ÉQUIPE DE FRANCE

LES BLEUETS CONCASSENT L'ARGENTINE POUR TERMINER LA PREMIÈRE PHASE EN TÊTE

Crédit photo : FIBA

Deux jours après sa défaite en prolongation contre l'Espagne (59-60), l'équipe de France U19 s'est parfaitement rattrapée contre l'Argentine (89-52) afin de conclure sa phase de poules en tête. Les Bleuets devraient croiser la route du Mali, finaliste de la dernière édition, demain en huitième de finale.

48 heures après, les maux de têtes ont disparu. On ne parlera plus des cagades de cette prolongation contre l'Espagne, de ces dernières possessions mal gérées. Il faudra les garder en tête, comme une leçon précieuse, pour les vrais moments couperets mais d'ici là, cela n'aura absolument aucune conséquence : les Bleuets ont verrouillé la première place du Groupe C.

Physiquement, une tête au dessus

Un statut de leader conquis grâce à une large victoire contre l'Argentine (89-52), où l'on oubliera aisément cinq premières minutes catastrophiques, sans aucun panier dans le jeu, un troisième quart-temps médiocre et cette adresse abyssale aux lancers-francs (13/28, dont 1/8 pour Yvan Ouedraogo). Athlétiquement, les Bleuets ont marché sur les Argentins, dressant les barbelés avec six contres dès la première période du duo Wembanyama - Ugolin et s'offrant des fournées de points sur jeu rapide, grâce notamment à l'adresse de Louis Lesmond, pour rapidement reléguer les hommes de Daniel Farabello dans le rétroviseur (40-18, 19e minute). « Nous avons entamé la rencontre avec beaucoup de concentration », raconte Victor Wembanyama. « On savait que ce serait un match compliqué, face à une équipe qui joue dur. Il fallait faire le boulot d'entrée de jeu  et on a su le faire, ce qui nous a permis de creuser l'écart. On a gagné le match dès la première mi-temps. »

Et surtout, cette fois, contrairement à dimanche où leur magnifique entame avait été royalement gâchée par la suite (16-2, 8e minute), les protégés de Frédéric Crapez n'ont pas laissé l'occasion à l'Argentine de revenir. Il y eut bien un vrai moment de flottement au retour des vestiaires, avec de gros balbutiements dans le jeu collectif et de nombreuses pertes de balle, qui ont permis à l'Albiceleste d'y croire un peu (52-39, 28e minute), mais cet espoir ne fut qu'éphémère. Les enseignements du revers face à la Roja ont bien été tirés, comme le souligne Victor Wembanyama, maladroit mais toujours aussi impactant défensivement de par sa seule présence (10 points à 3/10, 12 rebonds, 3 contres, 2 interceptions et 6 fautes provoquées pour 19 d'évaluation en 22 minutes). « Toutes les équipes se battent sans relâche, de la première à la quarantième minute, et on est un peu tombé dans ce piège face à l'Espagne. J'ai appris qu'il ne fallait rien lâcher et que c'était ça le niveau international. » 

Avant le Mali, des bons points pour Eyango et les remplaçants

Le score a même pris des proportions insoupçonnés dans le dernier acte, remporté 30-9, avec une véritable démonstration de la domination physique tricolore. Des joueurs inattendus, comme Guillaume Eyango (12 points à 100%, 4 rebonds, 3 passes décisives et 2 interceptions pour 19 d'évaluation en 13 minutes), ont ainsi pu tirer leur épingle du jeu, contribuant à envoyer une Argentine jusque-là invaincue à la troisième place de la poule. « Collectivement, je pense qu'on a passé un cap aujourd'hui », reconnait Victor Wembanyama. « Je pense notamment au quatrième quart-temps avec cinq joueurs qui n'ont pas vraiment l'habitude d'être sur le terrain et qui ont montré que le banc pouvait apporter autant, voire plus que le cinq majeur. »

À créditer de deux victoires en trois rencontres, tout comme l'Espagne et l'Argentine, les Bleuets s'offrent tout de même la première place à la faveur du panier-average. Ce qui devrait leur offrir, selon toute vraisemblance, un huitième de finale abordable contre le Mali, certes vice-champion du monde en titre mais inexistant lors de ses deux premières rencontres (57-97 contre l'Australie puis 52-100 face à Team USA). « De ce qu'on sait, c'est une équipe qui joue avec énormément d'intensité », dit Wembanyama, dont le duel avec le prospect Oumar Ballo sera particulièrement scruté. « On va essayer d'aborder ce match calmement et de résister aux impacts ». Mais au vu de ce qu'ils ont montré athlétiquement ce mardi, on ne se fait pas trop de souci de ce point de vue-là pour les Français. Place aux choses sérieuses...

À Riga,

06 juillet 2021 à 16:33
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.