BETCLIC ÉLITE

DANILO ANDJUSIC, DES RÊVES OLYMPIQUES ET D'EUROLEAGUE : "SIGNER À BOURG A CHANGÉ MA CARRIÈRE"

Crédit photo : Jacques Cormarèche

Meilleur marqueur de Jeep ÉLITE avec la JL Bourg, Danilo Andjusic espère mener le club bressan vers le plus haut classement de son histoire. Mais l'international serbe se projette également plus loin : l'ancien arrière du Partizan Belgrade rêve des Jeux Olympiques et aspire à s'engager avec une équipe d'EuroLeague l'été prochain.

Arrivé par la petite porte à Bourg-en-Bresse en 2019, signataire d'un contrat d'un mois en qualité de pigiste médical de Garrett Sim, Danilo Andjusic (1,95 m, 29 ans) s'est finalement déjà imposé comme l'un des plus forts attaquants de l'histoire de la JL. Sa toute première sortie, alors qu'il était encore totalement inconnu à l'échelle de la Jeep ÉLITE, avait laissé filtrer l'ensemble de ses qualités offensives : 31 points, à Pau le 28 septembre 2019, 72 heures après avoir débarqué à Ékinox. Depuis, s'il est apparu récemment un peu en deça de ses standards − la faute à des douleurs lancinantes au pied et un esprit peut-être déjà un peu trop tourné vers Tokyo, on y reviendra −, le shooteur serbe a accumulé les prestations de haut niveau : quatrième meilleur marqueur de l'EuroCup (17,4 unités) et n°1 du championnat de France (18,7 points à 48%, 3,8 rebonds et 2,8 passes décisives), grâce notamment à une flambée à 40 unités, un soir de défaite à Châlons-en-Champagne début février.

Un retour en grâce pour un joueur qui n'a pas vraiment connu un parcours linéaire. Très rapidement placé sous les feux des projecteurs, double champion d'Europe juniors, bourreau de la génération 1992 des Evan Fournier et Léo Westermann lors de la finale de l'EuroBasket U18 en 2009 à Metz (22 points), international serbe à 22 ans lors de l'EuroBasket 2013, sa carrière avait pourtant connu un sérieux coup d'arrêt quelques mois plus tôt lorsque Dusko Vujosevic l'avait exfiltré du Partizan Belgrade afin de privilégier le jeune Bogdan Bogdanovic, dont il jugeait le potentiel plus intéressant. De quoi l'entraîner dans un véritable tour du continent, au gré d'expériences plus ou moins réussies (Bologne, Valladolid, Wloclawek, Bilbao, Perm, Kazan, Igokea), avec même un retour raté au Partizan en 2015/16.

Une véritable instabilité qu'il aura donc interrompu par deux saisons dans l'Ain qui lui ont permis de considérablement accroître son niveau. Doté d'une qualité d'adresse supérieure (47% à trois points, contre 24% en Liga Endesa en 2014/15), d'une vraie intelligence de jeu et d'une incroyable capacité à provoquer des fautes (parfois à la limite de la légalité, certes), Danilo Andjusic semble être entré dans le prime de sa carrière à trois semaines de son 30e anniversaire. Dans un entretien accordé à Ma(g)ville, il attribue le mérite de son épanouissement au club burgien, à la relation de confiance tissée avec Savo Vucevic et ne cache pas son envie de signer son retour en EuroLeague la saison prochaine, lui qui n'a jamais encore eu l'occasion de briller sur la grande scène (3,6 points de moyenne en 25 rencontres), tant lors de ses jeunes années au Partizan que sous les couleurs de l'UNICS Kazan en 2016/17.

« Signer à Bourg a changé ma carrière. Je n’avais jamais eu un rôle aussi important à un tel niveau de compétition auparavant, notamment en EuroCup. Je suis vraiment reconnaissant auprès de Savo (Vucevic) de m’avoir confié autant de responsabilités. Nous avons une excellente relation, on se comprend assez facilement. Je crois vraiment que cela a été un tournant dans ma carrière pour l’instant. [...] Il est évident que je joue actuellement mon meilleur basket. J’avais déjà connu quelques bonnes saisons, notamment en Russie, mais ces deux dernières années ont été les meilleures de ma carrière. Je me sens très bien quand je suis sur le parquet, c’est le plus important. Je joue bien parce que je profite de chaque seconde passée sur le terrain. J’aime le rôle que j’ai dans cette équipe, j’apprécie le fait d’être un leader. J’espère que je pourrais continuer comme cela. Mais je ne veux pas penser qu’à moi, les résultats collectifs sont extrêmement importants et je suis ravi d’avoir aidé la JL Bourg à atteindre le meilleur classement de son histoire la saison dernière, à s’être invitée sur la carte du basket européen, à s’être qualifiée pour le Top 16 de l’EuroCup. [...] Bien sûr que l’EuroLeague est mon objectif. J’ambitionne de faire un pas en avant, de retrouver un niveau de compétition encore plus élevé mais je veux d’abord rester concentré sur la fin de cette saison. On verra ce qui arrivera par la suite. »

L'un des signes témoins de la maturité nouvelle de Danilo Andjusic et de l'impact positif de son passage à Bourg-en-Bresse sur sa carrière est la sélection serbe. Il n'avait plus porté le maillot national depuis ce fameux EuroBasket 2013, conclu à la septième place, mais a su revenir sous le drapeau en novembre dernier à l'occasion des qualifications pour le championnat d'Europe 2022. Très performant dans les bulles d'Espoo et Tbilissi, quatrième meilleur marqueur des éliminatoires (20,3 points de moyenne), l'arrière burgien a su gagner la confiance du sélectionneur Igor Kokoskov et ne rêve désormais plus que d'une chose : participer aux Jeux Olympiques de Tokyo, en espérant imiter sa femme Ivana Maksimovic, médaillée d'argent à Londres 2012 et porte-drapeau serbe quatre ans plus tard à Rio.

« Les Jeux Olympiques représentent mon plus grand rêve alors j’espère bien sûr aller à Tokyo ! Je pense que le plus beau moment d'une carrière est de participer aux JO, une médaille est le plus grand accomplissement possible pour un sportif. Tout s’est très bien passé au cours de mes deux dernières expériences avec l’équipe nationale alors on verra. Je croise les doigts pour que l’on donne ma chance mais la décision finale ne me revient pas. Je m’entends bien avec le sélectionneur Igor Kokoskov, avec le reste de l’équipe. J’espère au moins pouvoir être appelé pour la préparation afin que le coach puisse décider à ce moment-là. Mais oui, je pense qu’il y a une chance que je sois aux JO. »

Toutefois, pour aller à Rio, la Serbie devra déjà se sortir d'un tournoi de qualification olympique qu'elle organisera à Belgrade fin juin (face à l'Italie, le Sénégal, Porto-Rico, la République dominicaine et les Philippines). Sur un poste très concurrentiel où Bogdan Bogdanovic, Vasilije Micic, Nemanja Nedovic et Marko Guduric sont devant lui dans la hiérarchie, sa chance pourrait justement venir de ce TQO auquel ne pourra vraisemblablement pas participer Bogdanovic, retenu par sa fin de saison NBA avec Atlanta. Bref, pour Danilo Andjusic, le chemin vers le Japon semble encore étroit et sinueux et cela passera forcément par un fin de saison réussie avec la JL, avec d'autres standards individuels et collectifs que ceux entrevus la semaine dernière. Avec un premier pas réussi dès ce vendredi soir à Chalon-sur-Saône ?

L'entretien croisé entre Danilo Andjusic et sa femme Ivana Maksimovic
est à retrouver en intégralité sur le site Internet de Ma(g)ville.

danilo-andjusic--des-reves-olympiques-et-d-euroleague----signer-a-bourg-a-change-ma-carriere-1617293171.jpeg
« Quand tu enfiles le maillot serbe, tu sais que ce n'est pas un match comme les autres », dit-il
(photo : FIBA)

01 avril 2021 à 18:40
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.