ÉQUIPE DE FRANCE

IL Y A SIX ANS JOUR POUR JOUR, LA FRANCE ÉLIMINAIT L'ESPAGNE DE SON MONDIAL

Flo Pietrus
Crédit photo : Sébastien Meunier

Il y a six ans jour pour jour, l'équipe de France masculine venait à bout de l'Espagne en quart de finale (65-52) de "son" Mondial. « En termes d'investissement, le match de ce soir est une référence pour toujours », confiait alors Vincent Collet.

« Thomas Heurtel, donne-moi ton short ! » La phrase de David Cozette est désormais devenue culte. L'Espagne à la fois loin mais proche des Bleus (58-52, 39'), le meneur héraultais avait pris un tir plein de culot en sortie de pick and roll sur Marc Gasol. De quoi permettre à la France de battre une deuxième fois de suite l'Espagne (65-52) en match couperet, qui plus est à domicile, et de remporter ainsi une troisième breloque en quatre ans, lors de la Coupe du Monde 2014. 

Florent Piétrus : « Battre la grande Espagne chez elle, c'est grandiose »

« C’est un grand moment de l’histoire de l’équipe de France, sourit Florient Piétrus à notre micro. Battre la grande Espagne chez elle, à domicile, c'est grandiose, même s’ils se sont vengés l’année d’après (en demi-finale de l'Euro 2015 en France, ndlr). On a réalisé un exploit. Ça reste un très beau souvenir car on s’est battu avec nos armes, c'est une belle médaille de bronze. »

Vincent Collet : « La première difficulté, c'était que les joueurs soient convaincus que c'était possible »

Pourtant, rien ne prédestinait la France, privée de joueurs importants (Parker, De Colo, Noah, Séraphin, Ajinça et Mahinmi), à réaliser une pareille prestation. Mais avec une défense de fer, un plan de jeu finement élaboré par Vincent Collet et parfaitement relayé par Boris Diaw, l'exploit est devenu réalité. « Qui pouvait penser, ou prévoir, qu'on allait parvenir à le faire ? C'est facile à dire maintenant mais franchement, après le match contre la Croatie, il était difficile d'imaginer qu'on puisse le faire, rappelle Vincent Collet dans les colonnes de Basket Hebdo. La première difficulté, c'était que les joueurs soient convaincus que c'était possible, que tout ce qu'on disait n'était pas que des paroles. » Message reçu : avec seulement 52 points encaissés, contre une Roja, privée de sa principale force - le jeu rapide. Même quand l'Espagne est passée devant dans le premier quart-temps ou lors du 12-4 dans le troisième acte, la troupe de Vincent Collet a tenue. « En termes d'investissement, le match de ce soir est une référence pour toujours », attestait le technicien normand, toujours dans Basket Hebdo.

Une première médaille en Coupe du Monde à la clef

Battue en demi-finale par la Serbie de Miloš Teodosić en demi-finale du Mondial (90-85), les Bleus ont toutefois été privés d'une finale mondiale. Mais Nicolas Batum (élu dans le cinq de la compétition) et les siens ont su relever la tête pour décrocher une jolie médaille de bronze, face à la Lituanie (95-93). Une première pour le basket français en Coupe du Monde et une deuxième médaille internationale de suite, après l'or européen en 2013. Du jamais vu dans l'hexagone depuis les JO de 1948 et l'Euro de 1949.    

coupe-du-monde-20141599749048.jpegFrance 65, Espagne 52. Le 10 septembre 2014, une soirée d'anthologie pour le basket français (photo : Instagram Florent Piétrus)

10 septembre 2020 à 18:15
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Plus qu'un simple ballon orange, le basket est inscrit dans mon ADN.
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.