COUPE DE FRANCE

STRASBOURG ASSURE LE COUP ET S'ADJUGE LA COUPE

Crédit photo : Hervé Bellenger FFBB

Sans trembler mais sans briller, la SIG n'a pas flanché en finale contre Boulazac. Les Alsaciens s'imposent 82-62 et repartent de Bercy avec la Coupe de France, la deuxième du club après 2015.

Après cinq défaites de suite en finale du championnat, ses détracteurs aiment moquer la SIG pour son incapacité à faire la décision lors de l’ultime étape. Ce soir, les hommes de Vincent Collet ont répondu présent, assumant leur statut de favoris en disposant d’un Boulazac valeureux mais trop limité, 82-62. Comme en 2015, lorsqu’ils avaient battu une équipe du Portel alors en Pro B, les Strasbourgeois s’offrent une Coupe de France, la deuxième de leur histoire. Même si l’éclat final (+20), ne reflète pas la physionomie de la rencontre.

"J'ai senti une équipe remarquable dans la combativité", saluait l'entraîneur strasbourgeois en parlant de son adversaire. "Mais on a su répondre, on a mis du coeur à l'ouvrage, et l'état d'esprit était celui attendu pour espérer quelque chose en fin d'année. C'est un titre, ce n'est jamais neurtre."

Avant de soulever le trophée, il a fallu aux SIGmen les ressources pour surmonter une entame ratée (23-16 pour Boulazac dans le 1er quart). C’est en montant le ton en défense que Strasbourg s’est relancé. Ce qu’ils ont fait au courage, puisque la vista n’était pas tout à fait au rendez-vous ce soir, à coup de stop rugueux et de relance rapide. Puis petit à petit, les Alsaciens ont mis leur jeu en place, et David Logan, MVP de la rencontre, a commencé à enfiler les paniers (21 points) alors que Dee Bost distribuait les caviars (13 points et 10 passes décisives) sous l’oeil avisé de Frank Ntilikina assis au premier rang.

Vaillant, Boulazac n’a lâché qu’en toute fin de rencontre, laissant le score enfler de manière presque injuste par rapport à sa prestation. Car le BBD a fait mieux que tenir, revenant même au contact dans le troisième quart. Quincy Diggs a tenté de sonner la révolte en attaque (10 points et 14 d'évaluation) tandis que Shawn James se démenait dans la peinture (4 points, 7 rebonds, 3 contres), dont Ndudi Ebi a été écarté avant le match. Mais la profondeur du banc de la SIG, tout comme l’énergie et la dimension athlétique d’un Louis Labeyrie retrouvé (12 points et 11 rebonds) et précieux ont fini par faire la différence.  

À l'AccorHotels Arena,

21 avril 2018 à 20:56
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
12 décembre - 01h15
NBA Extra
12 décembre - 02h00
Houston Rockets
Portland Trail Blazers
12 décembre - 02h30
San Antonio Spurs
Phoenix Suns
12 décembre - 08h30
Nymburk
Dijon
12 décembre - 09h15
San Antonio Spurs
Phoenix Suns
Coaching