instagram
PRO B


QUELLE PRO B POUR LA SAISON 2016/17 ?

Crédit photo : Olivier Fusy

18 clubs sur la ligne de départ pour deux promus et deux relégués à l'arrivée. Faites connaissance avec les différentes équipes de cette Pro B 2016/17.

Après un mois de Leaders Cup que les clubs ont surtout mis à contribution pour peaufiner leur préparation, le championnat de Pro B commence véritablement ce jeudi avec le déplacement de Poitiers à Charleville-Mézières.

On le sait : la Pro B se caractérise par son imprévisible - le sacre surprise de Hyères-Toulon la saison dernière l'a encore prouvé -, voir même par son homogéneité. Cela dit, même si le jeu des pronostics est pratiquement voué à l'échec, nous avons tout de même tenté de classer les 18 équipes en quatre groupes différents.

Pour savoir si nous avons eu le nez creux, pour savoir qui montera en Pro A, pour savoir qui descendra en NM1, pour savoir si Joe Burton parviendra à conserver son titre de MVP face à la meute de prétendants (Youssou Ndoye, Jarvis Williams, Worthy de Jong...), pour savoir quel jeune se révèlera au grand jour : rendez-vous dans les salles de Pro B au cours des 34 épisodes à venir !

(Les statistiques indiquées tout au long de l'article sont celles de la Leaders Cup).

 

  • LES CANDIDATS AU TITRE

Boulazac : Au vu de la Leaders Cup (4 défaites en 4 rencontres), le BBD n'a pas encore trouvé la bonne alchimie. Mais quand le club périgourdin concrètisera sur le terrain les promesses tirées du papier, la troupe d'Antoine Michon devrait faire souffrir beaucoup d'équipes de Pro B. Jarvis Williams s'annonce comme un engin de démolition (22 points à 53%, 8,5 rebonds et 2 passes décisives), Anthony Roberson comme une arme offensive de premier plan et Maxime Zianveni sera le taulier de la raquette. De l'expérience à tous les étages. En souffrance physique lors de la fin de la saison à Bourg, Marc-Antoine Pellin - en difficulté lors de la Leaders Cup (3,3 points à 25% et 4,5 passes décisives) - sera déterminant pour mener cette équipe vers ses objectifs.

Bourg-en-Bresse : Après une saison des plus décevantes, la Jeu est pratiquement repartie d'une feuille blanche. Savo Vucevic est arrivé sur le banc et a bâti une équipe moins clinquante que l'année mais, semble t-il, plus complémentaire. Impressionnant lors de la Leaders Cup (19,3 points à 60% et 11 rebonds), Youssou Ndoye a tout d'une bonne pioche et devrait former avec Zachery Peacock une paire d'intérieurs sans équivalent en Pro B. Entre le physique de Garrett Sim et les difficultés du jeune Thibault Desseignet (0,3 d'évaluation en 16 minutes), un doute plane sur le poste 1. Dans l'Ain, le sportif doit maintenant suivre le développement structurel du club.

Fos-Provence : On ne change pas une équipe qui gagne ! Solide deuxième de la saison régulière l'an dernier, le club provençal avait tout à perdre en chamboulant son effectif. Alors seul Brad Waldow est arrivé au cours de l'été, afin de prendre la place de LaRon Dendy. L'ancien pivot d'Anvers, intéressant lors de ses premiers pas en Leaders Cup (14 points à 64% et 4,3 rebonds), détient une grande partie de l'avenir fosséen entre ses mains. Mais il doit se faire violence, notamment au rebond, le secteur où Fos en attend le plus. Luc-Arthur Vebobe blessé, Rémi Giuitta a récemment fait appel à Ryan Martin (jusqu'à la fin du mois de janvier). Mais avec seulement deux recrues sur la ligne de départ, Fos-sur-Mer part avec une longueur d'avance sur la concurrence.


Bourg et Fos devraient tenir les premiers rôles (photo : Vincent Janiaud)

Roanne : La Chorale peut remercier Evreux ! Nouveau technicien ligérien, Laurent Pluvy a amené Joe Burton dans ses bagages. Rien de moins que le MVP de la division. Déjà à son avantage en Leaders Cup (15,8 points à 73%, 8,8 rebonds et 2 passes décisives), l'Indien est un gage de sécurité, tant sur le plan sportif que humain. Tout comme Clément Cavallo (notre photo de une), capitaine sacré avec Hyères-Toulon au printemps dernier. La saison de l'explosion pour Arthur Rozenfeld (14,5 points à 47% et 6 passes décisives) ? Cette équipe a tout pour redonner le sourire à Vacheresse après la morosité des dernières années.

 

  • LA LUTTE POUR LES PLAYOFFS

Nantes : Le retour des ambitions à l'Hermine, qui parait même armée pour ambitionner une place dans le quatuor de tête. L'effectif regorge de valeurs sûres de la division, à commencer dans la raquette avec le trio Christopher McKnight - Laurence Ekperigin - Guy-Marc Michel. Meilleur marqueur français de Pro B, Valentin Bigote a tout pour continuer à s'épanouir. Pour peu que Joe Dean Shaw se mette au niveau (6 points à 24% et 3 rebonds), la troupe de Franck Collineau a tout d'un véritable épouvantail. Et ce même sans Allen Durham...

Poitiers : En large perte de vitesse depuis sa finale perdue en 2014 contre Bourg-en-Bresse, le PB86 semble avoir retrouvé un peu d'enthousiasme pour cette nouvelle saison. Ruddy Nelhomme a bâti un effectif intéressant, fruit d'un savant mélange entre jeunesse (Youssoupha Fall, Sekou Doumbouya, Mike Joseph, Steve McWhorter) et expérience (Drake Reed, Jeff Greer, Pierre-Yves Guillard). Deux joueurs pourraient bien enfin se hisser au niveau des espérances suscitées par leur potentiel : Christophe Léonard (12,8 points à 57%, 5 rebonds et 5,8 passes décisives) et le dernier arrivé, Mickaël Var, meilleure évaluation française de la Leaders Cup avec une marque à 21,3 (13,8 points à 67%, 7,3 rebonds et 3,3 passes décisives).

Le Havre : Au terme d'une saison cauchemardesque, le STB voudra avant tout redorer son image auprès de ses supporters déçus. De retour en Normandie, Jean-Manuel Sousa est arrivé avec des anciens havrais dans ses bagages : Fabien Paschal, Nicholas Pope et surtout le roi des Docks, Bernard King, certes encore en rodage (8,3 points à 42% et 5,2 rebonds). Beaucoup de recrues (Pope, King, Lebrun, Njoya...) sont à l'image du club : revanchardes. Yannis Morin devrait prendre une autre dimension cette saison (17,3 d'évaluation). A contrario, Orlando Sanchez doit prouver qu'il a le niveau (7,5 points à 38% et 4,8 rebonds).


Le STB de Josh Greene en mission reconquête (photo : Christophe Delrue)

Boulogne-sur-Mer : Beaucoup moins de jeunes qu'à l'accoutumée sur la Côte d'Opale. L'effectif est bien plus expérimenté, athlétique, axé sur la défense. La paire JBAM - Grismay Paumier massera le dos de bon nombre de pivots de l'antichambre alors que l'ancien MVP Teddy Gipson tentera de se rappeler au bon souvenir de la Pro B. International néerlandais, Worthy de Jong s'annonce comme l'une des têtes d'affiche du championnat (17,3 points à 47%, 7,3 rebonds, 3,3 interceptions et 2,3 passes décisives). L'ensemble paraît outillé pour le Top 9, d'autant plus que le SOMB dispose d'un joker avec la possibilité d'embaucher un joueur étranger supplémentaire.

Denain : Retombé dans l'anonymat après sa finale surprise de 2015, le club nordiste affiche un ensemble cohérent et à fort potentiel pour cette nouvelle saison. Autour d'un Kyle Spain revanchard après une saison tronquée à Hyères-Toulon et des revenants Pierric Poupet et Jérôme Cazenobe, Jean-Christophe Prat n'a pas dérogé à ses habitudes en faisant venir une multitude de jeunes prometteurs. S'il faudra être patient avec certains, à commencer par Warren Racine (0,8 d'évaluation en 14 minutes), d'autres comme l'international A' Terry Tarpey n'ont pas tarder à se mettre en évidence (13,3 points à 50%, 3,8 rebonds et 2 passes décisives). Denain candidat au Top 9 ou non ? La réponse réside probablement dans les mains du mystérieux ailier ivoirien Charles Abouo (3,8 points à 33% et 3,5 rebonds).

Evreux : Après le court mais riche intermède Laurent Pluvy, l'ALM entame un nouveau cycle avec Laurent Sciarra aux commandes. Le vice-champion olympique est allé chercher des recrues méconnues, dans des championnats peu référencés, mais il semble avoir eu le nez creux : Caleb Walker (21 points à 63%, 5 rebonds et 3 passes décisives), Corin Henry (15,8 points à 43% et 5,5 passes décisives) et même Rémi Dibo (14,3 points à 44%, 6,5 rebonds et 2,3 passes décisives) ont fait forte impression lors de la Leaders Cup. La longue blessure de Kevin Corre, l'un des rares rompus aux joutes de la Pro B, est un vrai coup dur pour Evreux. Une qualification pour les playoffs serait déjà une belle réussite pour cette équipe new look.

 

  •  LE VENTRE MOU

Vichy-Clermont : La JAVCM n'aborde pas cette deuxième saison dans un climat serein. Après avoir estimé que l'équipe n'avait pas le niveau pour la Pro B, l'entraîneur Fabien Romeyer a été remercié et remplacé par Stéphane Dao. L'expérience de l'effectif (Rida El Amrani, Derrick Byars, Wen Mukubu, Charles-Henri Bronchard, Grégory Lessort) sera déterminante pour sortir de cette mauvaise passe. Le club auvergnat ne devrait théoriquement pas être concerné par la lutte pour le maintien mais devra cravacher pour atteindre son objectif initial, les playoffs. Une espérance notamment renforcée par la prolongation surprise du meneur Dustin Ware (14 points à 37%, 4 rebonds et 5,3 passes décisives).

Blois : Attendu depuis de nombreuses années en Pro B, le club blésois est enfin parvenu à atteindre son objectif. La patience de l'ADA a eu du bon, l'entité du président Paul Seignolle semble déjà prête à se pérenniser dans l'antichambre. Mickaël Hay a déniché un véritable patron avec Frank Turner (14 points à 51%, 3 rebonds et 7 passes décisives), éphémère Fosséen en 2013, et Moïse Diame ne devrait pas tarder à faire parler de lui à l'étage supérieur (14,8 points à 65% et 8,3 rebonds). Les arrivées des expérimentés Lamayn Wilson et Rudy Jomby sont de sérieux gages de sécurité. Un maintien tranquille, voir plus si affinités : Blois a tout l'attirail de la belle surprise de la saison.

Lille : Si le LMB veut disputer les playoffs une deuxième fois d'affilée, il faudra que les recrues étrangères de Neno Asceric soient performantes. Pour l'instant, c'est globalement le cas, avec même une mention spéciale pour le fils du coach, le jeune combo-guard autrichien Luka Asceric (19 ans), pas du tout attendu à ce niveau à l'occasion de la Leaders Cup (11,5 points à 44%, 3,8 rebonds et 2,5 passes décisives). A contrario, le rookie danois Kevin Larsen parait déjà en sursis (4 points à 29% et 3n8 rebonds). Thomas Ceci-Diop semble avoir franchi un cap (14,8 points à 51%, 4,8 rebonds et 2 passes décisives). Mais avec de nombreux départs, dont celui de Tajuan Porter, Lille ne pourra pas surfer sur la dynamique de sa surprenante phase retour.


Traoré et Lille, objectif playoffs ? (photo : Christophe Delrue)

Saint-Chamond : Sans faire de bruit, Alain Thinet a composé une équipe qui a tout du poil à gratter de la saison. L'arrivée de B.A. Walker, l'un des meilleurs meneurs du championnat, dans la Loire est un vrai indicateur des ambitions ligériennes. Le SCB s'est également servi parmi la crème de la NM1 avec Jonathan Hoyaux, Eigirdas Zukauskas et Bennet Davis. On suivra de près les premiers pas en LNB du prospect Stéphane Gombauld (8 points à 37% et 6,5 rebonds), prêté par l'ASVEL. Toutefois, on notera un gros contre-temps dans la préparation de Saint-Chamond : le départ du pivot Kinu Rochford, remplacé par Killian Larson, anonyme lors de sa première sortie contre Roanne (4 points à 0/3 et 1 rebond).

 

  •  ATTENTION, DANGER

Charleville-Mézières : S'il n'y avait pas Wilbert Brown et Mohamed Koné dans les parages, nous serions très inquiets pour l'avenir de cette équipe. Mais la présence des deux vétérans dans les Ardennes est un signe positif pour l'Etoile qui sera drivée cette saison par un... rookie islandais de 22 ans, Martin Hermannsson (11,7 points à 40% et 3 passes décisives). Un véritable pari de Cédric Heitz, tout comme la venue d'un autre débutant, l'ailier-fort Jordan Fouse, pas toujours à son aise lors de la Leaders Cup (6,3 points à 39% et 7,5 rebonds). Si Lucas Dussoulier est pour l'instant à la peine (1 point à 16%, -0,3 d'évaluation en 13 minutes), le salut de Charleville-Mézières passera aussi par ses jeunes français et notamment par les progrès de William Mensah et Damien Bouquet. L'objectif carolo ne sera rien de plus que la 16e place.

Rouen : La chute est rude pour le RMB. Gracieusement invité en Pro A il y a deux saisons par la LNB, le club normand ne semble même plus appartenir au gratin de Pro B. La seule valeur sûre rouennaise prendra place sur le banc : Rémy Valin. Réputé bon recruteur, l'ancien technicien d'Evreux n'a pas misé sur l'expérience, en témoigne l'arrivée de quatre jeunes joueurs étrangers inconnus à ce niveau. Convaincants dans l'ensemble lors de la Leaders Cup, ils sont le reflet du fort potentiel dégagé par cette équipe rouennaise. Mais gare si la mayonnaise ne prend pas... La frontière sera très mince entre la lutte pour les playoffs et celle pour le maintien.

Saint-Quentin : Faire mieux que la saison dernière (11e avec 17 victoires et 17 défaites) serait une vraie réussite pour cette équipe du SQBB qui interroge sur de nombreux aspects. D'abord au niveau de son recrutement, douteux en ce qui concerne les joueurs étrangers, excepté le champion toulonnais Robert Nyakundi (18,3 points à 57% et 4,7 rebonds). Le meneur canadien Hernst Laroche ne trouve pas la mire (8,3 points à 30% et 4,3 passes décisives), Eniel Polynice non plus (8,3 points à 37% et 3,3 rebonds) tandis que le rookie Ryan Rhoomes ne semble pas être un pivot de premier plan (7,3 points à 53% et 5,5 rebonds). Et comme Armand Charles et Darnell Williams semblent être en perte de vitesse... Cependant, hormis une cinglante déroute à domicile contre Charleville-Mézières (53-79), Saint-Quentin a plutôt tenu le choc lors de la Leaders Cup en disposant de l'Etoile (68-63) et de Denain (72-71).

Aix-Maurienne : De retour aux affaires après une saison de purgatoire en NM1, l'ancien doyen savoyard semble destiné à lutter pour sa survie en Pro B. A ce petit-jeu là, l'AMSB présente quelques garanties, à commencer par la présence de Moses Sonko, déterminé à prouver que même trois ans après sa dernière apparition en Pro B, il appartient toujours à la caste des meilleurs joueurs du championnat (18 points à 55%, 4,3 rebonds et 2 interceptions). Notons aussi que la Leaders Cup a été extrêmement rassurante avec deux succès contre Fos-Provence et un contre la JL Bourg. Toutefois, la profondeur de banc n'est pas énorme et Sébastien Bozon a dû composer fin septembre avec la contre-indication médicale du pivot Kourtney Roberson, remplacé par le champion de Suisse John Williamson, intéressant lors de sa première sortie à Fos-sur-Mer (8 points et 11 rebonds).


Moses Sonko semble être de retour à son meilleur niveau (photo : Vincent Janiaud)

13 octobre 2016 à 17:10
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Je vis pour les France - Espagne
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
03 décembre - 18h45
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
04 décembre - 18h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
05 décembre - 11h00
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
05 décembre - 12h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges