instagram
PRO B


SOUFFELWEYERSHEIM : POUR L’HISTOIRE

Souffelweyersheim : Pour lhistoire
Crédit photo : Myriam Vogel

Avant de la finale de la Leader’s Cup Pro B de ce dimanche après-midi en levé de rideau de la finale Strasbourg vs Le Mans, BeBasket est allé à la rencontre des joueurs de Souffelweyersheim pour prendre la température. Ambiance.
Par Nicolas Kohlhuber
 
Souffelweyersheim, une ville de 7 549 habitants de la banlieue strasbourgeoise et pourtant connue à l’échelle nationale. Si depuis quelques années les fans de basket avaient l’habitude de voir ce nom circuler régulièrement en NM2, puis NM1 et maintenant en Pro B pour la deuxième saison consécutive, ils devront s’entraîner à le prononcer correctement pour de nouveaux évènements. Les hommes de Stéphane Eberlin sont qualifiés pour la première finale de la Leader’s Cup Pro B et iront se battre à Disneyland pour décrocher un ticket pour les playoffs.
« C’est la première finale du club à Paris, avec une qualification en playoffs au bout, donc on peut dire que c’est le match le plus important de l’histoire du club », concède Abdoulaye N’Diaye, pivot sur le terrain, et pilier du vestiaire.
Mais alors qu’il pourrait s’agir d’un évènement festif, il en est tout autre.  Le BCS est en difficulté en championnat, et doit se battre pour rester au dessus de la zone de relégation. Comment expliquer les deux visages de cette équipe ? Daniel Pereira, l’entraineur adjoint nous confie quelques éléments de réponse.
« L’équipe fonctionne au mental, en début de saison la Leader’s Cup n’était pas un objectif, et les gars jouaient relâchés, c’est ça qui fait la différence. L’équipe était libérée et en très grande réussite, quand en championnat le stress et l’impact au classement rendaient chaque journée difficile à appréhender. »
Mais cela n’entame en rien la motivation qui va animer ces  « hommes qui passeront en mode guerrier ». Un mot revient à plusieurs reprises dans les discours tenus : « Une finale ne se joue pas, elle se gagne. »
« Je prendrai mes responsabilités s’il le faut, mais dans notre équipe, tout le monde peut prendre le match à son compte. Je crois en notre collectif », annonce de son côté Daviin Davis, le meilleur marqueur du BCS en faisant certainement allusion à Arnaud Imhoff qui avait sorti son meilleur match en carrière, lors du quart de finale aller face à Nantes.
Et si l’Américain pense que la défense sera la clé du match, le staff ne partage pas forcément son avis.
« Tout dépendra de notre capacité à être rentable offensivement. Défensivement, on peut embêter tout le monde, mais on va devoir hausser notre niveau de jeu de l’autre côté du terrain pour l’emporter, on devra se libérer et trouver la réussite », annonce l’entraineur adjoint.
Mais les deux parties s’accordent sur une chose : l’émotion ne devra pas prendre le dessus. Tous les joueurs feront leurs grands débuts à ce niveau, face à une équipe d’Antibes qui a été trois fois championne de France. La pression n’est donc pas sur les épaules des Alsaciens, qui ont là l’opportunité de remporter un ticket « gratuit » pour les play-offs. Mais attention à Antibes, une équipe qui revient en forme dans cette seconde partie de championnat. L’ex-pensionnaire de Pro A se présentera avec de nombreux atouts ce week-end à Disneyland. Daniel Pereira en craint trois.
« Will Solomon, habitué aux grands rendez-vous qui représente un grand danger avec son potentiel de création. Tim Blue qui domine tout simplement le championnat, et peut débloquer n’importe quelle situation avec sa large palette offensive. Sime Sprajla enfin est un joueur qui fait mal aux postes 4-5. »
La tâche ne sera pas aisée pour les Bas-Rhinois. Stéphane Eberlin enregistre le retour d’Abdoulaye N’Diaye à l’intérieur, offrant une rotation supplémentaire. De son côté, Elson Mendy, pigiste médical jouera là son dernier match sous les couleurs du BCS. Ils ne seront pas de trop pour essayer de rentrer dans l’histoire.
 
22 février 2015 à 11:12
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
BENJAMIN BONNEAU
Amoureux de magret et de basketball, élevé au grain en plein Berry. Fanatique de tous les baskets, surtout dans son Sud-Ouest d'adoption
Benjamin Bonneau
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
09 décembre - 03h30
Chicago Bulls
San Antonio Spurs
NBA
09 décembre - 09h30
Utah Jazz
Golden State Warriors
NBA
09 décembre - 11h00
Chicago Bulls
San Antonio Spurs
PRO A
09 décembre - 12h45
Monaco
Paris-Levallois
NBA
09 décembre - 12h45
NBA Extra