EUROLEAGUE

FABIEN CAUSEUR EN FINALE DE L'EUROLEAGUE : "UNE JOURNÉE QUI RESTERA GRAVÉE !"

Crédit photo : Real Madrid

Mais où s'arrêtera l'ascension de Fabien Causeur ? L'arrière du Real Madrid franchit encore une nouvelle étape : le voilà désormais qualifié pour une finale d'EuroLeague (dimanche à 20h contre le Fenerbahçe Istanbul).

Alors certes, il y a la petite ombre au tableau, la descente du STB Le Havre en NM1. Mais si l'on met de côté la relégation de son club formateur, Fabien Causeur a vécu un vendredi parfait : un retour en sélection nationale et une qualification en finale de l'EuroLeague. Cela valait bien un (grand) sourire en zone mixte.

"Que demande le peuple ? C'est vraiment une journée très spéciale. Elle restera gravée dans ma mémoire. Je suis très, très, très heureux de ce que l'on a fait.  Battre une équipe comme le CSKA Moscou qui a été leader toute la saison, c'est quelque chose de grand."

Renforcé par le retour récent de Sergio Llull, auteur de 16 points contre le CSKA Moscou, le Real Moscou est arrivé à Belgrade avec un effectif terrifiant sur le papier. Et la réalité est venue confirmer les promesses de la théorie. Après un premier quart-temps poussif, les Merengues ont développé un superbe basket afin de mettre au pas l'équipe de Dimitris Itoudis (92-83).

Fabien Causeur n'y est pas étranger. Entré en même temps que Jaycee Carroll au tout début du second quart-temps avec le rôle de détonateur, il a contribué à dynamiter la défense moscovite, à tel point que le Real Madrid a commencé le deuxième acte avec un invraisemblable 17-4 en trois minutes (de 20-30 à 37-34). Au final, les statistiques du Brestois ne reflètent pas son importance dans la rencontre (6 points à 2/3, 2 rebonds, 3 passes décisives et 1 interception en 20 minutes).

J'avais envie de mettre le maximum d'énergie, je trouvais que ça nous manquait. Ils nous avaient mis 30 points dans le premier quart-temps, nous on ne rentrait pas un shoot. À un moment donné, on savait que ça allait tourner mais pour ça, il faut faire les efforts. On les a faits, surtout en défense, puis on s'est mis à marquer quelques tirs difficiles à trois points qui nous ont permis de revenir. Derrière, en deuxième mi-temps, on fait un très gros travail défensif, on contrôle bien le rebond. La victoire vient de là. Il y a énormément de travail derrière tout cela, on avait bien scouté le CSKA. C'est une équipe très forte en un contre un, avec de grosses individualités. Là, ils ont manqué d'un peu de solutions en attaque."

Maintenant, Fabien Causeur est certain d'une chose : le Final Four 2016 ne restera pas comme le plus mauvais souvenir de sa carrière. Soit le Real Madrid remporte la finale et l'apothéose exorcisera tous les démons, soit le Fenerbahçe l'emporte et là, ce sera encore pire que Berlin...

Dimanche, à 20h, toute de jaune vêtue, la Stark Arena sera entièrement acquise à la cause du Fenerbahçe. Peu importe pour l'ancien Choletais qui évoque un "énorme défi", celui de la Decima, le dixième sacre européen du Real Madrid. Énorme, certes, mais formidable défi surtout.

À Belgrade,

19 mai 2018 à 00:47
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
18 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Chicago Bulls
18 décembre - 02h00
Houston Rockets
Utah Jazz
18 décembre - 09h15
Oklahoma City Thunder
Chicago Bulls
18 décembre - 10h45
Strasbourg
Chalon-sur-Saône
18 décembre - 11h00
Houston Rockets
Utah Jazz
Coaching