ESPOIRS

ITW BRYAN COUDRAY : LE MEILLEUR MARQUEUR D'U18 ÉLITE DÉBARQUE À LEVALLOIS

Bryan Coudray Cover
Crédit photo : BeBasket

Rencontre avec le jeune meneur Bryan Coudray qui vient à Levallois pour confirmer son statut de meilleur marqueur du championnat U18 Élite et ainsi prendre du galon en Espoirs. Entretien.

Dans la famille Coudray, on vous présente le petit-fils, Bryan (1,87 m, 18 ans en novembre). Il suit un chemin d'abord tracé par Jean-Michel, son grand-père puis par sa maman, Anne-Laure et bien sûr par le papa, Hervé Coudray, bien connu à Caen pour avoir fait monter le club de NM2 à Pro B, de 2013 à 2018. "Il me donne des conseils d'abord en tant que père car la relation père/fils est importante", nous a-t-il confié suite à son match samedi à Cholet. S'il "n'hésite pas à lui poser des questions", les membres du staff des Levallois Métropolitans restent ses principaux interlocuteurs sur le plan basket. Ce qui n'empêche pas le père et le fils  de "toujours parler basket en dehors ou même sur des aspects de la vie".

À l'intersaison, il a décidé de quitter son nid normand pour voler de ses propres ailes. Son envol l'a mené en Île-de-France, à Levallois, où il joue en Espoirs (U21). En trois rencontres, l'équipe U21 des Métropolitans n'est pas encore parvenue à ouvrir son compteur de victoires mais pas de quoi décourager Bryan, attendu comme un joueur majeur de l'effectif. "C'est un début compliqué mais on va se remettre à travailler dur à l'entraînement. On n'a pas à baisser la tête, on sait sur quoi travailler maintenant". Individuellement, il fait mieux que de battre des ailes avec déjà un très bon rendemment pour sa découverte de la division (13 points à 38,2% de réussite aux tirs, 6,3 rebonds et 5,3 passes décisives pour 15 d'évaluation en 30 minutes) et un match référence avec 20 points pour sa deuxième apparition à ce niveau, contre l'Élan Chalon, dans un match très ouvert. En rejoignant les Levellois Métropolitans, club où "il y a tout pour réussir" selon ses dires, il veut "se développer au fur et à mesure et ainsi progresser un maximum".

De la Normandie à Île-de-France : Bryan Coudray veut se faire un prénom

Comme beaucoup, il a commencé le basketball dans un club à côté du domicile familial, avant de rejoindre l'instituton normande : le CBC.

"J'ai commencé en poussin première année dans un club du Calvados qui s'appelle Douvres Basket où j'y fais mes deux années poussins et mes deux années benjamin, où on a notamment fini champion région. J'y ai aussi fait ma première année minimes France. Je suis parti au Caen Basket Calvados faire ma deuxième année en minine France et on a fini vice-champion de France U15. Ensuite, j'y ai passé toutes mes années cadets avec un titre de champion de France sur la deuxième année et là, je suis parti à Levallois pour trois saisons."

À Caen, il n'a pas toujours joué dans l'équipe première de chaque catégorie mais il dit en être sorti grandi. 

"Je n'en retiens que du bien. La deuxième année minimes était vraiment belle alors que pendant la première année cadets, je ne suis que très peu entré en U18 France, j'évoluais en cadets inter-régions. La saison suivante, je m'entraînais beaucoup avec le groupe de la Nationale 1 où on est monté en Pro B cette année-là. Je m'entraînais souvent avec les pros ou avec les U18, on avait deux supers groupes. M'entraîner avec la Pro B m'a permis de m'aguerrir et de cotoyer des joueurs plus forts que moi. J'ai donc forcément progressé. [...] J'aimais tout là-bas. J'étais un peu un enfant de Caen. Je n'oublierai pas mon passage dans ce club et franchement je n'en garde que de bon souvenirs."

Parallèlement à sa formation initiale, il a eu l'occasion de jouer avec l'équipe de Nationale 3 et donc, comme évoqué ci-dessus, de prendre part aux entraînements de l'équipe de NM1 / Pro B, ce qui l'a fait progresser "sur la lecture de jeu et sur la dureté physique".

"Forcément, il y a beaucoup plus d'athlètes dans ces divisions-là. Dans la lecture de jeu, le jeu y est plus clair : il est moins ''brouillon''. C'est un meilleur basket et on apprend à jouer au service des autres et à tous apporter dans le différents secteurs de jeu. Ce sont des championnats forcément plus durs et plus compliqués donc il faut savoir s'adapter et s'exprimer. [...] Le championnat Espoirs est une division vraiment différente où il y a beaucoup de prospects et de grands gabarits."

itw-bryan-coudray--le-meilleur-marqueur-du-championnat-u18-elite-debarque-a-levallois-en-espoirs1538386412.jpegPremière étape pour Bryan Coudray à Levallois : s'imposer comme leader de son équipe chez les U21 et pourquoi pas faire partie de l'un des meilleurs joueurs de la division. © - Guillaume Marie.

Pensionnaire du Caen Basket Calvados (CBC) ces quatre dernières saisons, le jeune meneur normand s'est surtout fait remarquer en 2017/18 en finissant meilleur marqueur du championnat U18 Élite avec une moyenne de 28 points par match (dont une pointe à 39 unités). Modeste, il loue l'état d'esprit de ses coéquipiers.

"C'est un honneur mais ce ne sont que des statistiques : il faut d'abord se focaliser sur les victoires. On avait une équipe où mon rôle était de prendre des responsabilités. Le coach avait confiance en moi et mes coéquipiers l'ont accepté. C'est donc en premier lieu grâce à eux. C'est forcément une fierté mais les performances individuelles passent après les performances collectives.

Individuellement oui, c'est le type de performances que j'aimerais avoir cette année mais il faudrait d'abord avoir une victoire collective. Je pense que le plus important au basket, c'est de gagner avec son équipe. Il vaut mieux être un moins bon marqueur dans l'équipe qui gagne le championnat plutôt que d'être le meilleur marqueur dans une équipe qui perd. Mettre des points, prendre des rebonds et faire des passes décisives et donc apporter une plus-value à l'équipe, ça fait toujours plaisir mais le plus important c'est de gagner des matchs. Si je dois moins apporter pour gagner les matchs, ça me va encore plus. Ce qu'on regarde toujours à la fin, c'est le score."

Levallois comme tremplin

En contact avancé avec la JDA Dijon, le jeune poste 1 a finalement opté pour rejoindre Levallois.

"J'ai rejoint l'équipe de Levallois car je sais que j'allais avoir des responsabilités, du temps de jeu mais après c'est à moi de montrer aux coachs que je mérite les responsabilités qu'ils souhaitent me donner. Je ne suis pas venu juste pour jouer à la balle : je suis venu pour m'exprimer et pour apporter à l'équipe afin qu'on remporte les matchs."

Un choix qui a pleinement ravi son coach, Emmanuel Pinda.

"J'aime bien le joueur et le QI Basket qu'il peut avoir, reconnait ce dernier. Il a un profil de joueur en lequel je crois et qu'on a très peu en Île-de-France. C'est entre guillement un meneur à l'ancienne c'est-à-dire qu'on ne va pas voir les qualités athlétiques tout de suite [...] et il fait partie des rares joueurs qui comprennent le jeu, qui le sentent et qui ont un QI basket avant d'avoir des qualités athlétiques. Il a de la chance car, même s'il n'est pas bien grand, il a la chance d'avoir des qualités athlétiques, de vitesse et de détente. C'est plus pour l'aspect basket que j'ai pris Bryan. C'est un meneur titulaire et il a un peu un rôle de leader, il faut que ce soit un peu le maître à jouer de l'équipe."

itw-bryan-coudray--le-meilleur-marqueur-du-championnat-u18-elite-debarque-a-levallois-en-espoirs1538588230.jpegDébarqué de Caen, Bryan Coudray arrive à Levallois avec la certitude d'avoir des responsabilité en U21. © - Bryan Coudray.

Il a incontestablement les qualités pour réussir comme il l'a démontré en U18. Mais, pour passer professionnel, il devra démontrer qu'il est capable de passer ce pallier.

"L'objectif est de terminer mes années espoirs à Levallois si possible et de faire du basket mon travail. C'est ma passion, je rêverai d'en faire mon métier. Le niveau auquel je pourrai jouer, je ne sais pas encore. Cela dépendra de ces trois années. Comme tout joueur Espoir, mon but est d'intégrer les entraînements professionnels au bout de la deuxième/troisième année. Au basket, il faut de la chance mais elle se provoque : il faut êre au bon endroit au bon moment et s'entraîner dur tous les jours pour aller chercher ses rêves."

À Cholet,

Les résultats de l'équipe U21 des Levallois Métropolitans en ce début de saison 2018/19 :

  • Levallois vs Le Mans : 85-91
  • Levallois vs Chalon-sur-Saône : 89-95
  • Cholet vs Levallois : 113-71 
05 octobre 2018 à 16:23
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Plus qu'un simple ballon orange, le basket est inscrit dans mon ADN.
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
18 novembre - 11h00
Euro Féminin Qualificatifs : Roumanie / France
18 novembre - 18h25
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 13h00
Limoges
Nanterre
19 novembre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 23h30
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
Coaching