitrairement pris le 1er janvier 1991 comme date butoir de prise en compte des joueurs) ont foulé le parquet de Pro A à au moins cinq reprises, dont quinze ont participé à au moins dix matchs.

Quelle est la place des jeunes joueurs dans le championnat de France, Pro A et Pro B ? A de nombreux niveaux, le constat n'est pas rassurant. Décryptage.

1 - Bilan général

Pour quel apport ? En moyenne, ces U23 passent 12,28 minutes sur le parquet et fournissent 3,81 points et 4,63 d'évaluation. Ce que l'on peut considérer comme assez faible. D'autant que s'ils sont quatorze à jouer plus de 10 minutes en moyenne, ils ne sont que dix à dépasser 5 points et onze les 5 d'évaluation. Autant dire qu'une petite moitié de ces JFL seulement dispose d'un rôle un tant soit peu important dans la rotation de leur club.

Les U23 "pèsent" 8,90% des points de leur équipe et 9,78% de l'évaluation globale de leur club

Si l'on s'intéresse au "poids" de ces U23 dans leurs clubs respectifs, il faut se pencher sur ce que représentent leurs points et évaluation par rapport aux moyennes de leur équipe. Et les chiffres sont édifiants : en moyenne, les U23 pèsent 8,90% des points de leur équipe et 9,78% de l'évaluation globale de leur club. Avec quelques clubs qui se distinguent : les U23 de Chalon et du Havre apportent plus de 20 % des points de leur équipe et plus de 21 % de l'évaluation globale. Plus globalement, six équipes voient leurs U23 représenter plus de 10 % des points marqués, sept bénéficient de U23 apportant plus de 10 % de l'évaluation globale de l'équipe.

Le U23 qui passe le plus de temps sur le terrain – et qui est également le plus prolifique en termes de points marqués – est Hugo Invernizzi (1993), du Havre, avec 24,8 minutes jouées et 7,8 points marqués. Mais, à l'évaluation, c'est Clint Capela, le pivot helvète de Chalon, qui se distingue, avec une évaluation moyenne de 11,9, remarquable pour un joueur né en 1994 (nous l'avons d'ailleurs élu meilleur jeune et meilleure progression de la première demi-saison).

Il est fréquent d'entendre dire que la Pro B constitue une étape intéressante pour des jeunes à fort potentiel souhaitant acquérir du temps de jeu. Et des exemples passés comme Edwin Jackson ou Adrien Moerman vont dans ce sens. Pour autant, à examiner la liste des quarante-et-un joueurs de moins de 23 ans ayant joué au moins cinq des vingt-trois premiers matchs de la saison 2013/2014 de Pro B, force est de constater que le constat n'est pas si évident. Certes, ils sont vingt-six à jouer plus de 10 minutes par match, mais leur apport n'est pas colossal : onze joueurs à plus de 5 points, deux seulement (Axel Julien et Lahaou Konaté) à plus de 10 points (les mêmes étant les seuls à plus de 10 d'évaluation). Et si l'on peut penser qu'il existe quelques bons potentiels (Ulysse Adjagba, Théo Léon, Anthony Racine, Valentin Bigote, Kevin Harley, Moustapha Fall, par exemple), il ne semble pas évident qu'ils soient nombreux, de ces quarante-et-un, à pouvoir prétendre jouer un rôle important en Pro A, à terme. En moyenne, les U23 de Pro B "pèsent" 3,63 points et 3,96 d'évaluation.

Notre cinq U23 de Pro B :

1 Axel Julien – 2 Lahaou Konaté – 2/3 Valentin Bigote – 4/5 Babacar Niang – 5 Moustapha Fall

...Conclusion

Certes, il y a la crise économique, qui réduit les budgets et pousse les clubs à (souvent) rogner sur la formation. Certes, il y a la concurrence du rugby, du handball, du volley-ball, sports également friands de grands gabarits. Certes toujours, après quelques générations "exceptionnelles" (les 88-89, les 90-91), il peut paraître logique que les générations suivantes se montrent plus "normales". Et on pourrait sans doute aligner d'autres excuses, plus ou moins bonnes, pour justifier un fait concret : la place des jeunes joueurs en Pro A diminue, leur impact suivant la même évolution et les potentiels de haut niveau semblent se raréfier.

Ce qui soulève plusieurs questions :

  1. Quelle est la réelle volonté des clubs français de former des joueurs et de les mettre sur le terrain ?
  2. Les clubs qui se plaignent de la règle des JFL et qui dans le même temps ne font rien pour compenser ses côtés négatifs (inflation salariale des JFL) en formant des jeunes de qualité ne devraient-ils pas réfléchir d'un peu plus près à cette "équation" ?
  3. L'actuel championnat Espoirs constitue-t-il réellement une rampe de lancement vers la Pro A (voire plus haut) pour les jeunes qui y évoluent ? Ne faudrait-il pas songer à le réformer ?
  4. Quelle est la ligne directrice en matière de "politique jeunes" de la LNB et de la FFBB, que l'on entend somme toute assez peu sur le sujet ?
  5. Le basket français sait-il tirer parti de l'engouement qu'a pu engendrer le titre européen acquis l'été dernier ?

Posté par Bruno Ferret

28 janvier 2014 à 19:30
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
03 décembre - 18h45
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
04 décembre - 18h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
05 décembre - 11h00
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
05 décembre - 12h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges