BETCLIC ÉLITE

DES "CLOWNS" POUR LESSORT, UNE "MISSION IMPOSSIBLE" POUR MITROVIC : DISCOURS DISCORDANTS À MONACO

Crédit photo : Sébastien Grasset

D'un côté, un joueur qui affirme ne se chercher aucune excuse. « Ce sont des conneries tout ça », en référence à la fatigue ou au calendrier surchargé. De l'autre, un entraîneur qui tire justement à boulets rouges dessus. Au sortir d'une semaine à trois défaites, l'AS Monaco vit les heures les plus difficiles de sa saison.

« Relevez la tête, vous êtes dans l'antre d'un club d'EuroLeague », a lancé Zvezdan Mitrovic en prenant place derrière le pupitre en conférence de presse. Un message qui s'adressait peut-être autant aux journalistes qu'à Mathias Lessort, apparu dépité devant les micros. Le regard vide, le ton las et bas, l'international français était visiblement extrêmement marqué par la défaite contre la JL Bourg (86-94), la troisième de rang pour la Roca Team. Auteur de 8 points à 2/5, 12 rebonds, 4 passes décisives et 5 balles perdues en 32 minutes de jeu, l'ancien intérieur de l'Étoile Rouge ne cherche pas à fuir sa part de responsabilités dans ce nouveau revers.

« Nous avons été ultra handicapés par leur style de jeu. L'absence de leurs deux big men nous a plus pénalisés qu'autre chose. On n'a pas su s'adapter, c'est pour ça qu'un joueur en face nous a écrasés. [...] On fait beaucoup d'erreurs en fin de match. À commencer par moi, avec deux pertes de balle cruciales. Je ne vais pas mettre ça sur le dos de la fatigue. Je suis un joueur expérimenté, je suis venu ici pour jouer, pour avoir un rôle important en fin de match. Je dois être un joueur qui prend les bonnes décisions, sur qui l'équipe peut s'appuyer. Je perds deux balles et deux duels dans le money-time, ça fait huit points, on perd de huit points... Ça fait beaucoup. »

Malgré la déception, il est pourtant facile de trouver des circonstances atténuantes pour la Roca Team : l'énergie dépensée pour aller conquérir le titre en EuroCup, l'invraisemblable sprint du moment, la décision de la LNB d'organiser des playoffs, l'importance toute relative des rencontres actuelles... Mais tout ça, vexé par les échecs de la semaine et ces matchs en route-libre, Mathias Lessort le balaye d'un revers de la main.

« On n'a pas d'excuses. C'est facile de dire que c'est la faute de la LNB. On est des compétiteurs, on est des champions d'Europe, c'est des conneries de dire que c'est à cause du calendrier. On s'en bat les couilles. Si on ne veut pas jouer, on ne joue pas. Mais aller sur le terrain, perdre et dire que c'est de la faute de l'annonce de la LNB, c'est de la merde. On ne peut pas se cacher derrière ça, c'est trop facile. On ne fait pas tout ça pour perdre, on n'est pas payé pour perdre. Personnellement, je suis un compétiteur et là, on passe pour des clowns. On a une étiquette qui nous colle au dos, qu'on a mérité, celle de champion d'Europe. Sans vouloir tomber dans la victimisation, on est la tête de turc du championnat, l'équipe que tout le monde veut battre, plus que l'ASVEL. Il n'y a pas d'excuses, on est Monaco, on sait qui on est, on sait quel rôle on doit assumer dans ce championnat. Pendant 90% de la saison, on a su faire ce qu'il fallait et là, il n'y a pas à dire de conneries pour se trouver des excuses. »

« Jouer 17 matchs en 40 jours, c'est de la folie ou de la stupidité »

Des propos diamétralement opposés à ceux tenus quelques minutes après par son entraîneur Zvezdan Mitrovic. Cela fait quelques temps que le natif de Podgorica répète que sa priorité est de préserver la santé de ses joueurs, mise à rude épreuve par un calendrier démentiel. Ce n'est peut-être qu'une apparence (on en doute) mais l'ancien techncien de Mariupol semble assez détaché des contre-performances sportives actuelles, aussi indulgent avec ses joueurs que vindicatif contre la ligue pour qui il n'a pas de mots assez forts.

« Au vu de notre emploi du temps, c'est extrêmement difficile de parler de basket en ce moment. Après l'annonce de la décision d'organiser des playoffs, mon équipe a totalement disparu. Comme si quelqu'un avait éteint l'interrupteur. Ce n'est pas beau de terminer la meilleure saison de notre histoire de cette manière mais ce n'est plus une question de basket. C'est lié à l'organisation du championnat. En deuxième mi-temps, les joueurs ont fait de leur mieux mais vous pouvez voir que ce n'est pas l'équipe que vous avez suivi toute la saison. Tout allait bien, et depuis l'annonce de la ligue, finito. Ce qui est difficile, c'est de jouer 17 matchs en 40 jours. En fait, ce n'est même pas difficile, c'est surtout de la folie ou de la stupidité ! Comment est-ce que je pourrais être énervé contre mes joueurs dans ces conditions ? C'est très compliqué pour moi en ce moment de leur dire : "Allez les gars, il faut jouer mieux que ça !" Ils veulent le faire mais ils ne s'entraînent pas, ils oublient des millions de choses. Le problème, c'est qu'on ne savait pas avant début juin comment la saison allait se terminer. »

des--clowns--pour-lessort--une--mission-impossible--pour-mitrovic---discours-discordants-a-monaco1623078459.jpeg
L'annonce que la première place ne vaudra pas le titre de champion de France,
moment bascule dans la tête de Branden Frazier et des Monégasques ?
(photo : Sébastien Grasset)

Au lendemain du sacre de Kazan, l'AS Monaco apparaissait comme le favori logique du championnat de France. Triomphante en EuroCup, impériale en Jeep ÉLITE avec seulement deux défaites au compteur, la Roca Team semblait posséder tous les arguments pour enfiler sa première couronne, même en cas de playoffs. Mais depuis, la donne a radicalement changé. Les joueurs sont épuisés, des blessures apparaissent (Will Yeguete), les autres pivots vont potentiellement partir en sélection nationale (Mathias Lessort et Ibrahima Fall Faye) et l'équipe est complètement méconnaissable. « Remporter le titre, c'est mission impossible », a ainsi déclaré Zvezdan Mitrovic, avant de s'agacer quand nous lui avons dit qu'on ne pouvait pas croire qu'il aborderait réellement les playoffs sans aucune ambition.

« J'aime répéter ce que disait Didier Deschamps sur la difficulté de remporter le championnat de France. Pour Monaco, c'est mission impossible ! (il rit) On va essayer de jouer cinq matchs supplémentaires et on verra. [...] Cela fait 30 ans que je suis coach. Je n'ai jamais connu un tel programme ! Les joueurs non plus. Il y a des saisons où j'ai déjà joué beaucoup plus de matchs que cela, ce n'était pas un problème, mais jamais sur une période aussi rapprochée. Enchaîner les rencontres comme cela, c'est extrêmement compliqué pour nous. Surtout que nous avons utilisé beaucoup d'énergie et d'émotions quand nous avons remporté l'EuroCup ! Les joueurs ont envie de bien faire mais il est clair qu'ils n'ont plus rien dans le moteur. Depuis le début de saison, nous jouons en effectif réduit en Jeep ÉLITE et en EuroCup, et on demande maintenant aux joueurs de rajouter 17 matchs en 40 jours ? On n'a pas le roster de l'ASVEL qui a 14 joueurs et peut se permettre d'en enlever 2 ou 3. Mais c'est notre problème, pas celui de Villeurbanne. On va aller jouer les playoffs sans intérieur. On va mettre qui en poste 5 ? Moi ? C'est comme si une équipe de football jouait sans gardien de but. Mes joueurs sont des êtres humains, pas des robots. Ils ont obtenu des résultats incroyables, ce sont des héros à mes yeux. Cela faisait depuis la Pro B que Monaco n'avait pas eu un si petit budget. Je ne vais pas prétendre que nous allons faire de notre mieux pour remporter le championnat. Je ne suis pas un acteur, je suis un coach qui vit pour ses joueurs et qui les respecte. »

Avant de tenter de faire triompher le small-ball à la Kindarena, l'AS Monaco a encore cinq matchs de saison régulière à disputer avant le 18 juin. Et dès mercredi à Gravelines, Zvezdan Mitrovic a d'ores et déjà prévenu qu'il ferait tourner son effectif, emmenant cinq professionnels et cinq Espoirs, comme pour les quatre prochaines rencontres suivantes. En espérant que ce turn-over pourra recharger les batteries de ses leaders et que ceux-ci retrouvent leur basket à l'heure des moments de vérité. Après tout, s'il faut citer une seule équipe ayant déjà prouvé qu'elle pouvait se hisser au niveau des plus grandes rencontres cette saison, c'est bien l'AS Monaco...

À Monaco, 

07 juin 2021 à 17:47
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.