EUROLEAGUE

T.J. PARKER (ASVEL) : "ON N'EXISTERA PAS EN EUROLEAGUE SI ON NE DÉFEND PAS"

Crédit photo : Infinity Nine Media Alexia Leduc

T.J. Parker était remonté après la défaite de l'ASVEL mercredi soir en EuroLeague contre l'Etoile Rouge de Belgrade (68-89). Pour lui, son équipe ne s'est pas suffisamment battue.

Après la victoire de jeudi dernier à Vitoria, on pensait de l'ASVEL la saison lancée en EuroLeague. Les réceptions de l'Etoile Rouge de Belgrade (2 victoires et 4 défaites avant la rencontre) ce mercredi en match en retad de la 4e journée puis du Zénith Saint-Pétersbourg (2 victoires et 1 défaite) semblaient deux bonnes opporunités pour rééquilibrer un bilan de 1 victoire et 3 défaites. Mais après un début de rencontre réussi (21-17 après un quart-temps) avec notamment un Allerik Freeman enfin adroit, l'équipe de T.J. Parker a encaissé 27 points dans le deuxième quart-temps. Ainsi, à la pause, le coach a pu demander à son équipe d'être plus agressive défensivement. "Ils ne peuvent pas marquer 27 points en un quart-temps. Ce n'est pas possible !"

Et pourtant, l'équipe rhodanienne a encaissé 45 points après la pause, finissant la partie à -21 (68-89) alors qu'ils n'étaient qu'à -5 à la pause (41-46). "89 points (encaissés). Pas de combat..." C'est ainsi que T.J. Parker a d'abord lapidairement commenté la performance de son équipe en conférence de presse, avant de répondre plus en détails :

"Ce n'est pas qu'en deuxième mi-temps (qu'on n'a pas défendu), ça commence en première encore une fois. On fait des stops, on défend bien pendant 20 secondes mais quelqu'un oublie son joueur qui coupe backdoor (dans le dos). On ne se bat sur les ''loose balls'' (les ballons qui trainent, NDLR), (qui sont censées être) 50-50, les rebonds offensifs... Dès qu'on a touché un peu après au banc, ils ne sont pas prêts. En deuxième mi-temps, ils en voulaient plus que nous. Le mot que j'ai mis sur le tableau en dernier, c'est ''FIGHT'' (combat). Il faut se battre quand on est comme ça, on ne l'a pas fait.

Ca ne me dérange pas de perdre mais quand on ne donne pas tout sur un terrain, son orgueil c'est d'y aller à fond. Défensivement il faut y aller... L'EuroLeague on n'existera pas si on ne défend pas. Ce (mercredi) soir, ce n'est pas possible."

Malgré tout, le coach ne se dit "pas spécialement" inquiet.

"On a un match vendredi, il faut se concentrer sur celui-là maintenant. Il faut tourner la page, les matchs comme ça, ça arrive. Ils ont été bons, on n'a pas été bons. Par contre il faut sonner l'alarme. On a des matchs - Saint-Pétersbourg vendredi, Berlin, l'Olympiakos... - qu'il faut qu'on gagne si on veut exister en EuroLeague."

Le groupe est désormais sous pression.

12 novembre 2020 à 12:37
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.