ARCHIVES

EUROLEAGUE (J1) : TOUS LES RÉSULTATS DE JEUDI

Comme vous le savez, l'édition 2013/2014 de l'Euroleague a repris mercredi avec la dure défaite de Strasbourg à Bamberg.

© Euroleague.net

Et jeudi soir, pas moins de sept matches étaient au programme d'une nouvelle grande soirée continentale. Parmi eux, le retour de Zeljko Obradovic sur un banc d'Euroleague, la grande première de la JSF Nanterre, un alléchant Barça-Partizan, le come-back de l’Étoile Rouge (de Blake Schilb) et le choc entre le Lietuvos Rytas et le Pana. Vous avez envie de rattraper tout cela, connaitre les résultats des grands d'Europe et avoir des nouvelles des Français de Belgrade et Vitoria ? Vous êtes au bon endroit.

Groupe A

  • Budivelnik Kiev 84 - 102 Fenerbahçe Ulker Istanbul

Le score est trompeur. Non, pour son grand retour dans cette compétition qu'il a remportée huit fois, le mythique Zeljko Obradovic n'a pas connu une victoire facile avec sa nouvelle équipe du Fenerbahçe. Les Turcs ont en effet longtemps été malmenés par le champion d'Ukraine en titre, du meneur américain Blake Ahearn (16 pts à 6/11 dont 4/7 à 3-pts), nouveau en Euroleague. Jusqu'au milieu du troisième quart-temps, aucune des deux équipes n'est parvenue à dominer l'autre par plus de cinq points d'écart. Dans ce contexte très serré, c'est le Budivelnik qui est venu mettre la pression sur les Turcs de Bo McCalebb (11 pts à 3/5) à l'entame du dernier quart-temps (79-73, 31e). Pourtant inexpérimentés à ce niveau, les Ukrainiens vont se reposer sur un vrai habitué de la scène européenne : l'immense Darjus Lavrinovic. Le Lituanien enfila 14 de ses 21 pions (à 8/11) entre la 25e et la 31e minute. Mais sans son pivot (sur le banc à ce moment-là), le Budivelnik a bafouillé, et c'est peu dire. Après s'être vu infliger un 0-12 (79-85, 36e), le club de Kiev a dû attendre six minutes pour de nouveau scorer, par l'intermédiaire de... Lavrinovic (81-85). Le Fener, lui, ne se fit pas prier pour enfoncer définitivement les locaux. Grâce à Nemanja Bjelica (11 pts et 6rbds) d'un tir primé (très) lointain à deux minutes de la fin (82-93) et grâce à ses joueurs-stars perforateurs de défense. Le score du dernier quart-temps est donc sans appel (7-31). Pour sa première en Europe depuis le Final Four 2011, coach Obradovic peut donc souffler. Bojan Bogdanovic (21 pts à 8/14, 4 rbds), Emir Preldzic (14 pts à 4/8, 5 rbds et 7 pds) et Linas Kleiza (12 pts à 3/6 et 4 rbds) aussi.

  • JSF Nanterre 59 - 62 CSKA Moscow

Compte-rendu complet par ici. La réaction de Pascal Donnadieu par là.

  • FC Barcelona 67 - 60 Partizan NIS Belgrade

Déjà présents dans le même groupe l'an dernier, pour deux confrontations très accrochées, Barcelone et le Partizan Belgrade ont remis ça ce soir. Poussée d'entrée par le duo tricolore Westermann-Lauvergne (5-9, 4e), la jeune équipe serbe a crânement joué sa chance pour prendre les devants à la fin du premier quart-temps (17-18) et tenir tête au Barça à la pause (28-26). Même chose dans le troisième quart-temps durant lequel Léo Westermann, Bogdan Bogdanovic (8 pts mais à 3/13...) et Joffrey Lauvergne permirent au Partizan de ne laisser du champ au Barça qu'en fin de période (45-40). C'est en début de quatrième quart-temps que les Barcelonais, menés à la baguette par Marcelinho Huertas (10 pts à 4/6 et 10 pds), vont faire le trou puis empêcher tout retour serbe grâce à leur adresse de loin. Juanca Navarro (50-42, 32e), Alejandro Abrines (56-46, 35e) et Kostas Papanikolaou (59-49, 36e), auteur de 13 points et 4 passes ce soir, ont été les snipers décisifs du soir. Joey Dorsey fut lui le facteur X du Barça avec l'énorme apport qu'on lui connait (8 pts à 4/8, 10 rbds, 2 pds, 3 int et 3 ctrs en 22 min !). La tentative de retour amorcée dans les cinq dernières minutes par Dragan Milosavljevic (15 pts à 6/10) fut vaine, malgré un retour à deux possessions à 75 secondes de la fin (62-58). C'est finalement Ante Tomic (13 pts à 5/6 et 2 rbds), sur la ligne et au dunk, qui a assuré cette première victoire catalane (67-60). A l'expérience, avec plus de fautes provoquées (22-13) et moins de balles perdues (10-17), les hommes de Xavi Pascual entament donc cette Euroleague sans accroc. Ceux de Dusko Vujosevic n'ont pas à rougir et donnent maintenant rendez-vous à la JSF Nanterre la semaine prochaine à la Hala Pionir. Parmi eux, la triplette française composée de Léo Westermann (10 pts à 4/7, 2 rbds, 3 pds et 3 bps en 34 min), Joffrey Lauvergne (9 pts à 4/8, 13 rbds et 2 bps en 37 min) et Boris Dallo, qui a fait ses premiers pas en Euroleague (0/2 et 1 faute en 6 min).

Groupe B

  • Brose Baskets Bamberg 84 - 70 Strasbourg IG Basket (mercredi)

Retrouvez le résumé complet de la rencontre par ici. Les highlights sont par là.

  • Anadolu Efes Istanbul 87 - 67 EA7 Emporio Armani Milan

Keith Langford (20 pts à 7/11, 5 rbds et 2 pds) et Alessandro Gentile (19 pts à 7/11, 3 rbds et 2 pds) ont été bien seuls ce soir en Turquie. Menés de sept points à la pause (42-35), les Milanais n'ont ensuite pas fait le poids sur le parquet de l'Anadolu Efes. Pourtant dominateurs au rebond (28-36), ils se sont inclinés de vingt unités face à la grosse force de frappe intérieure turque. Dusko Savanovic (22 pts à 9/15), Scotty Hipson (22 pts à 8/11), belle découverte et rookie en Euroleague, et Kostas Vasileiadis (16 pts à 5/12) ont mené le club stambouliote au scoring. Solides à l'intérieur et adroits de loin, ces trois-là ont d'ailleurs compilé un très bon 9/17 à 3-pts. Menés par un Jamon Gordon au four et au moulin (16 pts à 7/10, 6 rbds, 7 pds, 4 int, 4 bps et 2 ctrs !), les Turcs ont été impitoyables face à une équipe milanaise privée des deux anciens de Sienne David Moss et Kristjan Kangur. Si MarQuez Haynes, passé par Chalon, a fait des débuts timides en Euroleague (3 pts à 1/5, 2 rbds, 2 pds et 3 bps en 25 min), Curtis Jerrels est lui passé à côté. Excellent avec le Besiktas l'an dernier, le meneur américain est resté planté à 5 unités à 2/8, agrémentées de 3 pertes de balles. Avec la défaite de la Montepaschi face à Galatasaray, l'Italie s'est ainsi fait battre 2-0 par la Turquie lors de cette journée. Impressionnant, l'Anadolu Efes se déplacera jeudi prochain à Strasbourg. Les Alsaciens sont prévenus...

  • Zalgiris Kaunas - Real Madrid (vendredi, 18h45)

Groupe C

  • Montepaschi Siena 75 - 84 Galatasaray Liv Hospital Istanbul (mercredi)
  • Stelmet Zielan Gora - FC Bayern Munich (vendredi, 19h15)
  • Olympiacos Piraeus - Unicaja Malaga (vendredi, 20h30)
Groupe D
  • Crvena Zvezda Telekom Belgrade 84 - 87 Lokomotiv Kuban Krasnodar

Pour sa première apparition en Euroleague depuis la saison 1999-2000, l'Etoile Rouge de Belgrade avait prévu les choses en grand : la Kombank Arena (ou Beogradska Arena) garnie de près de 20.000 fans en furie. Le dénouement face au vainqueur de l'EuroCup leur a été malheureusement défavorable. En retard après un quart-temps (20-30), les Serbes n'ont pas tardé à se reprendre grâce à un deuxième round de feu (42-38). Encore en tête après 30 minutes (59-58), les coéquipiers de DeMarcus Nelson (14 pts à 6/12, 5 rbds et 2 pds) mirent un premier genou à terre par la main de l'excellent Marcus Williams qui planta deux missiles consécutifs à 3-pts à la 34e (62-70). Bien suppléé par Richard Hendrix (19 pts à 9/12, 9 rbds et 3 pds) et Simas Jasaitis (12 pts à 3-5), l'ancien joueur de Malaga a pourtant dû faire preuve de sang-froid pour parachever sur la ligne des lancers la victoire du Loko dans le money-time. La faute à Blake Schilb. L'ancien Chalonnais, qui avait laissé son empreinte en Euroleague avec Chalon l'an dernier, a ramené par deux fois l'Etoile Rouge à deux petits points : à 13 secondes (80-82) et à 9 secondes de la fin (82-84). Mais un lay-up raté de Nelson à 2 secondes de la fin et l'égalisation manquée à la dernière seconde de sa moitié de terrain de la part de l'ancien Choletais ont donné la victoire aux Russes (84-87). Face à un Blake Schilb quelquefois maladroit (17 pts à 7/16, 8 rbds et 6 pds), Marcus Williams aura étalé tout son talent : 23 points à 6/11 (dont 5/8 à 3-pts), 7 rebonds, 3 passes et 7 fautes provoquées en 30 minutes. Une vrai prestation de MVP.

  • Laboral Kutxa Vitoria 84 - 80 Maccabi Electra Tel-Aviv

Tous deux défaits ce week-end pour la première journée de leurs championnats respectifs, le Laboral Kutxa Vitoria et le Maccabi Tel-Aviv avaient l'occasion de se reprendre dans un des nombreux chocs que pourra proposer le groupe D cette saison. A ce jeu-là, ce sont les Espagnols qui ont gagné. Aux commandes du match dès le premier quart-temps (24-18), le club basque vira même avec dix points d'avance à la mi-temps sur un tir primé au buzzer de Fernando San Emeterio (12 pts à 4/7, 3 rbds et 4 pds). Mais les troupes de David Blatt refirent leur retard dans le troisième quart-temps dans le sillage de Joe Ingles (14 pts à 6/8), pour ne plus être mené que 62-61 après trois quart-temps. Emmené également par son arrière Ricky Hickman (20 pts à 5/9), le Maccabi prit même la tête au milieu du dernier quart (69-72). Si le club-Nation fut encore devant à trois minutes de la fin (76-78), il a fallu un excellent Thomas Heurtel pour que Vitoria puisse se défaire des griffes du Maccabi. Décisif à plusieurs reprises sur ses pénétrations, le meneur français permit aux Basques de prendre un avantage salvateur de +4 à 48 secondes de la fin (82-78). Malgré un énième retour des Israéliens à une possession grâce à son meneur Yogev Ohayon (11 pts à 5/9 et 5 pds), Vitoria ne craqua pas sur sa dernière montée de balle conclue par le panier de la victoire dans le corner des mains de Lamont Hamilton à 15 secondes du buzzer (84-80). Solides en fin de match, les hommes de Sergio Scariolo se sont notamment reposés sur leurs deux pivots en forme. Quand l'ancien Parisien compile 15 points (à 5/11), 8 rebonds et 2 passes en 21 minutes, Tibor Pleiss signe lui 12 points (à 5/8), 8 rebonds et 2 passes en 19 minutes. Propulsé à la mène en fin de match et donc clutch, Thomas Heurtel finit avec une belle ligne de stats : 11 points à 4/5 et 5 passes pour 16 d'évaluation en 17 minutes. Son compère Fabien Causeur, titulaire à l'arrière, n'a pas été en reste avec 8 unités (à 1/3 dans le jeu et 6/6 aux lancers) et 2 rebonds (offensifs) en 24 minutes.

  • Lietuvos Rytas Vilnius 84 - 83 Panathinaikos Athens (a.p.)
Ce fut le match le plus chaud et le plus serré de la soirée. Les scores intermédiaires peuvent en témoigner : 25-25 après dix minutes, 42-42 après le deuxième quart-temps, 59-60 à dix minutes de la fin et 74-74 à la fin du temps règlementaire... Une prolongation était finalement inéluctable. Pourtant, le Lietuvos Rytas a bien cru avoir match gagné à une minute de la fin grâce au génial Reinaldas Seibutis (74-70). Mais c'est bien mal connaitre le Pana et son poison Dimitris Diamantidis. Pourtant en échec jusque là (6 pts à 2/9 et 7 pds), le Grec s'est encore fois mué en sauveur, une spécialité. Le meneur Grec ramena le champion d'Europe 2011 à hauteur grâce à un tir à 3-pts à 18 secondes de la fin (74-74), sa seule réussite derrière l'arc du match... Omar Cook (10 pts à 3/11 et 11 pds) puis Darius Songaila (13 pts à 5/7, 8 rbds et 3 pds) au rebond échouèrent cependant à la dernière seconde à déjouer le plan diabolique de Diamantidis. La Siemens Arena de Vilnius eut donc droit à cinq minutes supplémentaires. Jonas Maciulis (13 pts à 5/8 et 8 rbds) et Roko Ukic (8 pts à 3/8, 3 rbds et 4 pds) dans un premier temps (74-78), puis James Gist (10 pts à 4/9 et 5 rbds) ensuite (82-83 à 19") firent frissonner une bonne partie des 8450 spectateurs durant cette prolongation. Mais si le Pana a son sauveur maison, le Lietuvos Rytas a également le sien, nommé Reinaldas Seibutis (19 pts à 7/12 dont 4/4 à 3-pts). Leader de son équipe sur tout le match, le Lituanien, déjà en réussite une minute plus tôt (82-80), s'est fendu du panier de la gagne à 6 secondes de la fin (84-83). Les tentatives d'Ukic et de Fotsis échoueront toutes les deux. Vainqueur du tournoi de qualification il y a deux semaines, le club de Vilnius établit une première (demie) surprise dans cet homogène groupe D, qui est très loin d'avoir livré son verdict. Précieux au tournoi de qualif, Juan Palacios le fut encore ce soir. Champion de France avec Nanterre, l'intérieur colombien a compilé 12 points à 3/6, 5 rebonds et 7 fautes provoquées en 34 minutes.

Posté par Emile Vaizand

Photo : © Euroleague.net

18 octobre 2013 à 00:21
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching