ÉQUIPE DE FRANCE

BORIS DIAW DONNE LA VICTOIRE AUX BLEUS !

Boris Diaw France Russie FIBA
Crédit photo : FIBA

L'équipe de France masculine s'est imposée 75-74 contre la Russie après prolongation grâce à un panier décisif de Boris Diaw dans la raquette.

C'est grâce à un panier de Boris Diaw (23 points - dont 11 en prolongation ! - à 6/9 aux tirs, 7 rebonds, 7 passes décisives, 5 balles perdues et 11 fautes provoquées pour 23 d'évaluation en 34 minutes) marqué à 3,2 secondes de la fin (voir ci-dessous) que l'équipe de France a battu la Russie dans son troisième match de qualification à la Coupe du Monde 2019.

Après 40 minutes défensives (61 partout) et une prolongation plus ouverte, les Bleus l'ont emporté 75 à 74 ce vendredi soir à Strasbourg.

La France est la peine en attaque

Dans un Rhénus archi-comble, les deux équipes ont énormément eu de mal en début de rencontre. Heureusement pour la France, Alain Koffi s'est montré en forme et l'intérieur de l'Elan Béarnais a permis à la France de prendre les devants (9-2 à la 5e minute). Mise en difficulté par la défense agressive des joueurs de Vincent Collet, la Russie est entrée petit à petit dans ce match. Gêné par la vitesse de ses adversaires et ciblé par les Russes qui l'ont obligé à sortir de la raquette, Moustapha Fall a souffert à l'image de son équipe dans ce premier quart temps (12-12 après 10 minutes).

Mais la France a pu compter sur ses cadres pour guider certains joueurs un peu timorés. Charles Kahudi a été omniprésent aux rebonds défensifs tout au long de la partie. Sa puissance physique additionnée à l'adresse d'Hugo Invernizzi ont permis aux Bleus de rester au contact des Russes dans ce milieu de deuxième quart-temps (24-23 à la 16e). Sergueï Karasev plus adroit que Boris Diaw (9/15 au final) sur la ligne des lancers francs et c'est bien la Russie qui a rejoint la mi-temps en tête (28-29).

Vincent Collet a fait le choix de débuter la deuxième mi-temps avec Elie Okobo à la place de Charles Kahudi dans le cinq. A défaut d'avoir énormément de ballons en attaque, le joyau palois s'est montré utile en défense sur les extérieurs adverses. Mais par deux fois l'ancien joueur des Cleveland Cavaliers, Karasev, a trouvé la mire à longue distance (36-41 à la 27e). Dans le dur, la France a comme lors de la première période pu compter sur un Hugo Invernizzi très efficace en sortie de banc. Dans le sillage du Nanterien, Diaw et Kahudi ont aussi sonné la révolte pour remettre les Bleus devant à la fin du 3e acte (43-41).

Dmitrii Kulagin a fait mal à la défense française

Devant son ancien public, Paul Lacombe a brillé dans le dernier quart temps. Le joueur de l'AS Monaco, très important défensivement, a répondu à un Dmitrii Kulagin en feu (55-51 à la 36e). Elie Okobo, auteur d'un tir à très longue distance, a fait exploser le Rhénus (58-51 à la 38e). On pensait alors que la France allait dérouler dans cette fin de match.  

Mais les Russes n'ont jamais lâché le morceau. Ils ont profité des deux pertes de balles de Boris Diaw mais aussi d'une fin de match ratée de la France pour revenir dans ce match. Dmitry Khvostov à 3-points a donné l'avantage à la Russie à 47 secondes du terme (60-61). Le 1/2 sur la ligne des lancers francs de la part de Paul Lacombe, a permis à la France d'égaliser, mais le dernier ballon de ce match était pour la Russie. Fort heureusement pour les Bleus, Karasev n'a pas été en mesure de donner la victoire à son équipe et les deux équipes ont dû se départager en prolongation. 

Mais Boris Diaw est un monument 

5 minutes décisives, pour les deux équipes. Et très souvent, dans ce moment-là, les grands joueurs font la différence. Boris Diaw, le joueur le plus capé de cette équipe de France, son capitaine s'est occupé de tout. Ses 11 points dans la prolongation dont 2 tirs primés ont permis à la France de l'emporter (75-74). Sa perte de balle, à 30 secondes de la fin, en donnant la balle à Hugo Invernizzi, a été largement compensé par son tir réussi à 3,2 secondes de la fin, après un démarquage ligne de fond à la limite des 5 secondes.

Avec cette victoire, les Bleus sont à 3 victoires et 0 défaite dans le groupe E. En cas de victoire dimanche à Nancy contre la Belgique, leur qualification pour le tour suivant sera déjà assurée.

23 février 2018 à 23:02
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
18 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Chicago Bulls
18 décembre - 02h00
Houston Rockets
Utah Jazz
18 décembre - 09h15
Oklahoma City Thunder
Chicago Bulls
18 décembre - 10h45
Strasbourg
Chalon-sur-Saône
18 décembre - 11h00
Houston Rockets
Utah Jazz
Coaching