FÉMININES

15 ÉQUIPES POUR RENVERSER LES ETATS-UNIS

Crédit photo : FIBA

Ce samedi, la 18eme Coupe du Monde de basket féminin commence à Tenerife. Les Etats-Unis veulent y asseoir un peu plus une domination indiscutable face à des prétendants ambitieux.

Qui arrivera à battre les Etats-Unis lors d'une Coupe du Monde de basket féminin ? Personne n'y est arrivé depuis la Russie en demi-finale de l'édition 2006. Contrairement aux masculins, Team USA se présente avec ses meilleurs éléments au rendez-vous mondial, ce qui laisse présager d'un tournoi à l'issue connue d'avance. Les éternelles Diana Taurasi et Sue Bird sont toujours là. Elles sont quadruples championnes olympiques, continuent d'empiler les titres et les records et ne viennent pas à Tenerife pour faire du tourisme. Breanna Stewart, la MVP de la dernière saison de WNBA est présente, tout comme Brittney Grinner et ses 2,06m. Il va falloir être solide pour les priver d'un troisième titre consécutif, le dixième en tout.

La Grèce et le Nigeria pour surprendre

Le Sénégal, premier adversaire de cette Dream Team en Espagne, n'a pas un visage de bourreau, malgré la présence d'Astou Traoré. Porto Rico, la Belgique et la Lettonie vont découvrir cette compétition. Ces nations ont la capacité de surfer sur la vague d'un championnat continental réussi l'an passé. Elles auront la possibilité de gagner un premier match dans une Coupe du Monde, voir de se hisser en barrages pour la Belgique, mais il est difficile de voir ces équipes monter sur le podium. Mais dans le sport, et encore plus dans le basket féminin, un scénario imprévisible est toujours possible. La Grèce à l'habitude d'être l'empêcheur de tourner en rond. Evanthia Maltsi sera de retour en Coupe du Monde, huit ans plus tard, pour continuer à créer la surprise. Le Nigeria peut espérer être crédité du rôle d'outsider à une place en quarts de finale. Les championnes d'Afrique en titre sont dans un groupe ouvert et peuvent compter sur la présence d'Adaora Elonu pour enfin gagner un match en Coupe du Monde. Dans ce même groupe B, l'Argentine a des ambitions similaires malgré un niveau de jeu qui plafonne.

Le Canada sans Kayla Alexander

La Corée du Sud va se battre pour sa survie dans ce tournoi et jouera certainement sa qualification en barrages sur un match : contre la Grèce. Le premier adversaire de la France dans ce Mondial a un passé glorieux dans cette compétition, mais il est de plus en plus lointain. Japon, Chine et Turquie devraient voir la phase à élimination directe. Puis sur un match, tout est possible pour des équipes expérimentées qui ont le caractère suffisant pour faire basculer un match. Il ne reste alors plus que quatre équipes pour remporter les deux médailles que les ogres américains veulent bien laisser à la concurrence. L'Australie, championne du Monde en 2006 qui a désormais intégrer les compétitions asiatiques doit faire avec un effectif amoindri par les blessures. Les joueuses restantes sont jeunes, ambitieuses et vont pouvoir jouer avec moins de pression. Avoir participé à la dernière Coupe d'Asie a également permis une véritable mise en situation face à des adversaires plus coriaces qu'en Océanie. Autre favori touché par la blessure d'une cadre : le Canada. Sans Kayla Alexander, il y a un groupe uni qui peut viser haut. Le vainqueur de l'AmeriCup a des ambitions qu'il pourra mesurer dès le premier tour face à la France.

Un match de poule décisif 

Le perdant de cette rencontre devra passer par un barrage pour accéder aux quarts de finale. Surtout, il devrait croiser la route de l'Espagne avant le dernier carré. Un choc de potentiels médaillés qui fera des dégâts. Les Bleues ont réalisé une longue préparation pour arriver en forme dans les Canaries. Malgré la retraite de Céline Dumerc, le groupe est homogène et riche en jeunes talents. Les vice-championnes d'Europe peuvent espérer enchaîner d'autant plus que cet été, Sandrine Gruda sera du voyage après un été au repos. Marine Johannes, Valériane Ayayi et Olivia Epoupa ont une saison de plus dans les jambes, ce qui fait la différence en terme de vécu à leur jeune âge. Double-finalistes en titres, les Espagnoles espèrent profiter du soutien des supporters pour enfin renverser les Etats-Unis. Les championnes d'Europe emmenées par Alba Torrens et Laia Palau. Pour cette dernière, un titre à domicile pourrait être la porte de sortie idéale, mais pour y arriver, il faudra venir à bout de Team USA. Pas une mince affaire.

Des seconds couteaux pour faire la différence

Ces outsiders ont les joueuses pour rivaliser avec le tenant du titre. Mais pas la profondeur de banc pour tenir 40 minutes face au rouleau-compresseur américain. Le problème se trouve dans la densité du vivier, celui qui permet de fournir un effort maximal sur 40 minutes, et de le répéter au moins six fois en neuf jours. Si une équipe arrive à battre les Etats-Unis, c'est grâce à des remplaçantes qui ont haussé leur niveau de jeu au moment où il le fallait. Il faudrait donc une surprise, dans la surprise. C'est ce que le sport peut offrir de mieux. Et s'il n'y arrive pas, les stars seront là pour faire le show. Que le spectacle commence ! 

22 septembre 2018 à 08:36
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
NICOLAS KOHLHUBER
Nicolas Kohlhuber
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
20 octobre - 02h00
Toronto Raptors
Boston Celtics
20 octobre - 02h30
Atlanta Hawks
Indiana Pacers
20 octobre - 09h15
Atlanta Hawks
Indiana Pacers
20 octobre - 11h00
Toronto Raptors
Boston Celtics
20 octobre - 12h45
NBA Extra
Coaching