ÉQUIPE DE FRANCE

[ITW] MARIE-MICHELLE MILAPIE CONTINUE D'APPRENDRE

Crédit photo : FFBB

Entretien avec Marie-Michelle Milapie, nouvelle intérieure de Lattes-Montpellier désormais installée en équipe de France.

Après une belle saison du côté de Basket Landes, Marie-Michelle Milapie a une nouvelle fois été appelée en équipe de France. Rencontre avec la nouvelle intèrieure des Gazelles du BLMA.

Vous étiez déjà présente l’an dernier pour le premier stage avec l’équipe de France. Aujourd’hui c’est votre second stage, vous n’êtes plus la petite nouvelle.

Oui voilà (rires). Je connais déjà l’organisation, le contexte, l’exigence. J’ai déjà connu une préparation, un stage et une cohésion. J’étais déjà à Anglet l’an dernier et je suis très heureuse d’être de retour. La préparation est courte, le niveau est élevé, il faut donc être performante de suite. J’ai un peu plus les pieds sur terre par rapport à l’an dernier. La première fois, tu arrives, tu découvres tout : tu as la tête dans les nuages. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. 

À votre poste (4-5), il y a beaucoup de concurrence. Dans quel état d’esprit vous abordez ce stage ? 

Je suis là pour continuer à apprendre et à travailler. Oui, il y a une forte concurrence à mon poste. Je suis là pour bosser, pour montrer que je veux faire partie de cette équipe de France un jour. Si ce n’est pas pour demain, ce sera peut être après-demain. Mais je veux faire bonne impression et montrer que je peux aider l’équipe de France à gagner.  

Il y a Sandrine Gruda présente pour ce stage. Une grande joueuse qui joue à l’intérieur tout comme vous. Cela doit un honneur de se confronter à elle pendant les entrainements ?

Oui, c’est super de la côtoyer au quotidien. Je suis fan d’elle, elle le sait et c’est un plaisir de la voir tous les jours. Comme l’an dernier, je lui pose des questions, je l’observe. Et puis après j'aborde ma saison différemment car tu as vu comment les grandes joueuses se préparaient pour être les plus performantes possible. C’est aussi ça le grand plus d’être en équipe de France. 

Le premier match face à l’Ukraine est à Mont-de-Marsan, là où vous avez grandi du côté de Basket Landes. Ce serait une joie immense pour vous de pouvoir être acclamée par vos fans avec la tunique bleue. 

Oui, j’aimerais faire un des deux matchs à Mont-de-Marsan. C’est ma salle et la saison prochaine ce ne sera plus le cas. Jouer chez moi, avec le maillot de l’équipe de France serait merveilleux et j’espère vraiment avoir cette chance.

L’histoire avec Basket Landes a commencé il y 5 ans et se termine cet été… Que retenez-vous de votre expérience landaise ? 

Beaucoup de bonnes choses. Je suis arrivée à Basket Landes en Espoirs, j’ai gagné une coupe des Landes, après j’ai débuté en professionnel sous Olivier Lafargue. Il m’a rapidement fait confiance, puis Cathy Melain m’a aidé à prendre du galon. Si aujourd’hui je suis en équipe de France et que j’ai la chance de partir jouer du côté de Montpellier c’est parce que j’ai côtoyé des personnes incroyables dans les Landes.  

L’Insep avec une vie parisienne puis les Landes... il y a plus simple comme changement d’environnement ? 

Oui, ce n’est pas évident en effet. À l’Insep, tu es toujours avec tes amis, c’est une ambiance particulière. Ici, tu arrives et tu es livrée à toi-même. Tu as ton propre appartement, personne chez toi, tu es obligée de te faire à manger. Donc le temps de s’acclimater est un peu plus long, mais je suis tombée dans un super club, les gens m’ont aidé, mes coéquipières étaient fabuleuses. J’ai vécu de vrais moments, elles ont su me rendre la tâche plus facile.    

Se retrouver dans un club familial aide aussi à prendre ses repères.

Oui, je suis quelqu’un de très famille et toutes les personnes que j’ai croisées m’ont aidé et apporté quelque chose. Des moments parfaits et inoubliables. 

Quand on discute avec les supporters et membres de Basket Landes, ils retiennent tous votre superbe sourire. 

Oui, j’ai toujours le sourire. Je suis quelqu’un de très émotive, mais je garde le sourire car nous avons qu’une seule vie et que je suis heureuse.

Vous nous avez cité la coupe des Landes comme un titre référence lors de votre formation. Vous êtes donc fière de cette coupe des Landes organisée dans les Arènes de Dax ? 

Oui, malgré la défaite de Basket Landes, j’ai trouvé ça magnifique. C’était un super événement, j’ai reçu des photos, j’ai vu des vidéos, j’aurais aimé y être. C’était magnifique, je tiens à dire bravo à Florian Lafargue qui a su organiser ça parfaitement. 

Comprenez-vous cet engouement ? 

Alors au début non. Quand on m’a dit la première année tu vas jouer la coupe des Landes, j’ai dit « c’est quoi (rires) ? Une coupe départementale ? ». Moi la coupe de la Somme, elle s’organise, dans un petit village et il y a 3 personnes dans la salle. Mais quand je l’ai jouée, j'ai compris pourquoi les gens sont fans et amoureux de cette coupe. Toutes les filles de l'équipe de France ont regardé. Elles ont trouvé cette compétitioénorme. C’est tant mieux pour le basket landais qui mérite tous les compliments possibles.  

 

09 juin 2019 à 17:02
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching