ÉQUIPE DE FRANCE

U20 : LES 12 FRANÇAIS MÉDAILLÉS DE BRONZE

Crédit photo : Fiba Europe

Qui sont les 12 joueurs de l'équipe de France U20, troisièmes du dernier championnat d'Europe U20 ? BeBasket vous les présente.

Autour de leurs deux leaders Amine Noua et Elie Okobo, certains se sont révélés, d'autres ont un peu déçu... Mais tous sont rentrés dimanche avec une médaille autour du cou. 

Elie Franck Okobo (Pau-Orthez) : 12,3 points, 4 passes décisives et 3,3 rebonds. 

Meilleur marqueur de son équipe lors de l'Euro U20 2016 raté en Finlande, le Palois a cette fois été  décalé au poste de meneur. Moins scoreur, il a eu plus de responsabilités dans l'organisation du jeu. Après un premier tour assez moyen, il est monté en régime en huitième et en quart-de-finale. Sa deuxième mi-temps face à la Serbie (23 points en seconde période), restera comme l'un des moments forts de la compétition. Malheureusement, il n'a pu confirmer face à Israël, en demi-finale, contre l'Espagne pour la médaille de Bronze. Okobo est talentueux, tout le monde le sait, il doit maintenant être plus régulier. Encore méconnu il y a un an, il est aujourd'hui le nouveau visage de l'Elan Béarnais. Après une fracture du pied en février dernier, il a réussi à revenir pour le trophée du Futur, puis à enchaîner avec des workouts et le championnat d'Europe. Il devra réaliser une bonne saison pour espérer accomplir son objectif de jouer rapidement en NBA. 

Renathan Ona Embo (Tulane, Etats-Unis) : 2,7 points, 1,3 passe décisive et 1,4 rebond.

C'est avec un an d'avance que "Ray" Ona Embo a disputé cet Euro U20. Très fort joueur de un contre un, il a eu du mal à trouver sa place dans l'équipe. Doté de qualités physiques extraordinaires, Ona Embo a montré quelques lacunes notamment sur le tir extérieur. Malade lors du dernier match, il n'a pas cessé de motiver ses coéquipiers à tout faire pour remporter une médaille. À lui de continuer à progresser sous les ordres de Mike Dunleavy Sr (qui a coaché 1 329 matchs NBA) afin de pourquoi pas revenir avec sa génération, les 98, chercher l'or l'an prochain. 

Grégory Bengaber (Le Mans) : 4 points, 2,1 passes décisives et 1,9 rebond.

Si vous deviez choisir un joueur de l'équipe de France pour partir à la guerre, il est fort probable que ce soit Bengaber qui récolte le plus de suffrages. Très fort défenseur, il est celui qui illustre le mieux le sens du sacrifice. Le nouveau joueur de Vichy-Clermont a toujours su répondre présent lorsque que le staff a fait appel à lui. En mission face à L'Espagne, Bengaber a tout donné, pour enfin terminer son histoire avec les équipes de France jeunes sur une bonne note. Ses qualités physiques et son sens du sacrifice l'amèneront très vite vers la Pro A, et il a tout le talent pour y faire une très belle carrière. 

Darel Poirier (Cholet) : 6,3 points et 5,9 rebonds.

Et si cette Euro U20 était un tournant dans la jeune carrière de Darel Poirier? Dès le premier match, Poirier a su devenir indispensable à cette équipe. Défensivement, il aura fait énormément de bien aux hommes de Jean Aimé Toupane. Son dernier match face à L'Espagne a montré que Poirier était capable de s'écarter car il possède une très belle mécanique de tir. Débordant d'énergie, il aura souvent été pénalisé par les arbitres. Son dunk lors du premier tour face à la Turquie aura fait le tour des réseaux sociaux. Sous les radars des scouts NBA, son Euro lui a aussi permis de se faire véritablement connaître. Il aura sa chance à Charleville , a lui de la saisir. 

Alexis Yetna (Mont Zien Prep School, Etats-Unis) : 3 points et 3,6 rebonds.

Méconnu des entraineurs français, Yetna s'est fait une réputation l'an dernier lors du camp de Trévise. Alors qu'il jouait pour le Team USA en Italie, l'intérieur formé à Cergy Pontoise a plu au staff de l'équipe de France, qui n'a cessé de le suivre la saison passé en Prep School Mont Zien. Lors de cet Euro, Yetna a su apporter en sortie de banc toute sa combativité. C'est lui qui, en huitième de finale, a remis les Français dans le droit chemin. Il est vrai qu'il manque un peu de QI basket, sans doute dû à son manque de formation. Mais sa combativité et son abnégation de tous les instants lui ont permis de réaliser un bon Euro. C'est en Floride que Yetna va continuer son rêve américain. La marche "NBA" semble un peu trop haute, mais on ne sait jamais. Par s'il souhaite rentrer en France à la fin de son cursus universitaire, de nombreux clubs de Pro A devraient s'intéresser à lui. Un Will Yeguete 2.0.

Gauthier Denis (Le Havre) : 9,7 points et 2,6 rebonds.

Son émotion à la fin du match montre à quel point cette génération 97, souvent bien placée dans les compétitions internationales, souffrait de ne pas avoir pu remporter une médaille ensemble. C'est chose faite avec cette victoire face à l'Espagne. Cinq ans que Gauthier Denis vient en équipe de France l'été pour tenter de repartir avec une médaille. Leader vocal de cette équipe, Denis a réalisé sans aucun doute sa plus belle campagne sous le maillot bleu. Très fort shooteur, il a été la menace longue distance du camp français tout au long du tournoi. Spécialiste du catch and shoot, Denis a montré qu'il était aussi un très bon défenseur. Sa saison à venir en Pro B au Havre peut lui permettre de continuer à montrer toutes ses qualités. Avant le grand saut vers la Pro A, où il aura certainement dans le futur un vrai rôle. 

Stephane Gombauld (Saint Chamond) : 3 points et 5 rebonds. 

La déception de cet Euro. L'intérieur formé à L'Asvel est passé à côté de son tournoi. Considéré comme l'un des tous meilleurs joueurs de sa génération il y a quelques années, Gombauld semble marquer le coup. Il aura eu du mal à répondre présent en Grèce. Auteur d'une bonne saison à Saint Chamond, il s'est engagé cet été avec Lille, toujours en Pro B. La balle est dans son camp. Il va devoir se remettre au travail pour redevenir celui que certains voyaient comme un potentiel joueur NBA.

Amine Noua (Lyon-Villeurbanne) : 12,9 points et 7,9 rebonds. 

Pendant huit jours, Amine Noua a montré à tous les observateurs qu'il était un futur grand joueur de basket. Il n'a que 20 ans et a l'avenir devant lui. On aurait tendance à l'oublier quand on voit sa maturité sur le parquet. Nommé dans le 5 majeur de la compétition, Noua a agi en leader tout au long du tournoi. Bon défenseur et rebondeur, c'est avant tout un très bon attaquant. Capable de tirer à 3 points, le Lyonnais a aussi montré qu'il était en mesure de remonter la balle comme l'atteste ses nombreux coast to coast réalisés tout au long de l'Euro. Utilisé à L'Asvel en début de saison, l'arrivée de Livio et Andersen a réduit à néant son temps de jeu. Mais pour la première fois, il rentre d'un Euro avec une médaille autour du cou. Les dirigeants de l'Asvel le lui avaient demandé, il a obéi. Il doit surfer sur ce championnat d'Europe pour devenir un joueur de Pro A dès la saison prochaine. L'Asvel et lui ne souhaitent que ça. 

Lucas Hergott (Lyon-Villeurbanne) : 7,1 points, 3,6 passes décisives et 2,7 rebonds.

Jean Aimé Toupane lui a donné sa confiance, Lucas Hergott lui a parfaitement rendue sur le terrain. Joueur intelligent, Hergott a réalisé un bel Euro. Très fort dans la création, il aura posé des problèmes à toutes les défenses que les Bleus ont affronté durant la compétition. Même s'il doit progresser dans son tir longue distance (21% à 3 points), ce poste 2/3 a les qualités nécessaires pour jouer et être performant en Pro B à Saint-Chamond. Amoureux du maillot bleu, cette médaille de bronze a le goût d'or pour celui qui comme Amine Noua n'a connu qu'un seul club dans sa vie : l'Asvel.

Enzo Goudou-Sinha (Nancy) : 2,5 points et 1,2 passe décisive.

Pour sa deuxième compétition en bleu en moins d'un mois, Enzo Goudou Sinha a su répondre aux attentes du staff. Peu utilisé par Jean Aimé Toupane, Enzo a apporté sa vision du jeu lors de ses passages sur le terrain. En six mois, il est passé de joueur méconnu à possible leader de sa génération 98. Son sourire et sa joie de vivre ont apporté un plus à cette équipe de France. Après une saison magnifique sur les plans individuel et collectif du côté de Nancy, Enzo a signé son premier contrat avec le club relégué en Pro B. Doublure de DaShun Wood, il est conscient que son temps de jeu sera au départ limité. Ambitieux, il souhaite jouer à Nancy et aider le club à remonter. Mais retenez bien son nom, vous n'avez pas fini d'entendre parler de lui.

Bastien Vautier (Nancy) : 2 points et 1,3 rebond.

Tout comme son meilleur ami Enzo, Bastien a débarqué en Crète après le championnat du Monde au Caire. Cinquième intérieur de l'équipe, il n'a jamais déçu le staff au contraire. Joueur de grande taille, doté de très bonnes mains, il a montré par ses déplacements vers le panier qu'il possédait un très bon QI Basket. La relation qu'il a formée sur et en dehors du basket avec Enzo est extraordinaire. Les deux se trouvent les yeux fermés, ça s'est vu en Egypte, ça s’est vu à Heraklion tout le monde espère que ça se verra en Allemagne l'an prochain. Mais avant de penser à remporter un nouveau titre de champion d'Europe, Bastien quitte Enzo et le Sluc Nancy pendant un an. A Caen, où il est prêté par le club Lorrain, Vautier va découvrir la Pro B. Nancy espère qu'il pourra continuer à apprendre et faire en sorte en sorte de devenir un jour, l'un des tous meilleurs pivots français. 

Digué Diawara (Lyon-Villeurbanne) : 7,1 points et 3,7 passes décisives .

La révélation cette équipe de France. U19 comme Bastien Vautier et Enzo Goudou, Diawara eu plus de responsabilités et de temps de jeu que les deux joueurs du Sluc. Très en vue face à la Turquie, le joueur de l'Asvel a fait très forte impression auprès des scouts NBA présents sur cet Euro. Doté d'une envergure exceptionnel, Diawara a montré qu'il était capable de finir près du cercle, mais aussi d'apporter une menace par son tir extérieur. L'Asvel souhaite le prêter. Des clubs comme Poitier ou Pau se sont renseignés à son sujet. Il va devoir prendre un peu de masse musculaire pour mieux résister aux impacts. Double champion d'Europe (U16, U18) il espère remporter un troisième titre l'an prochain et continuer de montrer tout son talent aux nombreuses franchises NBA intéressées.  

En Crète,

26 juillet 2017 à 08:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching