ESPOIRS


CE QU'ON A RETENU DU TROPHÉE DU FUTUR 2018

Nanterre vs Chalon Trophée du Futur 2018
Crédit photo : GPJ

Le Trophée du Futur 2018 a été riche en enseignements.

Le Trophée du Futur 2018 marque la fin de la saison Espoirs. Un moment fort où les observateurs viennent voir les joueurs et coachs de demain, du haut niveau comme des divisions intermédiaires.

 

  • Une faible présence des "recruteurs" français

Si l'on a croisé le local Julien Espinosa, Alain Weisz (conseiller sportif à Levallois) ou Fabien Romeyer (entraîneur d'Aix-Maurienne en Pro B) dans les travées de l'Azur Arena au cours du week-end, la présence des coachs ou directeurs sportifs en poste dans des clubs de Jeep ELITE, Pro B ou Nationale 1 s'est faite discrète. Pourtant, il y avait 8 équipes avec beaucoup de futurs joueurs professionnels que l'on croisera dans les saisons à venir dans les championnats de France. Une bonne occasion de faire du "scouting" à moindre frais. Peut-être que ces coachs préfèrent assister au "Camp LNB" début juin ?

 

  • En revanche, beaucoup de "scouts"

Vendredi, lorsque les 8 équipes jouent, les scouts NBA sont très présents. Ils étaient encore plus que d'habitude cette année pour observer les nombreux prospects (Killian Hayes, Théo Malédon, Malcolm Cazalon, Melvyn Govindy, les frères Ca etc.) présents à Antibes. Aucun n'a fait le déplacement des Etats-Unis, tous sont basés en Europe. Le calendrier était assez léger pour eux ce week-end, ce qui ne les a pas contraint à un choix.

 

  • Une domination rarement vue à ce niveau

Rares sont les équipes qui arrivent à faire le doublé champion de France - Trophée du Futur, même si cela s'est régularisé depuis 5 ans (Chalon en 2013, Gravelines-Dunkerque en 2014 et Nancy en 2017). Cette année, non seulement Cholet l'a fait, mais l'équipe de Sylvain Delorme a survolé la saison régulière (31 victoires en 34 matchs) puis a écrasé le Trophée du Futur (victoire de 40 points en quart, de 47 en demi et de 21 en finale), en ne jouant pas toujours à fond.

 

  • Cholet, une équipe unique dans l'histoire ?

Ce qui marque à Cholet, c'est la présence de 11 joueurs de qualité sur 5 classes d'âge différentes (3 nés en 97, 2 en 98, 1 en 99, 4 en 2000 et 1 en 2001) alors qu'Abdoulaye Ndoye (né en 98) est déjà à 100% avec les professionnels. Cholet n'est pas seulement une équipe de joueurs "pro-ready". Si ces joueurs dominent déjà, leur marge de progression est très importante. Le MVP Killian Hayes n'a que 16 ans. L'équipe a toujours un "7 footer" pour protéger son panier (Govindy ou Woghiren), les postes 4 U18 Florian Leopold et Yoan Makoundou ont des capacités physiques très intéressantes, sur la même génération les meneurs Hugo Robineau et Karlton Dimanche sont difficilement tenables dans les duels. Et si Cholet se démarque par sa capacité à détecter des potentiels, le travail de l'association est excellent puisque Yannis Thalgott, Quentin Ruel, Hugo Robineau et Killian Hayes ont été formés au club avant d'entrer dans l'Académie Gauthier.

 

  • Mis à part Cholet, qu'est ce qui a marqué ?

Outre les joueurs de Cholet, plusieurs joueurs se sont mis en valeur, comme les arrières de l'équipe finaliste, le BCM Gravelines-Dunkerque, Lucas Bourhis en tête. Contre Chalon, il a réalisé un très grand match en demi-finale (20 points à 4/10 à 3-points). On a aussi aimé le jeu sur pick & roll de Maxence Dadiet (né en 1999) pour Nanterre en quart de finale, l'activité du jeune Hugo Besson (né en 2001) pour l'Elan Chalon, l'adresse et le QI basket de Romain Poinas (né en 1998) ainsi que le potentiel pour Léopold Ca pour Monaco, la combativité des joueurs d'Antibes (Isaac Mayembo, Robin Pradines et Giuliano Neri) qui sont allés chercher une victoire méritée contre Strasbourg.

 

  • Qui sera favori la saison prochaine en Espoirs ?

Comme évoqué ci-dessus, Cholet a gagné sans avoir une génération en bout de cycle. Woghiren, Ruel, Dimanche, Robineau, Leopold et Makoundou seront encore là en 2018/19. L'ASVEL joue avec une équipe très jeune et on imagine que le recrutement au sein du centre de formation sera de bon niveau cet été. Autrement, les spécialistes seront encore là : Chalon sera solide avec Mathis Dossou-Yovo dessous et Hugo Besson à l'arrière. On n'oublie pas la JL Bourg, Nanterre et même Antibes, dont l'équipe a bien progressé tout au long de la saison avec une équipe très jeune responsabilisée par le coach Christian Corderas.

28 mai 2018 à 17:14
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
jeep élite
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
34ème journée
15 mai
Monaco
83
-
77
Bourg-en-Bresse
Boulazac
96
-
86
Chalon-sur-Saône
Châlons-Reims
102
-
94
Pau-Lacq-Orthez
Cholet
81
-
80
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
79
-
63
Hyères-Toulon
Le Portel
77
-
74
Lyon-Villeurbanne
Limoges
82
-
80
Nanterre
Levallois Metropolitans
78
-
86
Antibes
Strasbourg
93
-
77
Dijon
Autres journées
Coaching