ARCHIVES

LA CHINE, NOUVEL ELDORADO DU BASKET FÉMININ ?

Après les signatures farfelues de Stephon Marbury et Tracy Mc Grady (revenu chez les Spurs en 2013) chez les garçons, c’est au tour des stars féminines de s'exiler vers la Chine.

La saison dernière, Maya Moore partait aux "Flames" de Shanxi où elle remporta le titre national avec des statistiques mirobolantes (38,6 points, 12,4 rebonds, 4,4 passes décisive et 3,5 interceptions de moyenne). L’australienne Liz Cambage prenait la même direction après les JO de Londres en signant pour Zhejiang. Leader de la saison régulière avec son équipe, elle perdra face aux "Flames" de Moore (3-1) avec, cependant, de brillantes statistiques elle aussi (36,2 points, 11,1 rebonds et 2,5 contres). La saison prochaine, Cambage jouera à Pékin pour les "Great Wall". A 34 ans, Tamika Catchings avait choisi elle aussi la Chine et les "Dolphins" de Guangdong où elle eut moins de réussite que Moore et Cambage puisqu’elle fut éliminée dés le premier tour par Zhejiang (2-0). A l'instar des deux autres stars du circuit, ses statistiques ont été loin d'être ridicules (25,1 points, 8,1, rebonds et 3,3 interceptions).

La saison prochaine, et malgré quelques murmures du côté d’Ekaterinburg, ce sera au tour du 1er tour de la Draft 2013, Brittney Griner, de rejoindre les Zhejiang Chouzhou. L’ancienne joueuse de Baylor a donc choisi de poser ses valises en Asie pour une saison.

Mais pourquoi la Chine et non le Spartak Moscou Région, Ekaterinburg, ou encore le Fenerbahce ? Outre le côté exotique de la destination, les NBAers ont longtemps loué le besoin d’un nouveau challenge pour expliquer leur décision de rejoindre l'Empire du Milieu. Maya Moore a, quant à elle, donné la véritable raison de sa venue : "En venant en Chine mon salaire est plus de 2 fois plus important qu’en WNBA." Tout est dit dans cette phrase et qu’importe si le niveau de cette ligue est très faible. On parle ainsi d'un contrat de 400 000 dollars pour Liz Cambage et encore plus pour Brittney Griner. Par ailleurs, la saison dans la ligue chinoise (WCBA) ne dure qu’à peine quatre mois, playoffs compris. Celle-ci est donc beaucoup moins contraignante qu'une saison en Europe. De ce fait elles peuvent ensuite bien se préparer pour la saison WNBA qui débute fin mai, voire même faire une pige en Europe. Serait-ce le début d'une longue migration ?

Par Frédéric Dussidour.

Posté par Amaury Boulay

08 aout 2013 à 19:22
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching