ÉQUIPE DE FRANCE

VINCENT COLLET : "UN ADVERSAIRE DANS LA SUR-AGRESSIVITÉ"

Vincent Collet equipe de France
Crédit photo : Guillaume Poumarede

Vincent Collet s'attend à un contexte particulièrement difficile au moment d'affronter la Bosnie dans le cadre des qualifications à la Coupe du Monde 2019. 

Auréolée d'un parcours sans-faute dans les qualifications au Mondial 2019 et bénie par le retour de certains cadres, l'équipe de France possède de nombreux atouts. Mais Vincent Collet se veut prudent. Le contexte n'est pas non plus idéal. Tuzla, tout d'abord. Dans cette ville située à 120km au nord de Sarajevo, les Bleus vont rencontrer une équipe rugueuse. Le sélectionneur des Bleus y annonce même un véritable enfer alors que l'ambiance pourrait être très chaude, comme souvent dans les Balkans.

« Le premier match sera particulièrement tendu, un contexte difficile. Si on s’arrête à la composition, ce n’est pas suffisant pour comprendre ce qui nous attend vendredi. Il faut s’attendre à un petit enfer, avec une équipe en "sur-agressivité" qui prendra des risques, en sachant qu’on a des joueurs plus forts sur le papier. Mais ce n’est pas ce qui va les arrêter… Il faut être prêt à se battre, sans quoi, on aura probablement du mal à gagner. » explique le coach des Bleus dans des propos rapportés par Sport24.

Autre facteur à prendre en compte, des joueurs qui retrouvent le maillot bleu après une longue absence, avec ce que cela implique de travail tactique. Une tâche qui n'a pas été facile, notamment pour un Rudy Gobert, arrivé tardivement car retenu aux Etats-Unis pour recevoir son trophée de meilleur défenseur de NBA de l'année.

« On fera dans l’urgence, mais on va faire. On lui montrera les systèmes. Certains étaient identiques il y a deux ans. Mais il faudra les lui rappeler. Après, on sait ce qu’il peut nous apporter dans d’autres domaines, où il n’y a pas besoin de préparation tactique, comme la défense ou le rebond. Les conditions ne sont pas idéales, mais elles ne le sont pas non plus pour le reste du groupe. »

Dans une interview accordée au site de la fédération, Paul Lacombe est également conscient du piège que représente la Bosnie.

« La Bosnie ça va être un piège. Je connais bien parce que j’ai joué avec un Bosnien cette année (Elmedin Kikanovic). Il m’a certifié qu’il n’y allait avoir personne que l’on connaissait. C’est donc un piège : aller jouer contre des gars que l’on ne connaît pas qui vont sûrement être morts de faim. Il ne va pas falloir y aller en dilettante. »

Habitués à jongler entre les forfaits et les rencontres pièges, les Bleus vont connaître un nouveau défi de taille en Bosnie. Ils ne verront pas le paradis en cas de succès, mais ils se rapprocheront de la Chine et de sa Coupe du Monde.

29 juin 2018 à 09:35
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
NICOLAS KOHLHUBER
Nicolas Kohlhuber
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
19 novembre - 13h00
Limoges
Nanterre
19 novembre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 23h30
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
Coaching