ÉQUIPE DE FRANCE

DES BLEUS BOUSCULÉS MAIS VICTORIEUX

Crédit photo : Sébastien Meunier

Non sans une grosse frayeur en fin de match, l'équipe de France a réussi à maîtriser la Grèce (95-87). L'EuroBasket est lancé !

Autant de visages différents depuis le début de l'EuroBasket, cela pousse à se demander où se situe le véritable niveau de l'équipe de France. Brouillons, permissifs et presque individualistes jeudi contre la Finlande, les Bleus ont rectifié le tir contre la Grèce. Du moins, pendant 27 minutes, semblant alors en total contrôle du match (71-47) avant de craindre de subir une énième grecquification. L'énergie déployée par Thanasis Antetokounmpo (12 points à 100%, 6 rebonds et 2 contres), la science offensive de Georgios Printezis (22 points à 9/16) et le manque de lucidité des tricolores ont ramené les Héllènes sur les talons de la troupe de Vincent Collet (78-72, 34e minute), par la grâce d'un 12-0 au cœur du dernier quart-temps (de 77-57 à 77-69). À +8 à deux minutes de la fin (88-80), les fantômes du money-time de la Finlande sont même revenus danser sous les yeux des Français. Jusqu'à ce qu'un Thomas Heurtel (13 points à 5/8 et 4 passes décisives), terriblement frustré en première mi-temps, vienne planter le trois points de la gagne à 48 secondes du buzzer (94-85).

Outre l'ouverture du compteur de victoires (95-87, score final), il faudra aussi retenir de ce match le niveau extrêmement convaincant affiché par les Bleus avant l'entracte : agressivité, fluidité offensive, partage de la balle, rythme de jeu élevé, envie défensive, adresse (20/28 aux tirs), tenue du ballon (5 balles perdues)...  Bref, la première période fut un modèle du genre et le score s'en ressentit (55-36).

Joffrey Lauvergne en patron

Si peu à l'aise jeudi contre la Finlande et son équipe de petits, les intérieurs tricolores ont pu trouver à qui parler dans la raquette grecque... et de quoi se rassurer. Après avoir mis la France sur orbite dans le premier quart-temps avec 11 points à 100%, Joffrey Lauvergne s'est offert un superbe double-double avec 21 points (son record en carrière internationale) à 10/14 et 11 rebonds. Louis Labeyrie s'est montré d'une activité précieuse (8 points à 100% et 3 rebonds en 16 minutes) tandis que Kévin Séraphin a démontré sa rentabilité sur de courtes séquences (9 points à 4/6 en 13 minutes).

Bien sûr, il reste de nombreuses choses à corriger, à commencer par la constante défensive (51 points encaissés en seconde mi-temps...) et par le fait de trouver un moyen de ne pas laisser l'adversaire prendre confiance quand les Bleus peinent à trouver la mire. Cela avait coûté le match jeudi, et les coéquipiers de Boris Diaw ont encore failli le payer très cher. Mais le niveau affiché sur une majorité de la rencontre, la facilité offensive de cette équipe et la régularité d'Evan Fournier (21 points à 5/11, 3 rebonds, 2 passes décisives et 9 fautes provoquées en 34 minutes) sont de solides garanties. Cela demande continuation dès demain, dimanche (12h30), contre l'Islande.
des-bleus-bouscules-mais-victorieux1504373285.jpeg

À Helsinki,

02 septembre 2017 à 17:46
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.