ÉQUIPE DE FRANCE

VINCENT COLLET : "IL FAUT RESTER POSITIF ET S'ACCROCHER"

Vincent Collet :
Crédit photo : S Meunier

Après la défaite des Bleus face au Brésil samedi (63-65), Vincent Collet a salué l’envie de ses joueurs.

Même si elle n’a pas suffi.

« Mes sentiments sont partagés. Je considère qu’on a vu un vrai match d’ouverture, avec de la détermination. Tous les joueurs ont été dans l’intensité défensive, même ceux qu’on a peu vus. Mais voilà, c’est une équipe encore un peu jeune. On a fait des petites erreurs et on les a payées cash. Un ballon perdu par-ci, un autre échappé par-là… J’avais espéré qu’on n’en concèderait pas plus d’une petite dizaine, on en a perdu 16. (…) En deuxième mi-temps, plusieurs fois, on défend très bien mais, malheureusement, on n’en tire pas le bénéfice puisqu’on laisse des rebonds offensifs (16 en tout, NDLR). Malgré tout, on est dans le match. On a été valeureux. »

Le coach de l’équipe de France est également revenu sur l’un des tournants du match : la deuxième faute de Boris Diaw (15 points à 6/13 aux tirs, 6 rebonds, 5 passes décisives en 30 minutes) en milieu de deuxième quart-temps. Le capitaine des Bleus a alors assisté depuis le banc au 17-8 passé par les Brésiliens dans la période.

« L’entame était idéale mais, malheureusement, la deuxième faute de Boris est arrivée très vite et a été un élément très important du match. Je ne pouvais pas faire autrement que de le protéger, il est trop important pour nous. Clairement, à ce moment-là, notre attaque a perdu du rythme et de la fluidité. »

Malgré tout, l’entraîneur de la SIG n’est pas apparu abattu. Il en a vu d’autres. Et, surtout, il sait qu’une compétition internationale est très longue et qu’une défaite en phase de groupe n’est pas rédhibitoire.

« Il faut rester positif et s’accrocher. Face à la Serbie, ça sera aussi très compliqué. Aujourd’hui (hier), les Serbes se sont un peu baladés (victoire 85-64 face à l’Egypte, NDLR) tandis que, de notre côté, on a bataillé quarante minutes. Ca va certainement peser, surtout qu’on joue à 15h30 mais malgré tout, nous serons très déterminés. En plus, on a la chance de les avoir joués il y a trois semaines et on avait fait un mauvais match. On n’avait pas bougé la balle suffisamment et on verra demain (aujourd’hui) si on a appris de cette leçon. »

Propos recueillis à Grenade

31 aout 2014 à 08:09
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.