À L'ÉTRANGER

ITW MARIUS VAN ANDRINGA, CE FRANÇAIS DU FROID

ITW Marius Van Andringa, ce Français du froid NE PAS PUBLIER
Crédit photo : Claire Macel

Joensuu - charmante ville de 73 000 habitants située à l'est de la Finlande (Suomi en finnois), cité étudiante surnommée la "'Capitale Forestière de l'Europe" en raison de son célèbre Institut Européen de la Forêt, c'est un endroit où il fait bon vivre.

C'est ici que nous avons découvert Marius Van Andringa. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais c'est bien là qu'un Français ou plutôt un Franco-Finlandais fait ses gammes au sein de l'équipe locale de Kataja. Repéré à l'occasion du déplacement de la JSF Nanterre dans le cadre de l'EuroChallenge il y a quelques jours, BeBasket vous propose de partir à la rencontre de ce joueur encore méconnu mais qui peut-être un jour se fera un nom au sein du basket français.

Bonjour Marius. Pouvez-vous vous présenter pour commencer ?

Bonjour à tous, je m'appelle Marius Van Andringa, je suis né à Helsinki le 20 mars 1994 (la même année que Mouhammadou Jaiteh) et je suis Franco-Finlandais (Français par mon père et Finlandais par ma mère). Basketteur au sein de l'équipe de Kataja, je suis également étudiant au lycée de ma ville. Trilingue, je parle couramment le français, l'anglais et le finnois. 

D'un point de vue basket, quel est votre parcours ?

J'ai débuté le basket à l'âge de 4 ans dans le club de MaSu Basket, où sont passés entre autres Petteri Koponen (Khimki Moscou, ex Virtus Bologne) et Sasu Salin (Union Olimpija). Après je suis parti en Italie, à Rome plus précisément où j'ai joué durant un an à l'âge de 9/10 ans. A 15/16 ans je suis allé en France où j'ai joué pour l'équipe de Charenton. Après je suis revenu en Finlande à Vantaan Pussihukat en junior puis à Helsinki Seagulls en senior et cet été j'ai signé mon premier contrat pro avec Kataja avec qui je dispute la Korisliiga (la Pro A finlandaise) et l'EuroChallenge.

A quel poste jouez-vous ? Quelles sont vos qualités et vos défauts ?

Je suis un poste 2 (Marius mesure 1,89 m). Ma plus grosse qualité est mon shoot. Quant à ma défense c'est ce que je dois le plus travailler pour l'avenir. J'ai encore beaucoup à apprendre de ce côté là. Depuis le début de saison, je tourne à 2,9 points à 60%, 0,6 rebond et 0,1 passe en 10 minutes de temps de jeu sur 8 rencontres (Marius est le deuxième plus jeune joueur de son équipe).

Comment se passe la vie en Finlande ?

La vie en Finlande est tranquille, surtout ici à Joensuu où il n'y a que 70 000 habitants. Le seul inconvénient est le climat où la température peut descendre jusqu’à -30 en hiver (D'après la célèbre étude Legatum Prosperity, la Finlande est classée en première position sur les performances économiques et la qualité de vie).

Vous pouvez nous parler de Kataja, votre équipe ?

Kataja est un club de basket situé à l'est de la Finlande. Tout est parfaitement géré ici, l'organisation est très pro, je ne sais pas trop quoi dire d'autre à part que je suis très satisfait. Créé en 1900, le club fut vainqueur de la Coupe de Finlande en 2002, 2011 et 2012. C'est une formation phare du championnat. (Actuellement avant dernier de son championnat avec 3 victoires et 6 défaites, Kataja possède dans ses rangs l'ancien joueur de Boulogne Ken Horton et le meilleur marqueur de la division avec Robert Arnold qui tourne à 26,4 points de moyenne par matchs, NDLR).

En tant que joueur de la korisliiga, comment jugez-vous le championnat national par rapport à la Pro A par exemple ?

Comparer la ligue finlandaise à la ligue française est très difficile à dire mais je dirais que la Korisliiga est bien sûr en dessous de la Pro A. Niveau Pro B. Mais comme tout le monde l'a vu lors du match contre Nanterre, les différences ne sont pas si grandes que cela et tout peut basculer d'un côté comme de l'autre sur deux/trois séquences de jeu. Quant au championnat en lui-même, il est particulièrement homogène avec cinq champions différents lors des 10 dernières années. (La Korisliiga Standings regroupe onze équipes).

Connaissez-vous d'autres joueurs français ayant évoluait en Finlande ?

Un seul, je connais Manuel Barnes, il jouait à KTP Basket (passé par Fos-sur-Mer, l'ailier jouait dernièrement à l'Université de Baker en NAIA).

Comment voyez-vous votre futur ? 

Pour mon futur, c'est difficile à dire. J’espère revenir en France pour jouer en Pro A dans quelques années. Je suis encore très jeune et j'ai énormément de choses à apprendre mais pourquoi pas. Et puis jouer en Euroleague par la suite, ça serait pas mal ! (rires)

Quelle place occupe le basket en Finlande ?

Le basket a énormément progressé en Finlande au cours de ses dernières années. Bien sûr le hockey sur glace est toujours le sport numéro un ici mais je dirais que le basket se positionne en deuxième position parmi les sports collectifs. Il y a de vrais bons joueurs américains qui viennent en Finlande puis trouvent de bons contrats à l'étranger par la suite grâce à leurs belles performances. Nombreux sont ceux qui réussissent ensuite en France (Devonne Giles, Jeremiah Wood, Clevin Hannah, etc.). Le championnat finlandais est très apprécié des recruteurs en Europe.

Quelle est la visibilité du basket ?

On peut voir environ un match par semaine en clair à la télévision nationale.

Lors de la dernière Coupe du Monde en Espagne, l'équipe nationale finlandaise avait reçu un soutien de poids lors de la compétition avec la présence de plus de 10 000 supporters venus à Bilbao. Que représente l'équipe nationale là-bas ?

Les Finlandais sont totalement fous de leur équipe nationale de basket (le susijengi). Que l'équipe perde ou gagne, peu importe finalement. Ils sont toujours heureux et contents de les voir et les encourager (pour rappel après avoir reçu une wild-card la Finlande termina à la 22e place de la Coupe du Monde en Espagne avec un bilan de 1 victoire et 4 défaites, NDLR).


(photo : Claire Macel)

 

15 novembre 2014 à 10:29
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
BENJAMIN GUILLOT
Barbu et tatoué, BeBasket a aussi son "Birdman". Spécialiste du tir à 3 points avec la planche.
Benjamin Guillot
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.