FRANCE

FRÉDÉRIC FORTE : "CE TITRE EST UNE ÉTAPE"

Tout juste champion de France, le Président du Limoges CSP Frédéric Forte est revenu sur le parcours de son club dans les colonnes du Populaire du Centre.

Frédéric Forte peut savourer (photo : Damien Mingot)

Retrouvant la suprématie nationale 14 ans après leur dernier titre de champion, les Limougeauds n'ont pas connu une décennie de tout repos suite à la relégation en NM1 en 2004 et de nombreuses saisons mi-figue mi-raisin. Pour Frédéric Forte, la période la plus compliquée a sans aucun doute été la relégation en Pro B en 2011, tout juste un an après avoir obtenu la remontée dans l'élite.

"(Cette saison-là) On a une superbe équipe et là, on a pris conscience que les phénomènes extrasportifs peuvent complètement plomber une saison. On ne maîtrise plus le terrain. Même pour l’équipe, le terrain n’est plus la priorité. C’est là où on prend conscience de la fragilité d’un club et en même temps, c’est peut-être le plus beau coup de pied au cul que l’on a reçu. Il nous a permis de grandir", explique le dirigeant limougeaud.

Cet épisode marquant aura néanmoins permis au CSP de repartir sur une nouvelle dynamique avec l'arrivée de joueurs cadres tels que Joseph Gomis ou Nobel Boungo Colo, permettant aux cerclistes d'immédiatement retrouver une place en Pro A. Celui que l'on surnommait "The Brain" durant sa carrière de joueur se montre aujourd'hui ravi de l'engouement suscité par le récent sacre de son équipe mais ne considère pas pour autant que celui-ci soit un aboutissement.

"Ça ne peut absolument pas être un aboutissement. Ça voudrait dire que l’on est arrivé au bout de la route. Ce n’est pas ça du tout. Quand je vois ce qu’il s’est passé hier (jeudi) avec ce monde dans le stade, la salle, j’ose espérer que l’on va encore apporter un peu de rêve et de bonheur à tous nos supporters. Il n’y a pas un club en France qui peut mettre 20.000 personnes sur un même lieu dont la majorité voit le match sur écran géant. Il n’y a pas dix clubs en Europe comme ça. Il faut arrêter de s’auto-dénigrer. C’est quelque chose de phénoménal. Notre force, c’est cet engouement même si parfois, c’est extrêmement difficile à vivre pour les joueurs. Ce titre est une étape".

Enfin, le Président du CSP a souligné l'importance de son entraîneur Jean-Marc Dupraz et sa capacité à garder la tête froide dans un contexte local où la pression peut rapidement vous faire perdre les pédales.

"On a une salle bouillante, des joueurs bouillants, des médias bouillants, des partenaires bouillants et un président bouillant. Avoir un coach tranquille, réservé mais aussi capable de monter la voix quand il le faut, c’est bon pour nous. Il travaille pour l’intérêt du club. Pas pour le sien."

Reste désormais à savourer ce titre et à construire une équipe compétitive dans l'optique de la saison à venir qui s'annonce intense avec la défense du titre ainsi que le retour du club en Euroleague pour des joutes qui devraient être particulièrement chaudes à Beaublanc.

Posté par Boris Delagnes

Photo : Frédéric Forte peut savourer (photo : Damien Mingot)

07 juin 2014 à 15:25
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.