EUROBASKET 2017

PREVIEW GROUPE C : QUI PEUT FAIRE TREMBLER L'ESPAGNE ?

Crédit photo : Sébastien Grasset

On poursuit notre présentation de l'Eurobasket groupe par groupe avec le C, qui se tiendra à Cluj-Napoca en Roumanie et où évoluera le champion en titre espagnol.

Si la hiérarchie de ce Groupe C semble la plus évidente au premier coup d'oeil, son organisation par la plus petit nation sur le papier devrait promettre une belle bataille pour les deux derniers strapontins pour la phase finale derrière les deux ogres annoncés.

 

Croatie

  • Notre avis :

Véritable bastion du basket européen, la Croatie cherche toujours un nouveau souffle après les glorieuses années de la première moitié des années 90. Parfois bien placée mais jamais gagnante, la sélection ne parvient pas véritablement à sortir du rang dans lequel elle est entrée depuis maintenant 22 ans, date de la dernière médaille en compétition internationale (le bronze à l'Euro en Grèce). Une nouvelle génération extrêmement talentueuse a pourtant pris le pouvoir, menée par le duo Bojan Bogdanovic-Dario Saric, et une autre se prépare avec les Dragan Bender, Ante Zizic et autres Ivica Zubac. Mais la Croatie attend maintenant une performance référence pour cimenter sa place dans l'élite du basket mondial et espère se mêler à la lutte pour les places d'honneur après l'encourageante campagne 2016 aux Jeux olympiques de Rio.

  • Le joueur à suivre : Dario Saric (2,08m, 23 ans, poste 4, Philadelphie 76ers)

Au sortir d'une première saison remarquée en NBA (12,8 points et 6,3 rebonds en moyenne par match) au point de figurer parmi les candidats au trophée de rookie de l'année, le prodige croate sera un des deux fers de lance de la sélection cette année encore. Toujours fidèle à son pays, il prend chaque année un peu plus d'importance, notamment dans la création du jeu, la Croatie ne disposant de solide référence sur le poste de meneur et Bogdanovic étant plus porté sur le scoring. Véritable garant du jeu de son équipe, il sera un danger permanent pour les adversaires et s'annonce comme une des attractions du tournoi.

  • Le bilan des matchs amicaux :

Quatre victoires (92-87 contre la France, 82-80 contre la Lituanie, 85-81 contre la Slovénie, 79-74 contre l'Ukraine) et une défaite (73-74 contre la Slovénie)

  • L'effectif pour l'Eurobasket (un joueur doit encore être coupé) :

Roko-Leni Ukic, Marko Popovich, Dominik Mavra - Krunoslav Simon, Filip Kruslin - Bojan Bogdanovic, Marko Tomas, Ivan Ramljak - Dario Saric, Dragan Bender - Darko Planinic, Luka Zoric, Ivan Buva

Bien que le basket soit une longue tradition en Croatie, le manque de succès sur la scène internationale lors des 22 dernières années a entaché son développement et sa popularité. Les fans étaient habitués aux médailles et ils n’acceptent rien de moins. Ceci, combiné à une mauvaise gouvernance au sein de la fédération croate a résulté en une baisse de la popularité de notre sport en Croatie. Les salles des meilleurs clubs sont vides pour la plupart et les clubs qui ont des supporters n’ont pas d’argent.

L’été dernier, on a brièvement cru que les choses allaient s’améliorer. Aco Petrovic est devenu le coach de l’équipe nationale, il a réussi à galvaniser ses troupes lors du TQO de Turin. Les supporters n'avaient aucune attente. Mais l’absence des meilleurs joueurs grecs et de mauvaises prestations de Calathes et Antetokounmpo ont donné l’opportunité aux Croates de disputer les Jeux de Rio. Lors du dernier match, les Croates ont vaincu les hôtes du tournoi et composté leur ticket olympique pour la première fois depuis 8 ans. Au Brésil, la Croatie a très bien joué en phase de poules, en battant l’Espagne, le Brésil et la Lituanie, s’adjugeant la première place du groupe.

En quart de finale, la Croatie jouait contre le grand rival serbe et l’intérêt pour le basket a de nouveau augmenté drastiquement dans le pays. Mais un mauvais troisième quart-temps a anéanti les rêves croates. Coach Petrovic a déclaré qu’il allait quitter le banc de touche, mais s’est ravisé et a décidé de rester pour un tournoi supplémentaire.

Globalement, l’été dernier fut un succès pour la Croatie et maintenant, tout le monde veut bâtir là-dessus.

Mais les premiers problèmes sont très vite arrivés. Il est rapidement devenu évident que le clash entre le nouveau joueur des Cleveland Cavaliers, Ante Zizic, et Aleksandar Petrovic (également dirigeant au Cibona Zagreb) allait résulter en l’absence de Zizic. Il a justifié son absence par l’envie de préparer sa saison NBA, mais tout le monde savait la véritable raison depuis plusieurs mois, depuis décembre exactement.

Quand Hezonja et Zubac ont pris la même décision, les gens ont commencé à s’inquiéter. Un des meilleurs pivots d’Europe, Ante Tomic n’a même pas été appelé puisqu’il a pris sa retraite internationale et quand Miro Bilan a refusé de venir seulement deux jours avant le début de la préparation, il est devenu évident que les Croates auraient un gros trou dans la raquette. Les quatre meilleurs pivots du pays seront absents pour différentes raisons. Petrovic a décidé de rappeler des vétérans comme Luka Zoric, Marko Tomas et Marko Popovic pour renforcer sa rotation.

Après la blessure de Luka Babic, il est devenu évident que la Croatie n’aurait pas seulement un trou au poste de pivot, mais aussi en défense, lui qui est le meilleur élément dans ce domaine sur le secteur extérieur. De nouveaux problèmes sont arrivés au début de la préparation. Certains journalistes croates ne l’écriront pas, mais le capitaine Roko-Leni Ukic est blessé. Il souffre d’une déchirure au mollet et a manqué l’intégralité de la préparation. On ne sait pas s’il ira en Roumanie ou en Turquie, mais même si c’est le cas, il ne sera pas à 100%, au moins sur le premier tour. Quand on pense que ce poste est le talon d’Achille de l’équipe depuis plusieurs années, cela devrait poser problème compte tenu des ambitions de Petrovic.

La Croatie n’a pas d’autres choix que de mettre le ballon dans les mains de ses deux meilleurs joueurs, Bojan Bogdanovic et Dario Saric, qui sont l’Alpha et l’Omega de cette équipe. Tout commencera et se terminera avec eux. Ce qui peut entraîner de belles choses, comme ce fut le cas l’an dernier. Mais c’est aussi très prévisible et les équipes préparant bien leurs matchs se rendront rapidement compte de ce que peut faire cette équipe de Croatie. Et le problème avec Petrovic, c’est qu’il dispose rarement d’un plan B. Et lorsqu’il en a un, il n’a pas de plan C. Tout sera décidé par Bogdanovic et Saric. Plus quelques vétérans comme Simon et Popovic.

L’objectif sera de passer la phase de groupes et d’atteindre les quarts de finale, mais coach Petrovic veut une médaille. Son but personnel est de se racheter de l’Euro 2001, qui se tenait également en Turquie et lors duquel la Croatie a perdu contre la Turquie, en quart de finale, après avoir mené de 19 points à la 27e minute. Avec Petrovic sur le banc. C’est une grosse tâche sur son CV et son ego lui dicte de se racheter.

Est-ce réaliste ? Peut-être. Cet Euro est biaisé par des blessures et refus de rejoindre les équipes nationales, toutes les équipes ont connu leur lot de problèmes. Mais si on devait faire l’équipe idéale de la Croatie, cinq joueurs manquent à l’appel : Tomic, Zizic, Zubac, Hezonja et Babic. Et on pourrait aussi trouver des arguments pour ajouter Bilan et Rudez, également absents, à cette équipe virtuelle. Et s’il s’avère que Ukic n’est pas prêt, les ambitions de la Croatie en prendront un autre coup.

L’un dans l’autre, il est difficile de faire une prédiction. La Croatie devrait passer le premier tour facilement, mais les matchs à élimination directe seront serrés. 50-50. Selon l’adversaire proposé et selon l'humeur du jour, la Croatie peut gagner une médaille ou rentrer à la maison après un seul match couperet. Je prédis un quart de finale.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Grèce, 2 - Espagne, 3 - Turquie.

 

Espagne

  • Notre avis

Meilleure équipe d’Europe depuis près de 15 ans, l’Espagne sera une nouvelle fois le grand favori de cette édition 2017 de l’Eurobasket et ce malgré avoir connu son lot de pépins lors de la préparation. Le réservoir ibérique permet toutefois à la Roja de présenter une escouade ultra-compétitive malgré tout, en mixant intelligemment deux générations de joueurs. Habituée aux démarrages en douceur dans les grandes compétitions, elle ne sera pas à l'abri de ne pas terminer à la première place du groupe, croisant de nouveau la route de la Croatie qui lui avait posé beaucoup de problèmes à Rio il y a un an. Mais soyez certains que lorsque les matchs couperets pointeront le bout de leur nez, il faudra compter sur Pau Gasol et compagnie pour répondre présents.

  • Le joueur à suivre : Marc Gasol (2,16 m, 32 ans, poste 5, Memphis Grizzlies)

Il eut été facile de mettre avant la légende Pau Gasol qui s’apprête à devenir le meilleur marqueur de l’histoire de la compétition (il lui manque 61 points pour dépasser Tony Parker), mais on a préféré évoquer son frère Marc. Souvent blessé ces dernières années, il n'a plus porté le maillot de la sélection depuis la Coupe du Monde 2014 à domicile, où il avait été de ceux stigmatisés après le cuisant revers contre l'équipe de France (3 points à 1/7 aux tirs, après une nuit blanche pour assister à la naissance de son enfant). Auteur de sa meilleure saison en NBA l'an dernier (19,5 points, 6,3 rebonds et 4,6 passes décisives) et désormais beaucoup plus impactant que son aîné, il a une revanche à prendre, lui dont la dernière médaille avec la sélection remonte à l'Euro 2013 en Slovénie, et qui plus est du métal le moins précieux.

  • Le bilan des matchs amicaux :

Huit victoires (90-70 contre Israël B, 76-56 contre Israël B, 71-45 contre la Tunisie, 90-44 contre le Vénézuéla, 80-69 contre le Sénégal, 90-62 contre le Vénézuéla, 88-72 contre la Belgique et 79-78 contre la Lituanie) et une défaite (71-89 contre la Belgique)

  • La sélection pour l'Eurobasket :

Ricky Rubio, Sergio Rodriguez - Juan Carlos Navarro, Guillem Vives - Fernando San Emeterio, Alex Abrines, Joan Sastre - Pau Gasol, Juancho Hernangomez - Marc Gasol, Willy Hernangomez, Pierre Oriola

  • L'opinion de l'expert local (Sebastián Souviron, rédacteur pour SoloBasket) :

Comme beaucoup d’autres sélections, l’Espagne aura d’importantes absences à cause des blessures (Sergio Llull et Victor Claver) et de décisions personnelles des joueurs (Nikola Mirotic, Rudy Fernandez, Felipe Reyes, Serge Ibaka et Jose Manuel Calderon, qui a pris sa retraite internationale). Cette situation permettra un renouvellement de génération et l’arrivée de nouveaux visages comme Joan Sastre, Pierre Oriola et Juancho Hernangomez.

La force principale de l’équipe nationale espagnole est sa mentalité de gagnant, et le QI basket de ses joueurs. Pau Gasol est probablement un des joueurs les plus dominants de l'histoire des compétitions FIBA et avec l’addition de son frère Marc, ils forment un duo performant sous les panneaux. Il faut aussi prêter attention à une autre fratrie évoluant en NBA : Willy et Juancho Hernangomez. Sergio Scariolo, un maître de la stratégie, a beaucoup utilisé Juancho sur le poste 3 lors des matchs de préparation, une tactique intéressante qui apporte plus de taille et de rebond à l’équipe.

Concernant les faiblesses, cette équipe pourrait connaître quelques problèmes au niveau du tir à 3 points. Si beaucoup de joueurs peuvent être des menaces extérieures (Fernando San Emeterio, Sergio Rodriguez), seuls Guillem Vives et Alex Abrines ont eu de bons pourcentages la saison dernière. Plus bien sûr, Pau Gasol qui a connu une réussite exceptionnelle avec les San Antonio Spurs dans le domaine. On peut aussi mentionner Juan Carlos Navarro, sur la pente descendante de sa carrière et qui jouera la dernière compétition internationale de sa carrière.

L’objectif de l’équipe sera de gagner le titre. L’Espagne a gagné trois des quatre derniers EuroBasket dans cette période dorée pour tout le basket espagnol. Toute place hors du podium serait un échec, l’équipe nationale espagnole ayant participé aux demi-finales lors de chaque édition de l’Euro depuis 1999 et n’ayant manqué la médaille qu’en 2005.

Je pense qu’ils vont remporter l’or. A mon avis, l’Espagne est évidemment la meilleure équipe du tournoi, surtout dans la raquette. La France a sûrement un meilleur backcourt que l’Espagne, mais je pense que globalement, l’Espagne est une meilleure équipe. Et il y a Sergio Scariolo, un des meilleurs coachs pour préparer ses matchs. Il y a de très bons coachs dans cet Euro, mais Scariolo est capable de modifier ses plans, selon le déroulé du match.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Espagne, 2 - France, 3 - Serbie.

 

Hongrie

preview-groupe-c---qui-peut-faire-trembler-l-espagne--1503879754.jpeg

Adam Hanga (photo : FIBA/Viktor Rebay)

  • Notre avis :

Dix-huit ans après son dernier Euro (14e à l'édition de 1999 en France), la Hongrie retrouve l'élite du basket continental après une parfaite campagne de qualification (six victoires en autant de matchs) sur les ailes du tandem Hanga-Vojvoda. Equipe atypique pratiquant un basket très porté sur le jeu rapide, la Hongrie ne vient pas pour autant jouer les utilités sur cette compétition et aura de vraies ambitions d'intégrer le Top 16. Un objectif tout à fait réalisable malgré une préparation chaotique, perturbée par la non-venue de celui qui était censé occuper le spot du joueur naturalisé ou encore l'arrivée tardive d'Adam Hanga.

  • Le joueur à suivre : Adam Hanga (2,01 m, 28 ans, poste 2/3, Barcelone)

Lorsque Vitoria et Barcelone s’arrachent vos services, que vos droits NBA appartiennent aux San Antonio Spurs qui auraient également apprécié pouvoir compter sur vous la saison prochaine et que vous sortez d’une saison où vous avez été élu meilleur défenseur de l’Euroleague, vous êtes forcément un des joueurs à suivre d’un Eurobasket. Joueur spectaculaire ayant percé au très haut-niveau sur le tard, Hanga progresse chaque saison et notamment dans le tir extérieur qui était jusque-là son principal défaut (près de 34% à longue distance dans la compétition-reine en Europe la saison dernière). Reste que sa préparation n'a pas été optimale avec les multiples rebondissements qui ont émaillé son transfert de Vitoria à Barcelone et qu'il a participé à très peu de rencontre de préparation. Mais si sa sélection souhaite voyager à istanbul pour la phase finale, cela passera forcément par de belles performances de son couteau-suisse.

  • Le bilan des matchs amicaux

Quatre victoires (76-47 contre la Slovaquie, 72-51 contre la Slovaquie, 81-66 contre l'Islande et 82-67 contre l'Islande) et huit défaites (64-84 contre la Slovénie, 51-85 contre la République tchèque, 69-84 contre la Russie, 56-60 contre l'Islande, 65-67 contre l'Allemagne, 64-82 contre la Grande-Bretagne, 70-85 contre Israël et 64-74 contre la Pologne)

  • L'effectif pour l'Eurobasket (deux joueurs doivent encore être coupés) :

Krisztian Wittmann, Andras Rujak - David Vojvoda, Benedek Varadi, Peter Kovacs - Adam Hanga, Csaba Ferencz - Rosco Allen, Janos Eilingsfeld, Norbert Toth, Gyorgy Goloman - Akos Keller, Adam Toth, Milan Csorvasi

  • L'opinion de l'expert local (Robert Hegedus, rédacteur en chef de www.kezdo5.hu) :

Le point fort de l’équipe sera son secteur extérieur, notamment sur le jeu rapide. La Hongrie possède trois joueurs flashy, le meilleur défenseur de l’année en Euroleague Adam Hanga, David Vojvoda et Zoltan Perl qui peuvent chacun créer du jeu, finir près du cercle, passer le ballon pour des shooteurs et marquer à 3pts. Benedek Varadi, Csaba Ferencz et Krisztian Wittman apportent aussi de la vitesse et du tir en sortie de banc.

Le collectif de l’équipe est aussi abouti. Les 12 joueurs qui devraient être à l’Euro travaillent ensemble depuis quelques années, et chacun connaît son rôle. Enfin, la vitesse est aussi un de ses points forts. Aux côtés des joueurs extérieurs, le poste 4 Roscoe Allen (Tenerife) va vite et peut shooter de loin, et le pivot Akos Keller est aussi un superbe athlète.

La faiblesse principale se trouve dans le jeu au poste bas. L’équipe n’a aucun pivot classique, mais seulement des postes 4/5. Le transfert d’Adam Hanga à Barcelone a aussi compliqué les choses. Le capitaine n’a rejoint l’équipe que très tardivement suite aux problèmes qu’il a connus cet été. Il est en forme et à 100% de ses capacités, mais n’a joué aucun match depuis juin.

Enfin, l’équipe n’aura pas de joueur naturalisé. DeAndre Kane ne rejoindra pas l’équipe malgré son contrat. Cela pourrait poser problème sur les lignes arrières, surtout dans le jeu de transition.

L’équipe nationale hongroise s’est qualifiée pour l’Euro après 18 ans d’absence, elle veut gagner un ou deux matchs et tenter de se qualifier pour la phase finale. La Roumanie et la République tchèque sans Jan Vesely sont battables pour la Hongrie, donc la phase finale est un objectif réalisable.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Espagne, 2 - France, 3 - Croatie

 

Monténégro

  • Notre avis :

Affiliée à la FIBA depuis 2006, l'équipe du Monténégro est toujours en quête d'un résultat de référence depuis sa première incursion en championnat d'Europe en 2011. Absente de l'édition précédente, la sélection présente toujours un ensemble très hétérogène avec une raquette de top niveau (Nikola Vucevic et Bojan Dubljevic notamment), mais un secteur extérieur trop limité pour ambitionner jouer les premiers rôles. Elle dépendra en grande partie du rendement d'un Tyrese Rice, qui ne semble pas spécialement concernée par la cause nationale et dont la présence est surtout due aux pressions exercées par la fédération. Ajoutons une campagne de préparation peu rassurante et on obtient une équipe qui se cherche. Le légendaire Boscia Tanjevic va devoir faire preuve d'ingéniosité pour rendre son équipe performante, même si passer le premier tour paraît un objectif loin d'être insurmontable et serait une première pour cette jeune nation.

  • Le joueur à suivre : Nikola Vucevic (2,13m, 26 ans, poste 5, Orlando Magic)

Le meilleur ami d’Evan Fournier à Orlando dispute son troisième Euro, mais pour la première fois dans le rôle d’arme fatale. Si son duo avec Bojan Dubljevic est à surveiller, le pivot du Magic brille de lui-même grâce à des fondamentaux parfaitement maîtrisés et un toucher en or. Parfois malheureux au Magic où son nom est régulièrement associé aux rumeurs de transfert et où sa cote baisse un peu plus chaque année, il aura à coeur de prouver qu'il n'a rien perdu de ses qualités, lui qui sort d'un exercice 2016-2017 mitigé (14,6 points et 10,4 rebonds en moyenne par match tout de même).

  • Le bilan des matchs amicaux :

Deux victoires (78-64 contre la Belgique et 75-62 contre l'Ukraine) et six défaites (81-83 contre la Grèce, 71-82 contre la Serbie, 66-67 contre l'Italie, 70-100 contre la France, 60-78 contre la Turquie et 70-84 contre la Turquie)

  • L'effectif pour l'Eurobasket (deux joueurs doivent encore être coupés) :

Tyrece Rice, Nikola Ivanovic, Milutin Djukanovic, Nikola Pavlicevic - Suad Sehovic, Vladimir Mihailovic, Nemanja Vranjes - Nemanja Djurisic, Dino Radoncic - Marko Todorovic, Danilo Nikolic - Nikola Vucevic, Bojan Dubjlevic, Filip Barovic

  • L'opinion de l'expert local (Aleksandar Radovic, journaliste pour Vijesti) :

La paire de pivots Nikola Vucevic-Bojan Dubljevic sera la force principale pour le coach Bogdan Tanjevic. Ils sont de bons joueurs de pick-and-roll et pick-and-pop comme au poste bas, très difficiles à affronter. Et Tanjevic a l’expérience nécessaire pour ce qui est de préparer une équipe pour une grande compétition.

Côté faiblesses, Tyrese Rice n’est pas en bonne forme et il est le joueur le plus important offensivement dans l’équipe, en-dehors de Vucevic et Dubljevic. Et il n’est pas bon en défense non plus. Le Monténégro ne dispose pas de beaucoup d’options sur les postes 1 et 2, une équipe avec des joueurs rapides et de bons défenseurs va leur poser beaucoup de problèmes.

L’objectif sera d’aller en 1/8e de finale. Je pense que le Monténégro battra la République tchèque, la Hongrie et la Roumanie. Et s'ils peuvent éviter la Serbie et la Turquie en 8e de finale, l'équipe pourra peut-être passer un tour de plus.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Serbie, 2 - France, 3 – Espagne. Toutes les grosses équipes ont des absences, mais je pense que la Serbie a une profondeur incroyable, même sans Teodosic et Jokic. Et aussi beaucoup de fierté. Mais qui sait…

 

République tchèque

preview-groupe-c---qui-peut-faire-trembler-l-espagne--1503879754.jpeg

Tomas Satoransky (photo : Sébastien Grasset)

  • Notre avis :

Après avoir enregistré le meilleur classement de son histoire à Villeneuve d’Ascq en 2015 (7e, s'inclinant les armes à la main face à la Serbie en quart de finale), la République tchèque tentera à nouveau de déjouer les pronostics, même si la mission s'annonce un peu plus ardue cette année. L'équipe n'a pas été épargnée par les forfaits et notamment celui de la grande star Jan Vesely qui jette forcément un voile sur les ambitions d'une nation en plein essor dans le basket masculin, au contraire de son homologue féminin. Les matchs de préparation n'inspirent pas à l'optimisme, mais une qualification est largement à la portée de l'équipe de Ronen Ginzburg.

  • Le joueur à suivre : Tomas Satoransky (2,01 m, 25 ans, poste 1, Washington Wizards)

En l'absence de Jan Vesely, c'est tout naturellement que Tomas Satoransky a été promu comme leader de sa sélection. Le joueur des Wizards avait bluffé tous les observateurs lors du dernier Euro, compilant 14,1 points, 5,2 rebonds et 7,3 passes décisives en moyenne par match, frôlant même un triple-double devant la Lituanie (11 points, 9 rebonds et 15 passes décisives) à seulement 23 ans. Après une saison d'apprentissage parfois frustrante en NBA (12,6 minutes en moyenne par match seulement, pour 2,1 points et 1,6 passe décisive), il sera sous le feu des projecteurs pour tenter de diriger son équipe du mieux possible. Rien de mieux pour se rappeler au bon souvenir de ceux qui auraient pu l'oublier.

  • Le bilan des matchs amicaux :

Deux victoires (85-51 contre la Hongrie et 83-62 contre la Finlande) et sept défaites (68-101 contre la Pologne, 72-85 contre la Pologne, 80-88 contre la Slovénie, 76-87 contre la Géorgie, 64-68 contre la Géorgie, 66-67 contre la Turquie, 69-103 contre la Lettonie)

  • L'effectif pour l'Eurobasket :

Tomas Satoransky, Jakub Sirina, Tomas Vyoral - Jiri Welsch, Jaromir Bohacik, Tomas Kyzlink, Michael Mares - Martin Kriz, Lukas Palyza - Kamil Svrdlik, Martin Peterka - Patrik Auda, Adam Pechacek

  • L'opinion de l'expert local (Tomáš Budka, commentateur et journaliste à ČT Sport)

Quand on regarde l’effectif de la République tchèque, on devine facilement les forces et les faiblesses de l’équipe sans se tromper. Le joueur-clef est le meneur des Wizards de Washington Tomas Satoransky. Jaromir Bohacik (MVP du championnat tchèque en 2016-2017), Vojtech Hruban (Nymburk) et Tomas Kyzlink (champion de France Pro B avec Bourg-en-Bresse cette année, tout récemment transféré à Venise) ont aussi fait bonne impression sur les matchs de préparation donc la force majeure de l’équipe sera le jeu rapide.

Les Tchèques vont être très bons en contre-attaque. En tout cas, ils doivent l’être s’ils veulent avoir du succès. La plus grosse faiblesse est évidemment l’absence du vainqueur de l’Euroleague Jan Vesely (Fenerbahçe) qui n’a pas un attachement pour l'équipe nationale aussi profond que Satoransky. Ondrej Balvin manque également à l’appel. Les jeunes intérieurs Martin Peterka et Martin Kriz (tous deux de Nymburk) ont fait du bon boulot sur les matchs de préparation et ont surpris beaucoup de fans. Mais ce sera le premier Eurobasket pour les deux joueurs et il n’est pas certain qu’ils puissent gérer correctement la pression de l’événement.

L’objectif sera de se qualifier pour la phase finale avant d’envisager la suite. Cela peut paraître évident, mais c’est tout particulièrement vrai pour la République tchèque. De dire que l’objectif est de défendre la 7e place acquise à l’Euro 2015 serait un peu trop ambitieux.

Je pense qu’il est pratiquement impossible de battre l’Espagne pour les Tchèques et très difficile de battre la Croatie. Mais ils joueront des matchs serrés contre le Monténégro, la Roumanie et la Hongrie, et je pense qu’ils vont se qualifier. Mais il sera difficile d’aller plus loin en croisant contre une grosse équipe du groupe D.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Espagne, 2 – Serbie, 3 - Croatie

 

Roumanie

  • Notre avis

Une des grosses inconnues de ce championnat d'Europe. La dernière participation de la Roumanie à l'Eurobasket remonte à 1987 et elle n'y avait pas spécialement brillé. Difficile d'espérer mieux cette fois-ci et ce, malgré la chance d'organiser ce premier tour à domicile. Formée en grande majorité par des joueurs évoluant dans le championnat local, la Roumanie n'a remporté qu'un seul match de préparation face à une équipe de Tunisie limitée, s'inclinant largement face aux équipes européennes qualifiées pour l'Euro. C'est donc sans grande référence sur la scène continentale que s'avancera la sélection dirigée par Marcel Tenter.

  • Le joueur à suivre : Vlad Moldoveanu (2,03m, 29 ans, poste 4, Cluj-Napoca)

Seul joueur référencé d'un effectif très peu expérimenté au très haut-niveau, l'ancien joueur du Havre (12,3 points et 5,3 rebonds en moyenne par match en Pro A lors de la saison 2012-2013) portera une grosse part de responsabilité dans le comportement de son équipe. Meilleur joueur de la Roumanie lors de chaque campagne avec l'équipe nationale, il sort d'une belle saison avec Cluj-Napoca, pour son retour au pays, signant le doublé coupe-championnat (15,5 points et 5,7 rebonds en moyenne par match). Comme deux de ses partenaires (Kuti et Torok), il aura l'avantage d'évoluer dans une salle qu'il connait parfaitement.

  • Le bilan des matchs amicaux :

Une victoire (67-56 contre la Tunisie) et neuf défaites (55-87 contre l'Estonie, 56-65 contre le Portugal, 71-79 contre la Tunisie, 73-83 contre Israël, 81-85 contre Israël, 48-106 contre la Grèce, 57-91 contre l'Ukraine, 64-97 contre la Lituanie et 68-98 contre la Lettonie)

  • L'effectif pour l'Eurobasket :

Catalin Petrisorm, Octavian Calota-Popa - Andrei Mandache – Radu Paliciuc, Nandor Kuti, Bogdan Nicolescu - Vlad Moldoveanu, Titus Nicoara, Roland Torok - Alexandru Olah, Catalin Baciu, Emanuel Cate

  • L'opinion de l'expert local (Adrian Micinic, rédacteur pour www.24secunde.ro et relations presse du CSM Oradea) :

La force principale de l’équipe reste le fait d’accueillir ce premier tour. Jouer à domicile est un avantage énorme dans ce genre de compétition, surtout pour une équipe comme la Roumanie qui a besoin de toute l'aide possible. Le public peut apporter un boost important à l’équipe. Sur le plan basket, il s’agit de Vlad Moldoveanu. Je ne pense pas qu’il faille le présenter après ses deux saisons en Euroleague et ses quatre en Eurocup.

Le talent individuel sera évidemment un problème. La Roumanie n’a aucun joueur naturalisé au final. Le manque d’expérience pour affronter des équipes comme l’Espagne, la Croatie ou le Monténégro, et des joueurs NBA ou d’Euroleague sera aussi un problème.

L’objectif sera de gagner un match. Et les organisateurs espèrent faire salle comble lors de chaque rencontre. Aucun de ces objectifs ne sera facile à accomplir, mais les gens impliqués dans le basket roumain sont confiants.

Je ne pense pas que la Roumanie ira à Istanbul. J’espère une victoire, mais même un succès devant la Hongrie serait une surprise à mon sens.

Mon pronostic pour le podium de l'Eurobasket : 1 - Espagne, 2 – France, 3 - Slovénie.

 

Notre pronostic

  1. Espagne
  2. Croatie
  3. Monténegro
  4. Hongrie
  5. République tchèque
  6. Roumanie

Le calendrier

  • Vendredi 1er septembre : Hongrie - Croatie (15h00), Espagne - Monténegro (17h45, retransmis par le groupe Canal+) et Roumanie - République tchèque (20h30).
  • Samedi 2 septembre : Monténegro - Hongrie (15h00), République tchèque - Espagne (17h45, retransmis par le groupe Canal+) et Croatie - Roumanie (20h30).
  • Lundi 4 septembre : Hongrie - République tchèque (15h00), Monténegro - Croatie (17h45) et Espagne - Roumanie (20h30, retransmis par le groupe Canal+).
  • Mardi 5 septembre : République tchèque - Monténegro (15h00), Croatie - Espagne (17h45, retransmis par le groupe Canal+) et Roumanie - Hongrie (20h30)
  • Jeudi 7 septembre : République tchèque - Croatie (14h30, retransmis par le groupe Canal+), Hongrie - Espagne (17h15, retransmis par le groupe Canal+) et Monténegro - Roumanie (20h45).

La précédente preview

  • Groupe B : Qui pour défier l'équipe de France en 1/8e de finale ?

 

28 aout 2017 à 15:45
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT THIOLLIÈRE
Tombé sur un ballon orange dès ma naissance, il ne m'a plus jamais quitté. Avec lui, c'est pour la vie.
Vincent Thiollière
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.