ÉQUIPE DE FRANCE

MATTHIEU GAUZIN, UN SECRET LONGTEMPS GARDÉ

Matthieu Gauzin France U17 FIBA 1
Crédit photo : FIBA

Après une grosse fin de saison Espoirs 2017/18, le meneur du Mans Matthieu Gauzin s'est fait remarquer cet été sur la scène mondiale. Découverte.

En août 2017, la génération 2001 française s'est imposée lors de l'EuroBasket U16 grâce notamment à son trio de meneurs/arrières composé de Théo Malédon, Killian Hayes et Timothé Crusol. Matthieu Gauzin (1,91 m, 17 ans) lui, n'a pas été sollicité une seule fois durant la préparation. Pour lui, rien de plus normal. "Je n'avais pas le niveau", avoue-t-il sans problème.

10 mois plus tard, le Berruyer était cette fois une rotation importante de ce trio - auquel s'est ajouté Malcolm Cazalon - lors du Mondial 2017. En moins d'un an, ce neveu d'un ancien joueur professionnel a complètement changé de statut. Sa saison 2017/18 a sans doute été un déclic dans sa carrière. "Au début, je ne devais jouer qu'avec les U18 (Elite) mais comme il y a eu beaucoup de blessés, on m'a donné la chance de m'exprimer en Espoirs". Et pas seulement de s'y exprimer. Il a finalement pris part à 32 matchs sur 34 pour 10,3 points, 4,5 rebonds, 3,2 passes décisives et 1,7 interception en 26 minutes. Sur les 13 dernières journées, il a tourné à 16,3 d'évaluation avec quelques cartons (23 points, 7 passes décisives et 4 rebonds contre Antibes, 17 points, 9 passes décisives et 7 rebonds contre le HTV, 26 points, 9 rebonds et 9 passes décisives pour 33 d'évaluation face à Boulazac). Une fin de saison sur laquelle il a surfé, passant ainsi dans la rotation en équipe de France U17 devant Anthony Da Silva ou Milan Barbitch. En Argentine, il a tourné à 8 points, 2,3 rebonds et 1 passe décisive de moyenne, avec des belles sorties contre les Philippines (16 points à 6/13), la Croatie (10 points à 5/10 en 18 minutes) et la Nouvelle-Zélande (14 points à 4/8 et 3 rebonds en 16 minutes).

"J'ai essayé de gratter des minutes, de me donner à fond. Ce Mondial a changé beaucoup de choses. J'ai pu me comparer aux autres joueurs mondiaux. Après la compétition, j'ai pu me dire que j'avais le niveau pour jouer contre eux."

Fort en percussion mais pas encore prêt physiquement

Meneur de jeu grand et long avec encore un potentiel de croissance, il est très fort sur la percussion et dans la manipulation du ballon. "Depuis Rodrigue Beaubois, je n'ai pas vu de joueur aussi rapide, délié et élégant balle en main", estime Antoine Eïto, meneur de l'équipe professionnel du MSB. Et si l'explosion a été retardée, c'est qu'il n'était pas encore prêt physiquement.

"Quand Matthieu est entré au pôle Espoirs, c’était une crevette et il était loin d’être dominant. Mais, il avait du talent et allait vite balle en main", se rappelle Nicolas Corbe, assistant en équipe de France U17 cet été qui l'a eu au Pôle Espoirs de la Ligue du Centre-Val de Loire. Opposé au quotidien à Lucas Bourhis, meneur dominant sur sa classe d'âge, et Timothé Crusol déjà, il a passé le cap.

"Il a bien travaillé au pôle et il a vraiment « décollé » en deuxième année (en 2015/16). Il a évolué sur son poste de jeu en passant du poste 2 au poste 1. L’autre évolution technique notable de Matthieu se situe au niveau du tir extérieur qui est devenu fiable en deuxième année. [...] Effectivement le fait de s’entraîner avec la génération 2000, et notamment avec Lucas Bourhis, lui a permis d’avoir une progression accélérée. Cela est également valable avec Tim Crusol avec qui il « se tirait la bourre » à l’entraînement."

S'il a bien évolué physiquement et sur son tir, ce sont les deux éléments où il possède encore une grande marge de progression. La saison passée en Espoirs, il ne tournait ainsi qu'à 35% de réussite aux tirs. Encore trop frêle, il ne s'entraîne toujours pas avec l'équipe professionnelle, même en préparation. Le MSB a d'ailleurs fait venir Louis Rucklin comme partenaire d'entraînement, ce dernier étant plus prêt à donner une opposition plus intéressante à Michael Thompson et Antoine Eïto à l'entraînement.

"Sa marge de progression est importante, continue Nicolas Corbe. Il doit gagner en ambidextrie. Il doit arrondir la trajectoire de son tir en suspension dans les tirs intermédiaires. Enfin, il doit devenir un peu plus rigoureux dans la gestion du ballon (trop de ballons perdus pour un meneur)."

Recruté par Comsport

Alors que trois joueurs de la génération 2001 (Maledon, Hayes et Cazalon) sont passés professionnels cet été, Gauzin ne s'impatiente pas. Il veut faire "la meilleure saison possible individuellement et collectivement" en Espoirs, ce qui lui permettra peut-être d'accéder au groupe d'entraînement des professionnels. En parallèle, il compte prendre de la masse musculaire et travailler sur son tir. Ce qu'il a déjà commencé à faire, notamment cet été à Dallas. "Recruté" par l'agence Comsport, historiquement influente au sein du centre de formation du MSB, il s'est rendu avec les meilleurs prospects de l'agence de joueur dans la métropole texane pour s'entraîner.

Ne pas avoir tout tout de suite est peut-être plus positif qu'autre chose pour le jeune meneur. "Être de U18 en début de saison, signer avec Comsport et aller à Dallas puis être retenu comme premier choix pour faire les équipes lors du Basketball Without Borders Camp en l'espace de quelques mois, il faut le digérer, à 17 ans", enchaîne Antoine Eïto. Il s'est en effet fait remarquer lors du Basketball Without Borders Camp Europe à Belgrade mi-août, où il a été sélectionné (en compagnie de Maxime Carene) suite aux forfaits de ses compatriotes Killian Hayes, Malcolm Cazalon et Théo Malédon. Il y a notamment côtoyé Gregg Popovich, l'entraîneur des San Antonio Spurs. "Même dans mes rêves je n'y aurai pas pensé. C'est incroyable !"

Après ces différents rendez-vous mondiaux, il a donc retrouvé Le Mans pour préparer la saison à venir avec les Espoirs. "Il est très intelligent donc il comprend vite son rôle et ce que le staff attend de lui." En d'autres termes, Matthieu Gauzin devra s'affirmer en Espoirs, faire preuve de plus de constance - ce qui lui a manqué la saison passée, de son propre aveu - pour accéder au monde professionnel. "Sachant que l'équipe U21 sarthoise sera plus compétitive cette saison avec Rucklin mais aussi les internationaux Kenny Baptiste, Melvyn Ebonkoli et Jacques Eyoum. Un passage obligatoire.

 

03 septembre 2018 à 11:52
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
19 novembre - 13h00
Limoges
Nanterre
19 novembre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 23h30
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
Coaching