ÉQUIPE DE FRANCE

ÉTAIT-CE VRAIMENT L'ÉQUIPE DE FRANCE F COMME L'A DIT TONY PARKER ?

équipe de France masculine A septembre 2018 FIBA
Crédit photo : FIBA

Tony Parker a qualifié l'équipe de France masculine présente au Tournoi de Paris "d'équipe de France F".

Journaliste à RMC Sport, David Cozette a demandé à Tony Parker si cela ne faisait pas bizarre de voir une "équipe de France B voire C" lorsqu'il a rendu visite aux Bleus à Coubertin la semaine passée, avant les arrivées de trois joueurs EuroLeague (Lessort, Poirier et De Colo). L'ancienne star des Bleus Tony Parker a répondu en disant qu'il s'agissait plus "d'une équipe de France F". A BeBasket, on s'est demandé s'il avait bien raison.

On a ainsi classé les joueurs en quatre catégories (de A à D), ne réussissant pas à descendre jusqu'à la lettre F, la sixième de l'alphabet en se basant sur le fait qu'à douze, la plupart des sélections prennent trois meneurs et trois pivots.

Premièrement, il est parfois difficile de faire "descendre" certains joueurs de la lettre A à la lettre B. On pense aux meneurs de jeu et aux pivots. S'ils sont quatre en concurrence sur un stage (Heurtel, Ntilikina, Diot et Westermann / Gobert, Poirier, Séraphin et Lauvergne), peut-on dire que celui des quatre qui n'est pas retenu est un "joueur B" en l'équipe de France ? Hormis sur ces postes de meneur et de pivot (quatre joueurs A), on s'est tenu à une hiérarchie (deux arrières A, deux ailiers A et deux ailier-forts A).

  • A = joueurs susceptibles d'être pris quelque soit la concurrence
  • B = premières options en cas de forfait des joueurs A (blessures, repos et choix personnels, parfois contraints par leurs employeurs)
  • C = Présents en l'absence des joueurs A et B, typiquement lors des fenêtres internationales
  • D = Lorsque les joueurs NBA et EuroLeague ne peuvent pas venir, que des joueurs C sont blessés, le staff fait appel à des joueurs D

Meneurs

  • Thomas Heurtel : A
  • Frank Ntilikina : A
  • Antoine Diot : A
  • Léo Westermann : A
  • Andrew Albicy : B
  • Jonathan Rousselle : C
  • Axel Julien : C
  • Elie Okobo : C
  • Benjamin Sene : D
  • Antoine Eïto : D

Arrières

  • Evan Fournier : A
  • Nando De Colo : A
  • Fabien Causeur : B
  • Edwin Jackson : B
  • Paul Lacombe : B
  • Rodrigue Beaubois : B
  • Valentin Bigote : D

Ailiers

  • Nicolas Batum : A
  • Charles Kahudi : A
  • Axel Toupane : B
  • Timothé Luwawu-Cabarrot : B
  • Lahaou Konaté : C
  • William Howard : C
  • Axel Bouteille : C
  • Terry Tarpey : D

Ailier-forts

  • (Nicolas Batum : A)
  • Guerschon Yabusele : A
  • Louis Labeyrie : A
  • Kim Tillie : B
  • Adrien Moerman : B
  • Amine Noua : C
  • Alain Koffi : C
  • Hugo Invernizzi : C
  • Livio Jean-Charles : D
  • Amath M'Baye : D

Pivots

  • Rudy Gobert : A
  • Vincent Poirier : A
  • Kevin Séraphin : A
  • Joffrey Lauvergne : A
  • Moustapha Fall : B
  • Mathias Lessort : B
  • Mouhammadou Jaiteh : C
  • Jerry Boutsiele : D
  • Jacques Alingue : D

 

Une déclaration maladroite pour une critique destinée la FIBA

 

Voici une polémique de "la petite phrase" qui aurait pu être évitée. Les listes dressées ci-dessus auraient cependant pu être faites de la manière suivante :

  • 1er meneur = A
  • 2e meneur = B
  • 3e meneur = C

A ce moment là, Jonathan Rousselle aurait été un "joueur F" et Tony Parker aurait ainsi raison. Cependant, pour une personnalité de la notoriété de TP dans le basketball français, il n'empêche que cette phrase est maladroite. Le président de l'ASVEL n'est pas n'importe qui et ses propos sont largement écoutés, partagés, commentés. S'il voulait certainement critiquer les instances internationales (la FIBA en tête) plutôt que de s'en prendre aux joueurs présents, cela n'a sans doute pas du plaire à ces derniers. On se souvient qu'en 2008, il y a dix ans, Mickaël Piétrus avait tenu des propos similaires au sujet de l'équipe de France (notamment composée par des joueurs comme William Gradit, Dounia Issa, William Soliman etc.) qui s'était lancée dans les qualifications de l'EuroBasket 2009 sous les ordres de Michel Gomez, alors que lui même n'était pas venu. Ce qui n'avait pas plu aux joueurs ayant répondu présent à leur convocation.

Par ailleurs, Vincent Collet a plusieurs fois fait état du superbe état d'esprit affiché par l'équipe de France masculine pendant les qualifications. Sportivement, des joueurs qui n'auraient peut-être jamais été (re)convoqués sont sans doute montés dans la hiérarchie. On pense à Andrew Albicy ou encore Paul Lacombe. Ce dernier aurait certainement beaucoup de chance d'être convoqué dans un groupe idéal de douze joueurs, même si tout le monde est disponible.

Bref s'agissait-il d'une équipe de France F à Coubertin ? Pour nous, c'est non. Il s'agissait plutôt d'une équipe de France B / C comme l'a avancé David Cozette. Et c'était encore plus le cas lors des deux matchs officiels, à Sofia (Bulgarie) puis Montpellier.

L'équipe de France aligné début juillet en Russie, avec les stars NBA et EuroLeague mais aussi Andrew Albicy et Paul Lacombe, présents sur les matchs des autres fenêtres internationales (photo : FIBA)

En complément, voici une tweet de Yann Casseville, journaliste à Basket le Mag, qui s'est posé la même question que nous.

18 septembre 2018 à 11:53
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
19 décembre - 00h45
NBA Extra
19 décembre - 01h30
Atlanta Hawks
Washington Wizards
19 décembre - 01h30
Brooklyn Nets
Los Angeles Lakers
19 décembre - 09h15
Atlanta Hawks
Washington Wizards
19 décembre - 09h45
Le Mans
Banvit
Coaching