ÉQUIPE DE FRANCE

VINCENT COLLET : "RIEN NE REMPLACERA L’ÉTAT D’ESPRIT"

Vincent Collet équipe de France 2018 FIBA
Crédit photo : FIBA

Vincent Collet est revenu sur la victoire française de dimanche contre la Finlande.

"On a vu avant le match que la concentration n’était pas la même que jeudi. C’est salvateur", décrivait le sélectionneur de l'équipe de France Vincent Collet après la victoire des Bleus contre la Finlande (83-67) ce dimanche à Montpellier. Les Français, battus trois jours plus tôt en Bulgarie (74-68), se sont repris avec une entame décisive lors de laquelle ils ont vite fait l'écart.

"Après la défaite en Bulgarie jeudi, mon groupe voulait faire beaucoup mieux ce soir. On est sorti du vestiaire avec de très bonnes intentions. On a été excellents en défense. On les a contrés presque tout le temps. Ils ont été très peu ouverts. (Ils finissent à) 2/9 à 3-points je crois en première mi-temps. En attaque, on a pris le rythme, ce qui explique l’écart. En deuxième, on a souffert, on a été fatigué et ils ont mieux joué. Ils ont été plus intelligents, ils ont changé leur défense deux ou trois fois. Ils ont fait un bon boulot pour rester dans le match et pour revenir. Cette victoire est essentielle. On est très proche de la qualification."

Afin de réaliser cette entame, le staff a choisi de changer le cinq majeur par rapport au match de jeudi.

"On voulait s’adapter à cette équipe de Finlande qu’on connait très bien. On sait qu’elle est atypique, qu’elle joue un basket très particulier avec un jeu intérieur au service des extérieurs. La volonté des Finlandais, c’est de se mettre en position à 3-points. Ils sont très brillants pour le faire avec une mobilité sans ballon très au-dessus de la moyenne dans le concert européen. Donc on a décidé de mettre Charles (Kahudi) pour prendre en charge Koponen qui est le maître à jouer. Et l’intégration de Mathias Lessort qui est un petit pivot très tonique et très dynamique et dont on savait qu’il serait beaucoup plus à même de contrer cette mobilité finlandaise, tout en ayant un avantage de puissance conséquent en attaque. Donc au début, ça ne s’est pas trop vu dans les premières minutes parce qu’il était un peu stressé je pense. Il a mis quelques minutes pour rentrer dans le match mais sur les passages suivants, il a été très dominateurs. Et puis Charles a parfaitement rempli sa mission en plus il a mis des tirs d’entrée de jeu et ensuite il a aussi coupé plusieurs fois dans le dos de la défense pour scorer. Mais au-delà des performances individuelles, en première mi-temps, on avait la bonne attitude qu’on avait un peu perdu jeudi dernier. Ça a été un rappel à l’ordre entendu par tout le monde. J’ai vraiment aimé l’état d’esprit général sur cette entame."

Au final, le jeune Mathias Lessort a battu son record de points en équipe de France A (13 points à 6/7, 6 rebonds, 3 interceptions et 2 contres pour 24 d'évaluation en 21 minutes) et terminé MVP de la rencontre.

"On le connaissait en Jeep ELITE. Cette saison, il a joué en EuroLeague avec l’Etoile Rouge de Belgrade. Effectivement, son profil, c’est un pivot de « petite » taille, très différent de Moustapha Fall qui fait 2,18 m ou Vincent Poirier qui fait 2,14 m ou même que Rudy Gobert. Il est hyper tonique, il a une vitesse sur les pick’n’rolls que les autres n’ont pas. Il « roule » (vers le cercle) à une vitesse incroyable, une puissance pour finir. Il apporte tout ça et une capacité à switcher (changer sur les écrans). Il peut défendre sur les arrières. Il est accroché au sol, il a des cannes de feu. Il a été un vrai problème tactique pour les Finlandais. Ils ont été gênés. On a pu casser leur timing."

Paul Lacombe symbole de l'état d'esprit

L'autre joueur étant sorti du lot, c'est Paul Lacombe (11 points à 5/8 en 16 minutes). Déjà très bon jeudi, il a encore mis son énergie au service de l'équipe pour que les Bleus restent bien devant.

"Tout le monde voit qu’il a progressé de toutes façons. Ça s’est vu déjà dans notre championnat. Depuis le début des fenêtres il a eu un rôle effectivement très intéressant. Maintenant, pour lui comme pour d’autres, l’équipe de France est au-dessus. On aura besoin de tous ces bons joueurs, mais aussi d’autres qui ne sont pas là et qui vont revenir. Mais le plus important, la leçon de ces fenêtres, c’est l’état d’esprit. Une équipe de France forte doit s’appuyer sur un esprit irréprochable. Quels que soient les joueurs qui la composent. On l’a vu avec l’équipe de France de foot cet été. Bien sûr qu’il faut du talent, on a la chance aujourd’hui d’en avoir, même quand on est privé de certains très bons joueurs, on a encore de la qualité. Mais ce qui ne doit pas disparaitre, c’est l’état d’esprit. Rien ne remplacera l’état d’esprit. On pourrait avoir le retour de cinq ou six très forts joueurs, si on perd l’état d’esprit, on ne fera rien. La priorité dans les mois à venir sera de construire ça. Pour moi, il n’y a pas d’évidence. On a vu ce qu’il s’est passé l’été dernier au championnat d’Europe. Sans qu’il n’y ait eu de choses graves, c’était beaucoup plus des détails mais des détails qui, au final, comptent énormément. La définition des rôles, le fait d’accepter d’être au service de cette équipe et de ne pas vouloir s’attribuer des choses, c’est très très important. En même temps que ces fenêtres, on va essayer de caler tout ça parce que l’objectif, depuis le début, c’est la coupe du monde. La qualification, c’est une étape intermédiaire mais pas une fin en soi."

Si la qualification à cette Coupe du Monde est bien partie pour les Bleus qui doivent encore affronter la République tchèque (deux fois), la Bulgarie (à Limoges) et la Finlande (en Finlande), finir le plus haut possible dans le groupe est essentiel.

"Oui, c’est important. Je pense que ce qui compte vraiment, c’est le ranking mondial. Donc il faut garder cette troisième place (en vue des têtes de série pour le tableau de la coupe du monde). Dans les deux cas, il faut encore gagner des matchs. L’objectif, ce serait presque de tous les gagner. D’être capable d’aller les chercher. Pour continuer à construire cet état d’esprit. Au-delà des joueurs qui composent l’équipe, on veut gagner ensemble, jouer ensemble, défendre ensemble. Et évidemment, quand tu rajoutes des grands joueurs, tu renforces encore ton niveau."

À Montpellier.

17 septembre 2018 à 08:31
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
20 octobre - 02h00
Toronto Raptors
Boston Celtics
20 octobre - 02h30
Atlanta Hawks
Indiana Pacers
20 octobre - 09h15
Atlanta Hawks
Indiana Pacers
20 octobre - 11h00
Toronto Raptors
Boston Celtics
20 octobre - 12h45
NBA Extra
Coaching