ÉQUIPE DE FRANCE

[À CINQ MOIS DES JO] QUELS PIVOTS PRENDRE À TOKYO (SONDAGE) ?

Crédit photo : Guillaume Poumarede et Romane Coadic

Comment se passent la saison 2020-2021 des potentiels ailiers-forts de l'équipe de France aux Jeux olympiques 2021 ? La réponse ci-dessous.

Il y a 15 ans, le basketball français disposait d'un faible nombre de pivots de haut-niveau. Désormais, le choix est plus fourni et le staff peut compter sur de nombreux joueurs de grande taille. Rudy Gobert, depuis son explosion à la Coupe du Monde 2017, est le n°1. Il est celui qui a permis de faire oublier Joakim Noah, avec qui les Bleus auraient du aller chercher la médaille olympique qu'il manque au palmarès de joueurs, encore en activité (De Colo, Batum, Gelabale) ou non (Parker, Diaw, Piétrus...), et du staff. Cette médaille olympique derrière laquelle court Vincent Collet pour compléter son palmarès.

En plus de Rudy Gobert, arme de dissuasion massive en défense, capable également de dominer sous les paniers de l'autre côté du parquet face à certains types de défense, comme celle du Team USA, le staff cherche les options les plus complémentaires. En 2019, Vincent Poirier et Mathias Lessort étaient de la partie. Mais d'autres joueurs se mettent particulièrement en évidence cette saison. Au point de modifier ce trio ?

Dans la perspective des Jeux olympiques de Tokyo, de fin juillet à début août, nous faisons le point sur l'état de forme des pivots de jeu potentiels de l'équipe de France, tous engagés dans "Team France Basket"*.

Rudy Gobert (2,15 m, 28 ans) : Utah Jazz, NBA

Grâce à son excellent rapport taille/mobilité, le Picard couvre un immense espace dans la raquette et effraye tout intérieur adverse, mais aussi les extérieurs qui se retrouvent face à lui après un pick & roll. Ses coéquipiers savent ainsi qu'ils disposent de l'ancien Choletais dans leur dos pour les couvrir. De quoi garantir à l'équipe de France de respecter son ADN défensive qui a fait son succès depuis 2005. D'ailleurs, depuis que le double All-Star NBA est en sélection A, il a ramené la médaille de bronze trois fois sur quatre (Mondial 2014, Euro 2015 et Mondial 2019). Mais comme Evan Fournier, lui cherche l'or. Pour cela, il devra pouvoir contenir les duels poste bas face à Nikola Jokic, parvenir à trouver la solution face aux postes 5 shooteurs qui l'ont souvent gêné - comme Aron Baynes (Australie) ou Johannes Voigtmann (Allemagne) - et apporter plus offensivement dans un basket où il bénéficie de moins d'espace lorsqu'il roule vers le panier et fait face à plus d'adversaires dans la raquette qu'en NBA.

Moustapha Fall (2,18 m, 28 ans) : ASVEL, Jeep ELITE / EuroLeague

Rudy Gobert n'est pas un joueur de post-up, contrairement à Moustapha Fall. Moins mobile mais plus lourd que le Picard, le pivot de l'ASVEL est très dur à contenir dos au cercle sans aide. Alors que les Bleus souffrent parfois d'un manque de capacité d'alternance en attaque, l'ancien joueur de Villemomble peut offrir cette solution au staff. Le champion de France 2017 a déjà joué en équipe nationale, avec de grosses performances sur les fenêtres internationales et même un capitanat sur la fenêtre de février 2020. Logique pour ce coéquipier très apprécié.

Vincent Poirier (2,13 m, 27 ans) : Philadelphie Sixers, NBA

Vincent Poirier n'a cessé de monter en puissance de ses débuts sur le basket à son arrivée en NBA. A la Coupe du Monde 2019, c'est dans la peau du meilleur rebondeur de l'EuroLeague qu'il est arrivé. D'abord première rotation de Rudy Gobert, le Francilien a ensuite moins joué sur la deuxième semaine, avant de donner des minutes importantes dans la petite finale contre l'Australie. Cependant, depuis il n'a que très peu joué en NBA, d'abord à Boston puis cette saison à Philadelphie. Alors que dans le même temps Moustapha Fall crève l'écran à l'ASVEL. Reste à savoir si celui qui était parfaitement intégré dans le groupe France va pouvoir se relancer d'ici cet été.

Mathias Lessort (2,04 m, 25 ans) : AS Monaco, Jeep ELITE / EuroCup

Dans un profil moins grand mais plus mobile et explosif que les trois joueurs cités ci-dessus, Mathias Lessort représente souvent un dynamiseur en sortie de banc. Capable également de tenir les extérieurs loin du panier en défense, il se montre complémentaire des deux pivots de grande taille qui seront sans aucun doute sélectionnés avec lui. Signé par Monaco l'été dernier, où il réalise une belle saison même s'il doit faire avec des extérieurs plutôt gloutons en matière de tirs tentés, son retour en EuroCup lui a permis d'occuper une place essentiel pour l'équipe de France lors des fenêtres internationales. Une donnée importante pour le staff qui aime retrouver des responsables des différentes qualifications.

Joffrey Lauvergne (2,10 m, 29 ans) : Zalgiris Kaunas, LKL / EuroLeague

Autrefois "stretch 5" - et même poste 4 à OKC en NBA -, Joffrey Lauvergne est désormais de nouveau très recherché dans la raquette, que ce soit sur post-up ou pour des alley-oops lorsqu'il roule vers le panier. Sa saison au Zalgiris Kaunas est très positive au point qu'il ait resigné et que son nom revienne de nouveau concernant l'équipe de France. Mais lui a semble-t-il quelques rancœurs envers les Bleus, sans toutefois qu'il ne veuille les expliquer. Reste à savoir si lui comme le staff pourront faire un pas l'un vers l'autre, à moins que le sélectionneur ne juge que l'option Fall en complémentarité de Gobert ne soit plus intéressante.

Jerry Boutsiele (2,07 m, 28 ans) : Limoges CSP, Jeep ELITE / BCL

Sa saison avec le Limoges CSP est des plus réussie, au point qu'il ait pris part aux deux dernières fenêtres internationales. Joueur puissant poste bas, adroit à mi-distance, il veut encore progresser pour atteindre son but : jouer en EuroLeague. Un objectif intermédiaire qui lui permettra peut-être un jour de rejoindre les Bleus sur une grande compétition.

Mouhammadou Jaiteh (2,08 m, 26 ans) : Gaziantep, Turquie

Attendu très vite très haut, Mouhammadou Jaiteh a semblé stagner lors de ses dernières saisons en France avant de reprendre son envol, à l'étranger. Après une demi-année en Italie, il a réalisé une belle saison en VTB League avant d'exploser en Turquie. Malheureusement, son retour en Bleu a été retardé puisqu'il était positif à la COVID en novembre alors qu'il devait participer à la fenêtre de Pau. Le trio Lessort-Boutsiele-Chassang ayant donné satisfaction, le staff l'a reconduit. Mais si Jaiteh rejoint une équipe EuroLeague durant l'été, sa production à ce niveau sera sans aucun doute scrutée. Lors des JO de Paris en 2024, il n'aura que 29 ans. D'ici là, il a le temps de se réinstaller en équipe de France, lui qui a participé à l'EuroBasket 2015, à 20 ans.

Alexandre Chassang (2,04 m, 26 ans) : JDA Dijon, Jeep ELITE / BCL

Joueur doué et intelligent offensivement, bagarreur, il est très bon sur les situations de short roll où son tir à mi-distance et sa vision du jeu font souvent mouche. Sur post-up, le Francilien utilise énormément sa main gauche, avec efficacité. Avant de pouvoir prétendre à faire partie d'une présélection pour une grande compétition internationale, l'ancien joueur de l'ASVEL et du HTV va sans doute tenter l'aventure à l'étranger. En cas de confirmation et de progrès, peut-être se fera-t-il un chemin jusqu'à un 12 final dans les prochaines années ? En 2024 à Paris, à côté de ses Hauts-de-Seine natales, il n'aura que 29 ans (il est né 5 jours avant Jaiteh, qui a vu le monde en Seine-Saint-Denis).

Youssoupha Fall (2,22 m, 25 ans) : Baskonia, Liga Endesa / EuroLeague

Youssoupha Fall avait fait le choix, il y a quelques années, de porter le maillot de l'équipe de France. Mais la fédération sénégalaise, qui l'avait convoqué en U18, ne l'a pas libéré. Aux dernières nouvelles, ce dossier n'a jamais pu se débloquer. Dommage pour les Bleus, car le champion de France ne cesse de progresser, même s'il reste encore légèrement en retrait de plusieurs joueurs mentionnés ci-dessus.

Kim Tillie (2,08 m, 32 ans) : Ryukyu Golden Kings Okinawa, Japon

Lors de la dernière olympiade des Bleus, à Rio en 2016, il était là. C'était sa dernière campagne internationale en équipe nationale, puisque Louis Labeyrie lui a été préféré pour l'Euro 2017. Capable d'alterner sur les postes 4 et 5, cet intérieur shooteur a, après de belles années à Vitoria, signé à l'Olympiakos Le Pirée. Mais un long arrêt a entâché sa saison et le club athénien ne l'a pas conservé. Voulant se relancer à Gran Canaria puis Monaco, le grand frère de Killian Tillie n'a pas affiché une grosse productivité, même s'il a toujours été un joueur de devoir. Cette saison, il tente l'aventure japonaise, où il monte en puissance. Mais sa carrière internationale est sans doute derrière lui.

Yannis Morin (2,08 m, 25 ans) : SIG Strasbourg, Jeep ELITE / BCL

Yannis Morin a intégré le Team France Basket pour rejoindre les Bleus en qualité de partenaire d'entraînement, afin de suivre son évolution. Désormais à Strasbourg, le Martiniquais a été gêné par des pépins physiques, cumulant les infiltrations avant de prendre une pause salutaire. Il doit maintenant remettre la machine en route et poursuivre ses progrès pour finir par vivre sa première sélection, en toute logique lors d'une fenêtre internationale d'abord.

A (re)lire :

*Nous avons retiré Ousmane Camara, actuellement blessé.

(POUR PARTICIPER AU SONDAGE, OUVREZ CET ARTICLE SUR LA VERSION WEB)

 
05 mars 2021 à 16:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.