JEEP ÉLITE

EDWIN JACKSON NE CACHE PLUS SES FRUSTRATIONS : "JE NE SUIS PAS REVENU À L'ASVEL POUR JOUER 5 MINUTES"

Edwin Jackson Antoine Diot Zvezdan Mitrovic ASVEL 201920 Sébastien Grasset
Crédit photo : Sébastien Grasset

Edwin Jackson avoue ses incompréhensions au sujet des choix de Zvezdan Mitrovic dans Le Progrès, avant le match contre les Metropolitans 92.

Les dernières semaines ont été difficiles pour l'ASVEL qui a enchaîné les défaites en EuroLeague. De quoi faire grandir les frustrations et notamment chez les joueurs de moins en moins utilisés. C'est le cas pour Edwin Jackson et Antoine Diot, les deux amis d'enfance, peu utilisés par Zvezdan Mitrovic quand ils sont aptes à jouer en match. Edwin Jackson vit une saison complexe, avec une adresse famélique en EuroLeague (5,8 points à 27% aux tirs, dont 9,8% à trois points) et une gêne au genou depuis le match contre l'Olympiakos Le Pirée. Sans langue de bois, le jeune trentenaire s'exprime dans Le Progrès au sujet de ses incompréhensions. Il regrette d'être cantonné à un rôle de shooteur à 3-points et fait le parallèle avec les difficultés d'A.J. Slaughter à l'ASVEL la saison passée.

"Notre jeu d'attaque est vraiment très difficile à regarder. Nous avons la pire attaque de l'EuroLeague et ce que nous proposons offensivement est loin du compte. Cela me choque que cela ne choque personne. Et est-ce normal qu'Antoine (Diot) n'ait pas joué la moindre minute contre le Bayern ? Je suis un peu dépassé par les événements..."

Dans le viseur, l'international français a bien sûr les choix de son coach.

"Je ne remets rien en cause. C'est juste que je ne comprends pas. Comme je ne comprends pas pourquoi les temps de jeu ont changé de façon drastique par rapport au début de saison."

Pour le Rhodanien, qui se dit par ailleurs "heureux à Lyon" ainsi que dans le groupe actuel, l'ASVEL a du talent offensif. Mais il ne trouve pas son compte dans ce qu'on lui propose sur le terrain. A tel point qu'il ne s'imagine pas rester dans ces conditions, malgré un contrat de quatre saisons dans son club de coeur.

"Je ne suis pas revenu à l'ASVEL pour y jouer cinq minutes par match. Et je ne vais pas dire que je vis une saison idyllique... [...] Pour moi, ça ne peut pas continuer comme ça. Je ferai ce que j'estime être le mieux pour ma carrière. Je ne vais pas demander quoi que ce soit, mais j'ai 30 ans et je sais que je peux performer encore quelques années."

Sortir d'une période tendue par la victoire

Malgré ses dires, Edwin Jackson n'a qu'un objectif en tête : gagner ! Cela commence par le match contre les Metropolitans 92 ce dimanche pour la 22e journée de Jeep ELITE - où il est plutôt performant (11,9 points à 42%, 2,3 rebonds et 2,2 passes décisives) - puis la Leaders Cup la semaine prochaine. Des victoires nécessaires pour Zvezdan Mitrovic, aujourd'hui sous le feu des critiques, pas forcément pour les mauvais résultats, mais pour les difficultés relationnelles avec certains joueurs, sans parler de ses deux exclusions en EuroLeague sur ce début d'année 2020. Déjà en cours de saison 2018/19, il avait connu une période tendue au coeur de l'hiver, avec des crispations ressenties au sein de l'équipe dirigeante. Mais le groupe en était ressorti grandi et avait gagné le titre à la fin de la saison. De quoi permettre de renouveler la confiance dans le staff.

09 février 2020 à 12:32
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.