JEEP ÉLITE

CHOLET, DES DÉBUTS COMPLIQUÉS, COMME PRÉVU

CB SIG Simon GodetCB
Crédit photo : Simon Godet Cholet Basket

En ce début de saison, le Cholet Basket est en grande difficulté des deux côtés du terrains. Samedi soir, les Maugeois ont encore pris la fessée à la maison pour la deuxième fois de suite. Analyse d'un début de saison très compliqué.

La saison 2017/18 avait débuté exactement comme l'exercice actuel : avec trois défaites. L'an dernier, le groupe de Philippe Hervé s'était cependant repris au point d'enchaîner les succès pour décrocher une qualification à la Leaders Cup. La joie fut néanmoins de courte durée puisque l'équipe choletais a ensuie jouer avec les nerfs de ses supporters en deuxième partie de saison.

Décriés par le quasi-abandon (au sein de l'équipe professionnelle) de son identité de club formateur, les dirigeants choletais ont cette fois décidé de mettre les jeunes au centre du projet de l'équipe fanion. Une perspective qui a tout de suite ravie les supporters maugeois, surtout après la dernière sortie de Cholet à la maison en mai contre le MSB lors de laquelle Abdoulaye Ndoye et Killian Hayes se sont illustrés. Ce dernier a réalisé une performance rare dans l'élite du basketball français à seulement 16 ans. En 28 minutes, il a cumulé 12 points à 5/8 aux tirs, 2 rebonds et 6 passes décisives pour 16 d'évaluation. L'ancien capitaine maugeois, Jonathan Rousselle, avait alors salué sa belle prestation en conférence de presse : "ce qu'il a fait ce soir, ce n'est pas neutre" avant d'enchaîner "jouer dans des gros matchs à pression, ce n'était pas forcément lui rendre service", rappelant qu'il n'avait pas été beaucoup utilisé sur les matchs précédents, lors desquels le CB jouait encore son maintien.

cholet--des-debuts-plus-compliques-que-prevu1538341097.jpegKillian Hayes a besoin de temps. © - Alexandre Couraud / Cholet Basket.

Le cas Killian Hayes

Jeune joueur le plus talentueux au sein des jeunes à suivre de la Jeep ELITE cette saison, Killian Hayes a décidé de rester au sein de son club formateur en signant un contrat de trois saisons dans les Mauges. Les appels du pied de Ludwisbourg et surtout de Turin coaché par le légendaire Larry Brown au moment de finaliser son contrat, ont bien failli mettre à mal le projet jeune. Le Franco-Américain a néamoins été séduit par le plan de jeu de Régis Boissié et a donc signé son premier contrat professionnel à Cholet. De retour au club après avoir glanné une médaille d'argent au Mondial U17, le jeune arrière/meneur a subi une série de pépins physiques l'empêchant le contraignant à ne disputer que la première rencontre de préparation face à l'ADA Blois. Son absence prolongée en présaison en a profité à Karlton Dimanche, autre joueur issu de l'Académie Gautier, pour s'imposer en qualité d'onzième homme (5 minutes de moyenne).

Certes talentueux, Killian Hayes a encore besoin de temps pour s'acclimater à la Jeep ÉLITE et pour apprendre à gérer la pression du monde professsionnel et tous les "à côtés" d'un sportif professionnel. Au contraire de Théo Malédon à l'ASVEL et de Malcolm Cazalon à la JL Bourg-en-Bresse qui proposent des passages intéressants, Killian Hayes est la pièce centrale de l'équipe dont on attend beaucoup. Et peut-être de trop en ce début de saison. Rappelons tout de même qu'il n'a que 17 ans et son corps ne semble pas encore prêt à résister au défi physique imposé en Jeep ÉLITE.

Reconstruire rapidement l'équipe 

Aucun observateur ne pourra reprocher à Cholet Basket de mettre en avant les jeunes issus de son centre de formation. Mais force est de constater que les jeunes - sans Melvyn Govindy, blessé - ont besoin d'un temps d'adaptation. Seul Abdoulaye Ndoye était à plein temps avec les professionnels la saison passée, au contraire de Killian Hayes, Melvyn Govindy, Karlton Dimanche qui évoluaient tous en U21 - Endar Poladkhanli sort lui d'une saison blanche - où le niveau d'exigence, d'intensité et de rigueur est tout autre. L'entraîneur maugeois est conscience de la situation mais ne se veut pas alarmiste pour autant.

"On savait que ça allait être difficile et ça l'est. Évidemment qu'on espérait autre chose mais on se rend compte que c'est difficile. On croit encore encore dans les garçons. On va travailler et à nous de faire en sorte qu'on soit capable de proposer autre chose. On ne va pas incriminer les jeunes, non plus."

Les joueurs plus expérimentés sont eux aussi à la peine, peu (Tywain McKee et Pape Sy) répondent pour l'instant au niveau de la Jeep ÉLITE, au moins d'un côté du terrain. L'ancien intérieur du Champagne Châlons-Reims Baske (CCRB) Romain Duport, arrivé quelques jours avant la reprise du championnat, n'est pour l'instant pas dans un état de forme lui permettant de s'exprimer à pleine mesure. Comme pour l'ensemble de l'équipe, il aura besoin de temps pour réaliser des prestations correctes.

15e équipe en attaquet et dernière en défense

Sans tirer d'enseignement trop hâtifs, le visage affiché par le Cholet Basket est quelque peu inquiétant. L'équipe des Pays-de-la-Loire est en difficulté en attaque (avec seulement 73,7 points marqués par rencontre et surtout seulement 102,5 sur 100 possessions) et surtout en défense (avec 97 points encaissés par match pour un "defensive rating" de 131,3 !). Certes, le CB a eu un calendrier très compliqué (réception de Strasbourg, déplacement au Mans et réception de Levallois) face à des équipes potentiellement playoffables mais avant le résultat, c'est le jeu proposé qui fait sourciller les supporters. Un début de saison jugé "très inquiétante" par Pascal Savarit, un fidèle supporter que nous avons interrogé. Même son de cloche pour le capitaine Pape Sy : "Ce n'est forcément évident car on n'est pas encore prêt notamment dans l'intensité donc il va falloir régler ça assez rapidement."

Régis Boissié qui fait aussi ses débuts en tant que coach principal en Jeep ÉLITE déplore le manque de constance de ses troupes :

"Pour l'instant, on est dans le dur : c'est très compliqué. On est capable en 1 minute de prendre des éclats énome. (Contre Levallois) On est à -4 à un minute de la mi-temps et on retourne au vestiaire avec -11. En l'espace d'une minute, on prend un 7-0 ou un 9-0. On peut exploser complétement sur de courtes séquences et ça nous fait trop mal. Psychologiquement après, on est impacté par ces absences-là. On est sans doute un peu trop fragiles, naïfs. On se fait punir. À nous de remédier à ces périodes-là qui sont vraiment trop coûteuses sur le match. C'était dur un peu partout et surtout sur la deuxième mi-temps où ça a été compliqué."

cholet--des-debuts-plus-compliques-que-prevu1538348072.jpegRégis Boissié et ses son staff composé de Gaëtan Charbonnier et Sylvain Delorme vivent un début de saison très compliqué. © - Simon Godet / Cholet Basket.

Sur l'ensemble des trois rencontres, les Choletais sont parvenus un temps à faire jeu égal avant de compléter céder notamment en défense. Ils sont apparus comme face à la SIG de Youssoupha Fall (25 points) complétement dépassés en défense et de nouveau bousculé à l'intérieur avec cette fois-ci Mouphtaou Yarou à la bagette (22 points). Pour Pascal Savarit, la défense est clairement l'aspect du jeu sur lequel Régis Boissié et son équipe doivent travailler prioritairement : "Elle est inexistante, on ne défend pas. On prend 100 points à chaque match, ce n'est pas normal et on ne pourrait pas gagner comme ça. C'est inquiétant, très inquiétant."

Supporters désabusés, pas de révolte chez les joueurs

Avant même la fin de la rencontre, une poignée de spectateurs indignés par la qualité de jeu et l'état d'esprit de son équipe ont quitté la salle. Des sifflets, avant même le buzzer final, sont de nouveau sortis des travées de la Meilleraie où plus de 4 200 spectateurs étaient présents samed soir. Le club des supporters, les C'Bulls, et la fanfare, quelque peu résignés, se sont fait très discrets en deuxième mi-temps. Tout un symbole. Beaucoup de fans sont apparus désabusés par la qualité du jeu proposé :

"Il faut être patient mais ça risque d'être compliqué, nous a confié Pascal Savarit d'une voix vacillante. Oui, j'ai peur actuellement de la relégation du club en Pro B (CB est présent depuis 1987 dans l'élite du basketball français, ndlr), plus que l'an dernier. Quand on prend 30/40 points chaque match, ce n'est pas bon pour la confiance. Il y a peut-être un mauvais casting sur les joueurs..."

Chez les joueurs, aucun joueur n'est apparu en mesure d'arrêter l'incendie ou même de remobiliser ses coéquipiers. Le staff et surtout les dirigeants en ont pris conscience. Alors que leur équipe s'est surtout faite archi-dominer dans le secteur du rebond, ils ont engagé le pivot Frank Hassell pour la saison entière. De quoi combler un déficit et lancer une dynamique nouvelle, surtout avec le retour de l'ailier Olivier Troisfontaine ? A suivre. L'équipe va préparer trois matchs a priori plus abordables (déplacement à Châlons-Reims, à Fos puis Pau-Lacq-Orthez). La rencontre dans deux semaines à Fos-sur-Mer s'annonce d'ores et déjà décisive dans la course au maintien en Jeep ÉLITE. "Il suffit parfois de peu de choses pour inverser la tendance" a conclu Régis Boissié.

À Cholet,

 Les résultats de Cholet Basket en ce début de saison 2018/19 :

  • Cholet Basket vs Strasbourg : 75-112
  • Le Mans vs Cholet Basket  : 83-77
  • Cholet Basket vs Levallois :  69-96
02 octobre 2018 à 19:35
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Plus qu'un simple ballon orange, le basket est inscrit dans mon ADN.
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching