ARCHIVES

EUROLEAGUE (J5) : LE REAL FESSE L'ANADOLU, SIENA OUVRE SON COMPTEUR, LE BARÇA DANS LA DOULEUR

Groupe A

© Euroleague.net

Débutée mercredi avec le matraquage de l'Anadolu par le Real, la cinquième journée de la saison régulière s'est poursuivie ce jeudi soir avec six matchs. Au programme, l'autre choc de la journée entre le Maccabi et le Pana, la perf' de la soirée signée Justin Dentmon pour le Zalgiris et une première victoire, celle tant attendue de la Montepaschi (au buzzer). Mais aussi des rengaines : la JSF Nanterre a encore accroché un grand d'Europe, le Barça s'est encore fait peur et Krunoslav-Simon-le-tueur-de-Krasnodar a encore frappé. Résumés complets.

Fenerbahçe Ulker Istanbul 83 - 66 JSF Nanterre

Le résumé complet de cette défaite logique mais sévère de la JSF Nanterre est à lire ici.

Budivelnik Kiev 74 - 84 FC Barcelona

Décidément, le Barça aime jouer avec les nerfs de ses fans. Pas si impérial qu'il n'en a l'air en Liga Endesa (5v/0d), le club catalan éprouve toutes les peines du monde à tracer sa route en saison régulière, chose à laquelle il nous avait habitués ces dernières années (9v/1d en 2011 et en 2012). En effet, les Blaugranas ont longtemps été embêtés par une équipe de Kiev qui a probablement dû puiser son inspiration d'avant-match du côté de Nanterre. Porté par l'impact de DaJuan Summers (14 pts à 7/12 et 7 rbds en 29 min), les coups de patte de Blake Ahearn (14 pts) et l’omniprésence de Darjuš Lavrinović (21 pts à 8/13, 7 rbds et 25 d'éval en 36 min), le Budivelnik est parvenu à faire douter les Catalans en virant en tête à la pause (48-46). Sans adresse extérieure (2/13 à 3-pts), le Barça s'en est remis à son jeu intérieur pour inverser la tendance. Plus solide en défense (8-16 dans le troisième quart-temps), les joueurs de Xavi Pascual ont été intenables de l'autre côté du terrain avec 70% de réussite dans la peinture (28/40). Ante Tomić (18 pts à 9/12 et 5 rbds en 23 min), Joey Dorsey (16 pts à 5/5 et 2 ctrs en 17 min) et Maciej Lampe (12 pts à 6/12 et 9 rbds en 21 min) se sont ainsi fait plaisir, bien trouvés par leurs meneurs (19 passes pour le trio Huertas-Sada-Navarro). Et Juanca Navarro, lui, s'est montré comme souvent très précieux avec 15 points à 6/12, 5 rebonds et 7 passes en 32 minutes. Grâce à cette victoire, le Barça (3v/2d) aligne une deuxième victoire consécutive après celle contre Moscou et devra montrer qu'il peut tenir son rang sur le parquet du Partizan la semaine prochaine. Pour le club ukrainien (1v/4d), cette nouvelle défaite le place en fâcheuse posture, mais profite à Nanterre (2v/3d). On ne va peut-être pas s'en plaindre.

CSKA Moscow vs Partizan NIS Belgrade (vendredi, 17h)

Groupe B

Real Madrid 103 - 57 Anadolu Efes Istanbul (mercredi)

C'était le choc de la journée d'Euroleague. Mais les Madrilènes ont décidé qu'il n'aurait finalement pas lieu. Impitoyables, ils ont appliqué le tarif habituel à chaque équipe osant les affronter, c'est à dire une rouste. Sauf que l'on parle ici d'une équipe stambouliote qui peut légitimement viser plus haut que le Top 16. Et pire encore que les 24,5 points d'écart infligés à leurs quatre précédents adversaires, le champion d'Espagne en titre en a passé 46 - oui, 46 ! - à l'Anadolu Efes... Les chiffres sont en tous points démesurés avec cette équipe madrilène qui adresse - avec désormais +28,8 de moyenne - un message fort à ceux qui veulent lui barrer la route vers le titre continental. Limité à 31% de réussite et 7 d'évaluation à la pause (47-23), l'Anadolu Efes l'a compris dès le deuxième quart-temps (28-10) face à un collectif à l'unisson (les douze joueurs du Real ont marqué). Et comme si l'écart à la fin du troisième quart-temps (+24, 70-46) ne leur suffisait pas, les Galacticos ont planté une nouvelle banderille dans le dernier round (33-11). Cinq joueurs terminent en double-figure au scoring pour le Real : Ioánnis Bouroúsis (17), Nikola Mirotić (14), Jaycee Caroll (14), Sergio Llull (10) et Sergio Rodriguez (14). Mention spéciale à ce dernier qui a agrémenté sa ligne de stats de 11 passes pour une évaluation de 27 en 20 minutes. De leur côté, les partenaires de Scotty Hopson (13 pts à 6/12 en 20 min) et Zoran Planinić (2 pts à 1/7 et -5 d'éval en 25 min) risquent de se souvenir longtemps de ce déplacement en terre espagnole... Les Turcs ont conclu leur calvaire avec un 5/20 à longue distance et n'ont pu tenter que 3 minuscules lancers-francs. Le Real était juste injouable avec des alley-oops à la pelle, des 3-points à foison (13/23, 56%) et une domination flagrante au rebond (49-25) et à la passe (27-15). Pour couronner le tout, le score à l'évaluation globale affiche un incroyable 155 à 32. (Pas trop le tournis ?) Avec 3v/2d, l'Anadolu Efes va devoir se reprendre à Milan la semaine prochaine. Dans le même temps, le Real (5v/0d) accueillera le Zalgiris. Pour une nouvelle balade ? Le score à battre est de 46...

Zalgiris Kaunas 91 - 81 Brose Baskets Bamberg

C'était le match à ne pas perdre pour le Zalgiris. Bien lui en a pris ce soir face une équipe de Bamberg à surveiller comme le lait sur le feu, surtout à 3-points. Mais si les Allemands ont réussi un 11/20 derrière l'arc (55 %), les Lituaniens ont répliqué par un non moins joli 14/29 (48 %), confortant ainsi leur place de meilleure équipe d'Europe à longue distance (42,9 %) devant... Brose Baskets Bamberg (42,4 %). Et de l'adresse de loin, Justin Dentmon n'en a pas manqué avec un splendide 6/6 à 6,75 m. Bien aidé par ses deux pivots Robertas Javtokas (12 pts à 6/7 et 9 rbds en 22 min) et Kšištof Lavrinovič (11 pts à 3/9 et 7 rbds en 17 min), le meneur américain du Zalgiris a guidé son équipe vers le succès dans le troisième quart-temps (30-15), suite à une première moitié de match équilibrée (39-39). En homme à tout faire, après avoir placé Kaunas sur orbite, Dentmon s'est chargé de finir le travail. Alors que Bamberg était revenu à deux possessions à 80 secondes de la fin grâce à Jamar Smith (18 pts à 7/13, 3 pds et 3 int en 26 min) et Rakim Sanders (18 pts à 7/10 et 3 int en 24 min), Dentmon réussit un 3-points (évidemment) à l'entame de la dernière minute, synonyme de victoire du Zalgiris. Il termine le match avec 24 points inscrits à 8/10 aux tirs, 9 passes, 2 rebonds et 2 interceptions pour 32 d'évaluation en 27 minutes. Il fallait bien cela pour battre les partenaires de Zach Wright (10 pts à 5/12 et 7 pds en 26 min), relancer le club balte (2v/3d) dans la course au Top 16 et le faire passer devant son adversaire du soir (2v/3d) à la quatrième place du groupe. À noter que ce succès n'arrange évidemment pas les affaires de Strasbourg qui va devoir impérativement s'imposer à Milan et face à Bamberg la semaine prochaine pour envisager le Top 16.

EA7 Emporio Armani Milan vs Strasbourg IG (vendredi, 20h30)

Groupe C

Unicaja Malaga 73 - 75 Montepaschi Siena

Il était temps ! La Montepaschi Siena a enfin ouvert son compteur de victoires ce jeudi soir sur le parquet de l'Unicaja Malaga, au bout d'un choc bancaire très serré (41-39 à la mi-temps, 64-63 après 30 minutes). Or, les hommes de Marco Crespi se sont fait quelques frayeurs en laissant six points d'avance (sa plus grande du match) à Malaga à moins de quatre minutes de la fin. Mais grâce à sa star Daniel Hackett et son sauveur Jeffrey Viggiano (12 pts à 5/8 en 16 min), les Italiens sont parvenus à récupérer leurs dividendes dans le money-time, bien aidés par les joueurs andalous. Suite à une antisportive sifflée contre Ryan Toolson (7 pts), qui venait pourtant de donner cette avance de +6 quelques secondes plus tôt, le premier mit ses lancers puis le second rentra son tir primé. De l'or en barres pour Siena qui repassa devant (72-73, 39e). Après Toolson, c'était au tour de Nik Caner-Medley, pourtant bon jusqu'alors (18 pts à 7/14 et 6 rbds en 29 min), de donner un coup de pouce à la Montepaschi en ratant deux de ses trois lancers à une minute de la fin (73-73). Mais cette fois, sans aide de l'adversaire, Jeffrey Viggiano rentra un génial step-back au buzzer pour le hold-up (73-75). Décisif, l'ailier transalpin put alors laisser exploser sa joie dans les bras de ses équipiers, et notamment de Erick Green (20 pts à 8/12), meilleur marqueur du match. Alors qu'il n'a une nouvelle fois pas ménagé ses efforts pour guider "sa" Montepaschi, Daniel Hackett a de nouveau livré un gros match : 19 points à 6/12 aux tirs et 6/10 aux lancers, 4 rebonds, 7 passes et 9 fautes provoquées pour 28 d'évaluation en 37 minutes. Si ce soir, une banque a braqué une autre banque, les deux vont devoir élever leurs investissements à court terme pour ne pas être épargné de Top 16. Avec 1v/4d, le club italien aura l'obligation de soigner son déplacement à Galatasaray jeudi prochain, tandis que les Espagnols (2v/3d) feront face aux double-maitres du braquage, les Grecs de l'Olympiakós.

Olympiakós Piraeus vs Stelmet Zielona Gora (vendredi, 18h)

Galatasaray Liv Hospital Istanbul vs Bayern Munich (vendredi, 19h)

Groupe D

Lokomotiv Kuban Krasnodar 85 - 84 Laboral Kutxa Vitoria

Le Lokomotiv Kuban a trouvé son sauveur, son vengeur, son tueur. Bref, son homme clutch, sur qui se reposer quand la situation l'exige. Ce joueur c'est Krunoslav Simon, qui a récidivé après avoir mis le Pana à terre la semaine dernière au buzzer. Après un match plein (19 pts à 7/14, 6 pds et 4 rbds en 30 min), le serialkiller croate n'a pas tremblé à 7 secondes de la fin pour achever à 3-points des Basques qui ont tout gâché en fin de match. Après avoir su faire le dos rond dans le premier quart-temps (21-13) face aux percussions intérieures jouées par Derrick Brown (23 pts à 10/12 et 5 rbds pour 29 d'éval en 31 min), les joueurs de Vitoria se relancèrent immédiatement pour mener les débats à la pause (40-42). Solide pendant presque tout le troisième quart (61-58), Laboral Kutxa laissa cependant le Loko prendre un peu d'avance à l'entame du dernier (65-58, 32e). Avant que le trio Andrés Nocioni (15 pts à 6/9 et 7 rbds en 28 min) - Milko Bjelica (16 pts à 5/6 en 17 min) - Thomas Heurtel (10 pts à 5/12 et 6 pds en 29 min) ne relance une nouvelle fois le club espagnol (75-83, 38e). Mais grâce aux rebonds précieux de Richard Hendrix (8 pts à 3/4, 9 rbds et 3 ctrs en 25 min), les Russes se permirent d'y croire encore (79-83, 39e). En face, Vitoria devint muet, et Walter Hodge, qui avait fait son match (12 pts à 5/8 et 8 pds en 21 min), commit la faute de trop à moins de 40 secondes du buzzer. Celle qui permit à l'excellent Marcus Williams (13 pts à 5/9, 4 rbds et 9 pds en 28 min) de convertir son 3-points raté en 3 lancers réussis (82-84). Thomas Heurtel, solide à la mène et parfois très bon dans ses choix, manqua le tir de la gagne à 17 secondes. Hodge, à la sirène, aussi, suite au coup fatal de Krunoslav Simon. À la peine il y a huit jours, Vitoria (2v/3d) enregistre donc une deuxième défaite de rang et devra se ressaisir à Tel-Aviv lors de la sixième journée. De son côté, le Lokomotiv Kuban confirme son statut d'outsider et s'installe tranquillement parmi les meilleures équipes du moment avec 4v/1d. Les Russes recevront l’Étoile Rouge au prochain match pour enchaîner et permettre à Krunoslav Simon de poursuivre sa série.

Maccabi Electra Tel-Aviv 75 - 68 Panathinaïkós Athens

Après deux campagnes européennes sans Final Four, est-ce la saison du renouveau pour le Maccabi ? S'il est bien trop tôt pour le dire, le club-Nation affiche tout de même un beau visage avec quatre victoires en cinq journées. La dernière en date a été une belle revanche. Une revanche sur les quarts de finale de l'édition 2012, quand le Pana avait coiffé le club israélien (3-2) pour s'offrir le Final Four d'Istanbul. Dans la chaude ambiance de la Nokia Arena, qui n'avait visiblement pas oublié ce moment douloureux, les joueurs de David Blatt ont été les premiers à tirer (25-12, puis 36-29 à la pause). Solides et gestionnaires, les joueurs du Maccabi ont ensuite repoussé chacun leur tour les assauts grecs en deuxième mi-temps pour valider une victoire menée de main de maître (45-35 à la 25e, 56-47 à la 30e puis 66-57 à la 35e). L'énergie déployée par Stéphane Lasme (13 pts à 5/8, 7 rbds et 6 ctrs en 32 min) et par la nouvelle pépite du PAO, Níkkos Pappás (12 pts à 5/11 en 21 min), fut vaine. Le Pana a manqué d'adresse, s'acharnant à longue distance (7/29 soit 24%). Comme un symbole, deux de ses leaders à l'arrière ont été catastrophiques aux shoots : 1/8 pour Roko Ukić (2 pts et -4 d'éval en 20 min) et 1/11 pour Dimítris Diamantídis (5 pts et 8 pds en 31 min). Du côté du Maccabi, le collectif a bien tourné avec cinq joueurs à plus ou moins dix unités au scoring : Joe Ingles (14), Ricky Hickman (13), Shawn James (12), Devin Smith (10) et David Blu (14). L'ancien joueur du MSB a également compilé 8 rebonds et 2 passes pour terminer meilleur joueur du Maccabi avec ses 19 d'évaluation en 27 minutes. Bien lancés vers le Top 16, lui et ses partenaires (4v/1d) auront l'occasion de confirmer face au Laboral Kutxa Vitoria la semaine prochaine. Le Pana, lui, semble prendre le relais du Maccabi au titre de la grande équipe européenne en plein coup de barre (2v/3d). Prochain match face au Lietuvos Rytas pour tenter de retrouver la forme.

Crvena Zvezda Telekom Belgrade vs Lietuvos Rytas Vilnius (vendredi, 20h)

Posté par Emile Vaizand

Photo : © Euroleague.net

15 novembre 2013 à 00:11
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching