ÉQUIPE DE FRANCE

VINCENT COLLET : "SELON NOTRE MÉDECIN, AJINÇA ÉTAIT APTE"

Vincent Collet :
Crédit photo : S Meunier

Ce jeudi à Strasbourg, le staff et plusieurs joueurs de l'équipe de France ont rencontré la presse.

Le forfait d'Alexis Ajinça, son remplacement par Mam' Jaiteh, la préparation, la double confrontation avec l’Allemagne… On fait le point de ce qui y a été dit.

Par Nicolas Kohlhuber

Vincent Collet : « Un forfait ne fait jamais plaisir. Aussi près du but, cela redistribue les cartes. Mam’ Jaiteh remplacera Alexis. Il nous rejoint ce vendredi matin, et devrait jouer ce vendredi soir. Il est trop tard pour intégrer un nouveau joueur dans la préparation. Mam’ a été surprenant durant cette préparation et sera prêt. On a eu une petite hésitation avec Kévin Séraphin mais le choix s’est fait de lui-même. On compte également sur Joffrey pour qu’il saisisse l’opportunité pour atteindre l’abattage que l’on attend de lui. C’est vrai qu’il avait mal au tendon d’Achille. Mais c’était en bonne voie. La direction des Pelicans l’a appris et a voulu des examens complémentaires. Alexis a passé une IRM, qui pour nous était positive. Selon notre médecin, il était apte à jouer, mais le GM de la Nouvelle-Orléans n’était pas de cet avis. C’est une décision que l’on subit, mais pas une situation nouvelle. Rudy devra être prudent au niveau des fautes, on se retrouve avec le même cas de figure à l’intérieur que l’an passé. »

Nicolas Batum : « C’est évidemment un coup dur de perdre Alexis. C’est un ami proche, c’est triste de le voir partir. 

Face à l’Allemagne, on aura deux gros tests, c’est une grosse équipe avec Schroeder et un « Grand Blond ». Nowitzki pour moi, c’est le meilleur européen de l’histoire de la NBA. C’est un potentiel adversaire en huitièmes, ils sont solides. C’est une équipe jeune, et bien cachée, elle embêtera pas mal de monde à l’Euro.

« Cet Euro pourrait être l’apothéose »

Jouer cet Euro à domicile, si cela nous fait très plaisir, on essaye de ne pas se concentrer dessus. On est dans notre bulle. Notre esprit est tourné à 100% vers la quête du titre. En France le basket commence à être aimé du grand public. Il y a un engouement qui est né de nos performances et de celles de l’équipe féminine. Cet EuroBasket pourrait en être l’apothéose.

Au niveau de la préparation, on est dans les clous. Il y a eu du bon, et du moins bon, mais le groupe est en progrès. C’est ce qu’il faut retenir. 

On est dans la défense du titre maintenant, on passe de chasseur à chassé. C’est un nouveau statut à assumer. Tout le monde voudra nous faire tomber. Beaucoup d’équipes sont dangereuses. La Serbie donnera du fil à retordre à tout le monde. Attention aussi à la Grèce qui est pour moi très sous-estimée et un grand favori au titre. L’Espagne est également dangereuse évidemment. Mais même l’Allemagne, la Turquie, voire l’Italie seront de sérieux concurrents. »

« On sera prêts »

Florent Piétrus : « L’Allemagne est un gros test, c’est une grosse équipe avec des joueurs de renoms. A l’Euro ils joueront leur premier tour à domicile et auront à coeur de réussir. Ils seront un trouble-fête. Sur un match tout est possible. Il faudra les empêcher de jouer. Si on est à 100% personne ne peut nous résister alors à nous de jouer juste. Cette équipe de France est au-dessus de beaucoup de nations, si on joue dans le bon sens. Notre succès passera par notre état d’esprit et notre défense.

On est dans la dernière ligne droite, il nous reste deux tests. On espère engranger de la confiance et des certitudes pour être dans le bain le jour J. Le groupe est sur de bons rails, on sera prêt. »

« Tout le monde est dangereux »

Rudy Gobert : « Ce changement de statut pour moi ne change pas grand chose dans ma manière de jouer. Comme à chaque fois que l’on fait appel à moi, je dois prouver que c’est justifié. C’est à moi de faire mon basket. »

« J’ai fait beaucoup de progrès en un an. Physiquement, c’est le plus flagrant mais globalement aussi. J’ai de l’expérience, et je comprends mieux le jeu en attaque. Mais je ne veux pas m’arrêter là, je pioche là où je peux avec mes coachs, ou des apports étrangers par exemple.

On veut gagner, on doit être concentrer pour être au top à la maison. On a une cible dans le dos, on devra donc être très bon pour y arriver. Tout le monde est dangereux. »

28 aout 2015 à 12:49
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.