ESPOIRS

ITW NATHAN DE SOUSA : « MON JEU EST BEAUCOUP PLUS PORTÉ SUR LE Q.I. BASKET »

Nathan De Sousa
Crédit photo : Simon Godet

Très attendu, le jeune meneur de l'Académie Gautier Cholet Basket, Nathan De Sousa (né en 2003), est revenu sur son parcours et sur ses objectifs élévés. Mais également sur son envie de jouer en professionnel dès l'année prochaine et son jeu à l'européen. Tout y est abordé.

Après deux dernières saisons pleines (deux doublés championnat - Trophée du Futur), le centre de formation de Cholet Basket a tourné une nouvelle page. Avec notamment les passages en professionnel d'Hugo Robineau (prêté à Gries-Oberhoffen), Yoan Makoundou (Cholet Basket), Quentin Ruel (prêté à Rouen) et Florian Léopold (prêté à Saint-Chamond). 

Derrière l'excellent Léopold Delaunay, Nathan De Sousa (1,90 m, né en 2003) réalise un début de saison très intéressant. Le Picard, frère d'Arnaud De Sousa (ancien joueur de Liévin en NM1, désormais à Boulogne-sur-Mer en NM3), avait déjà brillé lors de la très belle campagne de la génération 2003-2004 - conclue par une médaille d'argent - à l'EuroBasket U16 à Udine à l'été 2019. Alors qu'il a encore l'âge d'évoluer en U18, il confirme déjà son potentiel en Espoirs (U21). Très intense, vocal, agressif mais surtout doté d'une très belle vision du jeu, il est promis à un avenir. Afin de mieux le connaître, nous l'avons interrogé.

itw-nathan-de-sousa-----mon-jeu-est-beaucoup-plus-porte-sur-le-q-i-basket--1607014193.jpegMeneur au fort caractère, Nathan De Sousa réalise un début de saison (3 rencontres) canon avec l'Académie Gautier Cholet Basket (photo : Simon Godet)

Nathan De Sousa, tu es actuellement un membre du centre de formation de Cholet Basket. Quel a été ton parcours pour en arriver là ? Pourquoi avoir choisi Cholet ?

J’ai commencé le basket à l’âge de 3 ans à l’ASGG Gauchy, où je suis resté jusqu’en benjamin (U13) deuxième année. Je suis ensuite entré au Pôle avec un an d’avance et j’évoluais à Saint-Quentin en minimes (U15). Lors de ma dernière année U15, j’évoluais avec les cadets France. Après avoir fait le Camp Inter-zone (CIZ), le Camp National et les tests d’entrée à l’INSEP, je suis parti à Cholet après ma dernière année au Pôle. C’est ma troisième saison au club et je joue avec les Espoirs. Cholet ? C'est le meilleur club formateur de France. Ils sortent toujours de gros joueurs. J’ai donc tout naturellement choisi de les rejoindre.

« Cholet ? Le meilleur club formateur de France »

Cette saison, tu disposes d'un rôle important en Espoirs. Avant la suspension du championnat, tu tournais à 12,3 points par match, 4,3 rebonds et 10 passes décisives pour 18 d’évaluation. C'est un gros début de saison alors que tu évoluais encore en U18 Élite l'an dernier... 

Je pense que déjà que c’est parce que physiquement j’ai travaillé cet été. J’ai pris 7 kilos ! Physiquement, je me sens mieux et j’arrive de plus en plus à m’imposer dans le championnat Espoirs. Le départ de joueurs majeurs de la saison passée me permet d'avoir un rôle majeur que je n’avais pas forcément l’année dernière (18 minutes en 16 matchs en 2019-2020, contre 26 minutes en trois matchs en 2020-2021, ndlr). Toutefois, il faut que je travaille mon tir extérieur (notamment à longue distance, ndlr). Il faut que je sois plus fiable et beaucoup plus régulier.

Ton jeu semble se rapprocher du jeu « EuroLeague », le confirmes-tu ?

C’est vrai que j’ai un style de jeu très « EuroLeague » (rires). Je ne suis pas grand en taille, je ne suis pas très athlétique non plus. Mais mon jeu est beaucoup plus porté sur le Q.I. basket et sur l’intelligence de jeu. C'est ce qui fait ma force.

Et si demain, tu devais choisir entre l'EuroLeague et la NBA, quel choix ferais-tu ?


C’est une très bonne question (rires). Mais si je devais choisir, je m'orienterais vers la NBA. 

« Dès l'année prochaine, je veux avoir l'opportunité de jouer avec les pros »

Cependant, le chemin est encore long pour y parvenir. À court, moyen et long terme, quelles sont tes ambitions ?

Cette saison, on veut de nouveau gagner le championnat Espoirs avec cette nouvelle formule. En Coupe de France U18 - s'il y en a une -, on veut aller le plus loin possible. À moyen terme, je ne sais pas encore ce que je fais la saison prochaine. Mais si je reste à Cholet, je veux avoir l'opportunité de jouer avec les pros. Et à long terme, je veux intégrer une équipe d’EuroLeague et me faire drafter en NBA.

Avec le prêt de Hugo Robineau à Gries-Oberhoffen, tu espères pouvoir t’entrainer plus souvent avec les pros et même pourquoi pas jouer avec eux à terme ? 

Je m’entraine déjà avec les pros. Mais cette saison, jouer avec eux est un peu tôt. Ils ont un effectif complet et bien construit, notamment sur le poste 1 et 2. On verra l’année prochaine si je reste ici. 

Tu as l'occasion de voir et de te confronter à un fort meneur de jeu, Michael Stockton. Représente-t-il une source d'inspiration pour toi ? 

Oui, j’aime beaucoup le jeu de (Michael) Stockton, notamment sur l’intelligence de jeu et sur les passes. Sergio Llull (meneur du Real Madrid) est également un modèle. J’aime beaucoup la manière dont il joue. 

À (re)lire sur BeBasket : « Qui sera le prochain joueur passé par Cholet Basket drafté ? »

Avec la génération 2003, tu devais participer à la Coupe du Monde U17 mais celle-ci a été annulée en raison de la COVID-19. Tes débuts en équipe de France, à l'été 2019, sont plutôt très bon. Peux-tu revenir sur l'EuroBasket U16 lors duquel vous avez remporté une médaille d'argent ?

Au début, ce n’était pas simple car j’arrivais dans un groupe qui était déjà construit. J’ai réussi à faire ma place dans l’équipe et à apporter mon style. Le coach m’a fait confiance, il m’a mis dans le cinq et au final c’est ma plus belle expérience. Même si on perd en finale (contre l'Espagne), c’était une superbe aventure. Je pense qu’on peut aller loin avec cette génération, on est vraiment complet et on a tout pour réussir. 

Tu viens d’être également sélectionné en équipe de France 3x3 U18, et tu as participé au stage, la semaine dernière, à l’INSEP. Comment s’est-il passé et quelles sont les prochaines échéances ?

La prochaine échéance est la Coupe du Monde U18 à l'été 2021. Le stage était vraiment pas mal. C’était dur au début de se retrouver et de jouer avec des gens avec qui on n'a aucun automatisme. Mais, au fil du stage, on arrivait de mieux en mieux à se trouver. Il y avait de l’adversité comme on jouait contre des joueurs professionnels, donc c’était intéressant.   

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par BeBasket (@be_basket)

par @
03 décembre 2020 à 16:31
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
LUCAS DIQUÉLOU
Lucas Diquélou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.