ESPOIRS

[PROSPECT] LÉOPOLD CA, UN AILIER DE GRANDE DIMENSION EN COUVEUSE CHEZ L'AS MONACO

Léopold Ca AS Monaco 201819 Sébastien Grasset
Crédit photo : Sébastien Grasset

Dans la famille Ca, on vous présente, Léopold, poste 4/3 des Espoirs de l'AS Monaco. Comme son grand frère, Etienne, pivot de l'Elan Chalon, Léopold Ca présente un potentiel de haut-niveau, même s'il faudra attendre quelques temps avant de le voir efficace chez les professionnels. Découverte.

Avec Théo Quintard, à Cholet,

Le vivier du basketball français est profond. C'est le constat dressé par tous la qualification pour la Coupe du Monde 2019 acquise. Les joueurs NBA absents ? Pas de problème. Les joueurs NBA absents ? Pas de problème. Boris Diaw à la retraite, Moustapha Fall blessé, Charles Kahudi et Amine Noua aussi ? On va en trouver d'autres. C'est ainsi qu'Amath M'Baye a fait sensation contre la République tchèque puis que Yakuba Ouattara a battu son record de points en Bleu (17, à 8/9 aux tirs en 16 minutes) lundi face à la Bulgarie. Le premier est arrivé dans le basketball professionnel européen en 2016, à 26 ans, alors que le deuxième a du passer par la Pro B pour se révéler, à Denain en 2014/15. On peut aussi prendre les exemples de joueurs tel qu'Axel Julien, Jonathan Rousselle ou Lahaou Konaté qui ont du talent depuis des années mais ont eu besoin de descendre un ou deux étages avant de s'affirmer puis confirmer au plus haut-niveau. Ces fenêtres internationales, sans les stars du basketball français, leur ont permis de se montrer à très haut-niveau et de montrer que, justement, ils avaient bien le niveau. Ce vivier de joueurs de haut-niveau, considéré comme profond désormais en France, le sera encore plus dans les années à venir.

Léopold Ca, 3 ou 4 peu importe : c'est un grand qui court

Léopold Ca sera peut-être dans ce cas, dans quelques années. Dans sa dernière année Espoirs (il est né en 1998), ce joueur longiligne et athlétique envisage de descendre en Pro B ou Nationale 1 dès la saison prochaine pour lancer sa carrière professionnelle. De par son physique (2,08 m, une grande envergure, athlétique) et sa mobilité, il intéresse de nombreux scouts. Encore trop frêle, il n'est pas destiné à une explosion rapide à haut-niveau - avec les pros de l'AS Monaco par exemple - mais pourrait dans les années à venir monter les échelons un à un. Comme Etienne, son grand frère, finalement, qui a du mal à s'imposer à l'Elan Chalon sans pour autant que son potentiel soit remis en cause, il est productif en Espoirs (11,7 points à 47,8% de réussite aux tirs, 9,2 rebonds, 2 passes décisives, 1,8 interception et 2,1 contres pour 17,4 d'évaluation en 30 minutes) mais pas encore "Jeep ELITE ready". Après avoir commencé le basketball en U12 dans la banlieue lyonnaise, avoir porté les couleurs de la CTC LyonSO (de U13 à U18), Léopold a fait le choix de rejoindre le centre de formation de l'AS Monaco.

Capable de traverser le terrain rapidement malgré sa grande taille, il a le profil pour devenir un poste 4 fuyant de qualité, à la Amath M'Baye (2,06 m) justement. S'il présente sa taille - ainsi que son drive - comme sa principale force, il ne veut pas s'en contenter et améliorer son tir (26,3% à 3-points pour le moment cette saison), même si pour son coach Paul Damas l'estime déjà bon dans ce secteur. Un coach qui le voit d'ailleurs plus dans l'aile dans le futur.

"Je pense qu'il a un très bel avenir en tant que poste 3 de haut-niveau parce qu'il a la taille, la mobilité, la faculté de la mettre la balle au sol et de bien conduire le dribble, il a un tir à 3-points déjà très efficace... Il a vraiment tout l'éventail des qualités potentielles pour bien évoluer au poste 3. Malheureusement d'une certaine manière pour lui, il nous semble obligé de le maintenir une grosse partie du temps au poste 4 voire 5 par manque d'effectif. On n'a pas le choix actuellement, on est obligé de le faire jouer peut-être un peu contre sa nature profonde. C'est incontestable qu'il a tout ce qu'il faut au départ pour le faire jouer en 3."

Qu'il joue 3 ou 4, Léopold Ca ne deviendra certainement pas un 5 au vue de ses qualités.

"Il n'a pas vraiment une morphologie pour prendre des positionnements intérieurs, résister aux poussées adversaires d'opposants plus lourds. C'est un joueur léger. Chacun a ses qualités et spécificités."

Léopold Ca doit passer du temps en salle de musculation pour être efficace sur les matchs professionnels (photo : Sébastien Grasset)

A l'heure actuelle, Léopold Ca n'a pas l'occasion de se mesurer aux joueurs de l'effectif professionnel puisqu'il ne s'entraîne pas avec eux, ce qui reste l'un de ses objectifs pour la suite de la saison. Même s'il n'imagine pas avoir une proposition de contrat professionnel à la fin de la saison. "Je ne pense pas qu'ils me proposeront à Monaco", reconnaît-il, envisageant de trouver un contrat à un niveau inférieur. Il cherche "un bon projet en Pro B ou même NM1, où je pourrais bien évoluer, où on me fera confiance." Son coach actuel n'envisage que la Pro B pour lui.

"Il doit aller dans un contexte où on lui offre du temps de jeu où il pourra exprimer ses spécificités, sa nature, de telle manière. Ca serait une bonne démarche de sa part, c'est intelligent et fondé. S'il peut trouver un créneau en Pro B, il faut qu'il y aille de suite, plutôt de la NM1. Dans la carrière d'un joueur, on est vite catalogué. Il faut qu'il aille en Pro B parce que de Pro B on peut sortir en Pro A (Jeep ELITE) mais de NM1 en Pro A, c'est plus difficile parce qu'on est répertorié. Ca vaut pour les joueurs et aussi les coachs (sourire)."

Garçon intelligent, Léopold Ca est considéré comme facilement entraînable. "C'est un plaisir de l'entraîner et de trouver quelqu'un qui justifie un peu notre fonction, qu'on puisse aider, qui est réceptif..." S'exprimer en Pro B tout en conservant sa faculté à bien s'entraîner pour progresser, c'est le chemin idéal pour revenir à terme en première division française, prêt cette fois à y être impactant sur le terrain. "Il doit gagner en consistance physique s'il veut arriver à être sélectionner dans un effectif de Jeep ELITE. Il n'y a rien à ce qui s'oppose à ce qu'un jour on fasse appel à lui dans un effectif de ce niveau", continue Paul Damas.

Un jour, on pourra peut-être ainsi le voir proposer des matchs chez les professionnels comme il a pu le faire en Espoirs sur le début de saison :

  • 18 points à 6/7 aux tirs, 7 rebonds et 7 contres pour 31 d'évaluation en 24 minutes contre l'ASVEL (J1)
  • 15 points à 5/11, 16 rebonds, 2 passes décisives, 2 interceptions, 4 balles perdues et 2 contres en 40 minutes contre Nanterre (J4)
  • 16 points à 5/9, 5 rebonds, 4 passes décisives, 7 interceptions, 5 balles perdues et 2 contres en 32 minutes contre Le Mans (J11)

Des statistiques et un style de jeu qui amènent son club à le comparer au "Greek Freak", Giannis Antetokoúnmpo, le poste 4/3 des Milwaukee Bucks. Il faut dire que son sens de la passe est de plus en plus constaté, faisant de lui un basketteur de plus en plus complet dans le corps d'un joueur aussi long que mobile. Des caractéristiques qui font d'Antetokoúnmpo l'exemple suprême pour Ca.

Quoi qu'il en soit, Jeep ELITE, moins haut ou plus haut encore, le Lyonnais ne se met pas de barrière.

"A long terme, je veux progresser de niveau en niveau et aller au plus haut niveau où je pourrai aller. Je ne me fixe pas de limite particulière."

 Voici notre vidéo qui présente ses points forts, faibles ainsi que ses marges de progression :

05 décembre 2018 à 12:03
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
17 décembre - 01h00
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 08h15
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
17 décembre - 09h15
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 11h00
Cleveland Cavaliers
Philadelphia 76ers
17 décembre - 12h45
NBA Extra
Coaching