ESPOIRS

ITW KEVIN MARSILLON NOLÉO (CHOLET) : "C'EST UN HONNEUR DE JOUER POUR L'ACADÉMIE GAUTIER"

Kevin Marsillon Noleo Espoirs Cholet Basket
Crédit photo : Simoon Phooto

Auteur d'une très belle saison avec les Espoirs de Cholet, Kevin Marsillon Noléo revient sur ses années à l'Académie Gautier et nous fait part de ses projets pour la suite. 

Actuellement premier de la poule A du championnat de France espoir (12 victoires pour seulement 1 défaite) et qualifié pour le Trophée du Futur, avec les Espoirs du Cholet Basket, Kevin Marsillon Noléo (2,01 m, 18 ans) se confie sur la belle saison de son équipe, ses ambitions et son ressenti sur ses performances. Avec une très belle ligne de statistiques (12,8 points, 5,4 rebonds et 1,5 passe décisive pour 15,8 d'évaluation), qui lui a permis d'être présélectionné en équipe de France U19, le jeune poste 4 originaire de la Martinique a pris ses marques en Espoirs cette saison.

Kevin, tu es arrivé à Cholet en 2017, auparavant tu évoluais en Martinique, à Grand-Morne, comment s'est passé la transition? 

La transition, elle s'est très bien passée, à vrai dire. En Martinique j'avais déjà effectué deux ans au Pôle Espoir, ça s'était très bien passé. Donc oui, ça a été relativement simple, parce qu'en plus j'ai de la famille en métropole, donc on a pu facilement préparer mon arrivée en métropole, je suis tout le temps en contact avec ma famille en Martinique et celle en France aussi.

Depuis 2017, tu fais partie de l'Académie Gautier de Cholet, reconnu comme étant l'un des meilleurs Centre de Formation de France, ayant vu passer des joueurs comme Rudy Gobert, Nando De Colo ou Killian Hayes, pour ne citer qu'eux. Quel regard pose-tu là dessus ? 

Il y a des grands noms qui sont passés par là où je suis, c'est quelque chose que motive énormément. C'est un honneur, ils ont travaillé, ils sont passés par là où tu es passé, donc forcément, ça te motive pour donner le meilleur de toi même, avec évidemment, l'un des meilleurs accompagnements de France, pour aller le plus loin possible. C'est un honneur de jouer pour l'Académie Gautier. 

« C'est clairement notre objectif collectif de refaire ce doublé »

C'est ta troisième saison avec les espoirs de Cholet, tu fais preuve d'une énorme progression en étant responsabilisé dans une équipe compétitive. Comment explique-tu cela ? 

Clairement, c'est le travail, autant mentalement que physiquement, puisque j'ai eu quelques pépins physiques auparavant. Donc c'est vraiment du travail, parce qu'en terme d'âge, c'est ma première saison en espoir, mais ça fait 3 ans que j'évolue avec eux, donc forcément, en 3 ans, on apprend à se connaître, on apprend à développer son jeu, c'est de mieux en mieux et ça se ressent tant le plan individuel que collectif.

L'effectif Espoir du Cholet Basket (photo : Simoon_phooto)
Les Espoirs de Cholet (photo : Simon Godet)

Tu as fait partie de l'équipe qui a fait le doublé championnat de France - Trophée du Futur, en 2018-2019, quelles ont été tes sensations lors de cette saison historique ? 

Cela a vraiment été un honneur de faire partie de cette équipe, c'est quand même un doublé Trophée du Futur - championnat de France. C'est vrai que c'est pas forcément moi qui ai eu le plus de temps de jeu, mais j'ai appris énormément pendant cette saison, avec des joueurs plus expérimentés, plus âgé, plus fort que moi aussi. Cela m'a permis d'énormément apprendre et de savoir comment appréhender la suite.

Aujourd'hui, vous êtes encore en passe de faire ce doublé, pour la troisième saison d'affilée, y'a t-il une certaine pression étant donné que vous êtes très attendu ? 

Une pression, oui et non, Dans le sens où c'est une pression qui motive. Elle motive vraiment à aller le chercher, parce que c'est clairement notre objectif collectif pour la saison, de refaire ce doublé. Grâce à ça, on a vraiment envie de donner le meilleur de nous-même. C'est une pression bénéfique pour le groupe, on prend match après match et on essaie de tous les gagner. 

« S'entraîner avec les professionnels, c'est vraiment bénéfique »

Avec de très belles statistiques (12,8 points, 5,4 rebonds et 1,5 passe décisive pour 15,8 d'évaluation), as-tu été appelé pour t'entraîner avec le groupe professionnel ? 

Oui, j'ai eu la chance de pouvoir m'entraîner avec le groupe professionnel quelques fois. Je suis très content, en plus, ça s'est très bien passé. Alors évidemment, il y a plus d'implication, c'est vraiment différent des espoirs et oui, c'est très bénéfique. J'en ressors grandi, ce n'est pas la même opposition, ce n'est pas la même intensité, c'est des adultes en face. C'est des gens qui sont payés pour ça, donc l'approche et la finalité est forcément différente. En plus, les joueurs du groupe professionnel donnent toujours des conseils à nous, les jeunes. C'est pas parce qu'on arrive à s'entraîner avec eux, qu'on n'a plus rien à apprendre. Ils sont dans le milieu pro depuis longtemps, ils connaissent beaucoup plus de choses que nous, sur le terrain, ils nous donnent des astuces, ils nous aident, ils nous corrigent quand on fait des erreurs, toujours dans l'optique de donner le meilleur de nous-même. C'est vraiment une superbe expérience pour quelqu'un de mon âge.


A terme, Kevin Marsillon Noléo souhaite basculer sur le poste 3 (photo : Simon Godet)

Selon toi, quels sont tes points forts et tes points faibles ? 

Mes points forts, je dirais que c'est ce que je peux apporter à l'équipe en terme d'impact. Je sais que s'il y a un côté du terrain où je suis en difficulté, je peux toujours apporter à l'équipe de l'autre côté. J'ai mes qualités athlétiques aussi, qui me permettent de pouvoir défendre, de pouvoir sauter et courir aussi. Après il y a d'autres points qui sont à améliorer, comme mon shoot et d'autres aspects. Depuis la saison passée, je joue plus sur le poste 3 et pour m'y installer, il faut que je travaille beaucoup sur mon shoot. Je ressens que c'est le poste où je pourrais apporter le plus, en terme d'impact physique, de développement de mon jeu, à une équipe. 

A bientôt 19 ans, quelles sont tes ambitions pour la suite de ta carrière ? Souhaites-tu intégrer le groupe professionnel à court terme ? Qu'envisages-tu comme avenir à plus long terme ?

Là, à vrai dire, je suis concentré sur la fin de saison. Mais, évidemment en tant que joueur et compétiteur, mon objectif, c'est d'aller au plus haut niveau possible. Je travaille pour ça tous les jours. En plus, on le fait en équipe, parce que c'est forcément l'objectif de tous mes coéquipiers, on se tire tous vers le haut et on verra où l'avenir nous mènera. 

Selon toi, sur quoi devrais-tu travailler pour atteindre ces objectifs ? 

D'abord, ce serait encore plus travailler ma défense, quand on arrive au plus haut niveau, si tu ne défends pas, tu ne joues pas. Mais plus généralement, c'est vraiment tous les aspects du jeu, mon shoot, mon drive, tout ce que je peux apporter sur le terrain, il faut que je l'améliore. Je dois travailler un maximum si je veux arriver là où je veux. Je suis encore jeune, je ne pense pas avoir un aspect du jeu que je maîtrise à la perfection, que ce soit offensivement ou défensivement, avec ou sans ballon, tous les domaines possibles, il faut que je les travaille. 

Pour finir, depuis tes débuts en Martinique, quelles ont été tes sources d'inspiration pour devenir basketteur de haut niveau ? 

Directement comme ça je dirais Paul George, c'était vraiment lui que je regardais tout le temps, à l'échelle internationale. Là depuis quelques années, ce serait plus Jayson Tatum ou Giannis Antetokounmpo, un poste 3-4 athlétique, capable de se créer son shoot. Il y aussi d'autres joueurs, comme Vladimir Lucic, que j'aime beaucoup comme profil. Mais vraiment, quand j'étais plus jeune, c'était Paul George quoi, si on le bloque d'un côté du terrain, il peut faire la différence de l'autre côté, il a vraiment travailler tous les aspects, il trouve toujours une alternative. Et puis revenir de sa très grave blessure comme il l'a fait, ça force le respect, c'est la preuve d'un mental à tout épreuve.

 

 

 

28 avril 2021 à 13:45
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
LUCAS PAGE
Lucas Page
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.