ÉQUIPE DE FRANCE

ENTRE IMPATIENCE ET AMBITION, LES BLEUES LANCENT LEUR CAMPAGNE EUROPÉENNE CONTRE LA CROATIE

Crédit photo : FIBA

Opposée à la Croatie ce jeudi 17 juin (20h45), l’équipe de France féminine veut entrer de la meilleure des manières dans la compétition. Avec un seul et unique objectif, remporter le titre qui fuit les Bleues depuis 2009. « Ce serait une déception de ne pas le gagner », avoue sans fard Endy Miyem.  

Souvenez-vous... Le 30 juin 2013, l’équipe de France féminine s’inclinait face à l’Espagne d’un point (70-69). Suffisant toutefois pour priver la bande de Pierre Vincent d’une couronne européenne. Champions d’Europe en 2001 puis en 2009, les tricolores ont depuis systématiquement buté sur la dernière marche lors des quatre dernières éditions. Une fois contre la Serbie, les autres fois contre l’Espagne. « On est tombé plusieurs fois contre la Roja mais on est plus matures et on travaille, rappelle Endy Miyem. J’espère que la fin sera différente mais je ne peux pas prédire le futur. »  

LIRE AUSSI. Les deux arbitres Marion Ortis et Thomas Bissuels racontent leurs derniers préparatifs 

« Nous ne savons pas encore qui nous sommes »

En tout cas, l’équipe de France féminine fait figure de favorite pour ce championnat d’Europe, à Strasbourg et à Valence. Avec en son sein la meilleure marqueuse de l'histoire de l'équipe de France Sandrine Gruda et l'un des plus beaux talents français, Marine Johannès. « On a voulu nous mettre ce statut de favori et on l’assumera par rapport à nos ambitions, explique la sélectionneuse Valérie Garnier. Tous les signaux sont au vert. Nous sommes prêtes, nous n'en pouvons plus d'attendre. Mais nous ne savons pas encore qui nous sommes car la préparation ne compte pas. »

« On veut changer de couleur, on veut voir l’or »

Alors avant de partir chercher une médaille olympique à Tokyo dans un mois, l’équipe de France féminine veut ramener la Coupe à la maison. « On veut changer de couleur, signale Endy Miyem. Maintenant, on a envie de voir l’or. C’est vrai que ce serait une déception de ne pas gagner le titre. »

Mais la technicienne originaire de Jallais (Maine-et-Loire) le sait. Ce ne sera pas l’équipe la mieux armée sur le papier qui l’emportera mais celle qui serait faire preuve de résilience dans ce contexte pandémique. « L’hôtel, le parking, le bus et la salle, énumère la Rémoise. Ce sont les seuls endroits qu’on a le droit de visiter. Ce n’est pas simple mais on l’accepte... »

« La Croatie excelle dans le jeu rapide »

Comme pour leurs homologues masculins lors des fenêtres internationales, Sarah Michel et ses coéquipières doivent organiser leur temps différemment. « La journée de mercredi était assez longue à l’hôtel, dévoile la poste 4 rémoise. On passe encore plus de temps ensemble. Et on a eu la chance de fêter l’anniversaire de Diandra Tchatchouang (lundi). On a mis des décorations dans sa chambre, on a chanté et on a fait des chorée, on passe plus de temps à table et on rigole bien. En tout cas, on a hâte que ça commence pour voir ce que ça donne en vrai. »

Invaincues lors de leurs six sorties en préparation, les Françaises entrent dans le vif du sujet ce jeudi à 20h45 contre la Croatie. Une sélection qui n’a plus pris part au championnat d’Europe depuis 2015. « C’est une équipe qui excelle dans le jeu rapide, estime Valérie Garnier. La Croatie est une équipe mobile qui essaye de jouer en première intension il faudra donc être prêtes. » Et se méfier de la jeune meneuse (23 ans) Ivana Dojkic pour entrer comme il se doit dans la compétition. Sous le feux des projecteurs mais avec une envie de vaincre communicative, les Bleues partent à l'assaut d'une première couronne européenne depuis 2009. 

À Strasbourg,

entre-impatience-et-ambiance--les-bleues-lancent-leur-campagne-europeenne-contre-la-croatie1623881745.jpegSous les coups de 20h50 et avant de céder leur place à la Croatie, les Bleues ont peaufiné leurs derniers réglages au Rhénus (photo : Théo Quintard)

17 juin 2021 à 08:00
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Plus qu'un simple ballon orange, le basket est inscrit dans mon ADN.
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.